Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Kooza, non Couci Couça !

Publié le 12 Janvier 2014 par cirk75gmkg in Programmes

C du Soleil09 Oui tel est le sentiment ressenti à la sortie de ce spectacle, vu le 2 janvier2014 à 20h00. Déjà la séance est tronquée de deux numéros et demi. Le "Charivari" est incomplet, aucun équilibre sur boule, le "Main à main", ainsi que la "Roue de la mort" sont totalement absents et cela sans aucune explication, ni numéro de remplacement. Peut être que les artistes avaient mal supporté les agapes du nouvel an ?  Ou, suite à l’accident qui a eu lieu le 1er novembre dernier à Las Vegas lors du spectacle "ZarKana" et non "Kooza" le Cirque du Soleil a décidé de retirer dans tous ses spectacles la "Roue de la mort" ? Le manque de communication de cette entreprise multinationale de spectacles permet toutes les suppositions je vous laisse le soin de juger!

cirque_kooza_002.jpgDe plus, par rapport à "Alegria", "Saltimbanco" ou "Corteo" (voir blog10/11/2011), le spectacle semble un assemblage hétéroclite de numéros, la plupart de haute facture, mais sans véritable fil conducteur, et c’est justement ce liant qui faisait la signature du Soleil. Et ce n’est pas, la bande de trois excentriques insipides qui donnaient un ton à ce spectacle ! Dommage car avec les personnages du Naïf (que le programme appelle l’Innocent) et du Génie (nommé par un bel anglicisme Trickster) on aurait pu avoir un vrai fil conducteur. Tout cela vient d’une faible mise en scène due au talent de David Shiner ; mais tout le monde n’est pas Franco Dragone (Alegria et Saltinbamco) ou Daniele Finzi Pasca (Corteo), mais reprenons par le début.

cirque_kooza_001.jpg Après un Charivari tronqué, (voir plus haut), apparaît un numéro de contorsions orchestré par trois artistes mongoles ; puis une artiste russe Yulia Korosteleva nous gratifie d’une faible prestation au trapèze balan exécuté avec la complicité bienveillante d’une longe. Heureusement l’intérêt revient avec le beau numéro réalisé par Anna Stankus qui manipule ses cerceaux comme des bâtons de majorette. La première partie entrecoupée par les facéties, et pas toujours du meilleur goût, de nos trois fastidieux hurluberlus se termine en apothéose avec les funambules de l’impossible : "Los Quiros" Clown d’or 2002 comprenant outre Angel, Roberto et Vincente Quiros deux Colombiens Flouber et Jhon Brayan Sanchez. Evoluant sur deux câbles d’acier à hauteur différente, et sans aucune protection, ces artistes réalisent un programme à couper le souffle où on peut voir : sauts à la corde, sauts de mouton, assauts d’escrimeurs, pyramide humaine, équilibre de Roberto sur chaise elle-même en équilibre sur une tige portée par ses frères Angel et Vincente. En plus Los Quiros ont le don de communiquer avec le public ce qui donne un plus à ce moment magique où suspense et frisson sont garantis.

Equilibre sur chaisesDans la seconde partie, toujours entrecoupée par nos trois lascars poussifs, outre un ballet de danseurs déguisés en squelettes, on trouve au programme du monocycle, de l’équilibre sur chaises et de planche sautoir. Le pas de deux sur monocycle est réalisé Youri Chavro, avec comme partenaire, non pas Diana Alechenko avec qui il a décroché en 1996 une Médaille d’or 1996 du Festival Mondial du Cirque de Demain, mais avec une nouvelle complice Olga Tutynina. Le duo réalise tous les équilibres d’un pas de deux non pas au sol ou sur le dos d’un cheval mais sur un monocycle, un grand moment de cirque !. Autre exhibition exceptionnelle le prodigieux numéro d’empilement et d’équilibre sur chaises de Zhang Gongli (Médaille d’or 2001) exécuté par son double, non son clone Yao Deng Bo. Là pas de fioriture, de roulement de tambour, d’effet spéciaux, la grâce à l’état pur. Et si cet artiste utilise un moment une longe c’est simplement pour sa sécurité et non pour l’aider dans son entreprise. Pour terminer la soirée un numéro de planche sautoir comprenant 17 artistes réalisant double saut périlleux sur échasses, quintuple saut périlleux voire triple saut périlleux rattrapé en troisième hauteur. Un beau final, ce qui est important pour faire oublier à un public enthousiasme, les numéros absents portant prévus au programme. En résumé un bon spectacle mais pas un spectacle exceptionnel comme nous avait habitué depuis plusieurs tournées le Cirque du Soleil.

Commenter cet article