Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Gleich un géant aux pieds d’argile

Publié le 4 Décembre 2011 par cirk75gmkg in cirques étrangers

 

Gleich1929.jpgGleich1929bAu début du XX° siècle alors que les arts de la piste connaissaient en France et en Angleterre une perte d’intérêt, Berlin devint la capitale européenne des cirques avec des établissements gigantesques qui avaient pour nom : Schumann, Busch, Blumenfeld, ou Hagenbeck. Pendant cette période de l’entre deux-guerres, un établissement aux proportions colossales, le Cirque Géant Gleich, sillonna l'Allemagne et l’Europe. Ce Cirque  était un des plus grands chapiteaux dans l'histoire du cirque: un hippodrome a trois pistes, de 62 mètres de long,  avec une capacité de 10 000 places assises. Cet établissement disposait d'une ménagerie de 160 animaux et d'une cavalerie de 116 chevaux. Revenons sur la brève histoire de ce cirque mort dans la tempête économique qui régnait déjà en Europe dans les années 30-40.

Gleich3-copie-1.jpgJulius Gleich (1886-1951) fils d’un maître tourneur autrichien commença sa carrière au cirque tchèque Kludsky où il fit la connaissance de Caroline, qui devait devenir son épouse. Après leur mariage en 1918, les jeunes époux achetèrent deux chevaux et un âne dressés, qui furent le point de départ de leur cirque. Au bout de quelques années l’établissement  fut connu sous le nom de "Grand spectacle itinérant – Cirque Henny". Pendant la période d’inflation et pour s’adapter à la crise économique de 1929 Julius Gleich inventa la "monnaie avoine" qui permettait aux spectateurs de payer leurs places. Ainsi pour 20 livres d’avoine on avait droit à une place dans une loge, pour 10 livres d’avoine une place dans les premières rangées et pour 5 livres d’avoine une place en galerie.  Pendant cette période le cirque sillonna l’Europe et vint deux fois en France en 1929 et 1933. Pour être complet notons que pour convaincre les directeurs des cirques français qui usèrent d’un certain protectionnisme, Julius Gleich dut leur verser un pourcentage de ses recettes. La situation financière se dégradant le Cirque Gleich fut contraint de réduire la voilure et à l’automne 1934 le cirque qui tournait en Tchécoslovaquie se trouva en cessation de paiement. Après une période difficile, en 1949 une activité avec un petit chapiteau qui ne ressemblait en rien au fastueux cirque d’avant guerre reprit, et cessa définitivement en 1951.  Peu de temps après, Julius Gleich décéda dans l’anonymat le plus complet à Munster.

Commenter cet article