Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Con Colleano (1899-1973) le Nijjinski de la corde raide

Publié le 19 Novembre 2011 par cirk75gmkg in Aériens

ConColleano2.jpgParmi les artistes mythiques, Con Colleano, né Cornelius Sullivan, surnommé de son temps  "Le Magicien du fil " ou  "Le Toréador du fil", il est le premier à réussir  un saut périlleux avant sur une corde raide, qui reste à ce jour une des  figures les plus difficiles à réaliser, il reste la référence dans le domaine du fil dur. Revenons ce jour sur la carrière de cet artistes de génie qui a rempli de béatitude les spectateurs témoins de sa prestation tant elle était magique, alliant la grâce du mouvement, la virtuosité gymnique et la  précision du travail des jambes. Si le terme danseur de corde veut encore de nos jours dire quelque chose, Con Colleano demeure à ce jour son meilleur exemple, se produisant en costume de torero, avec l’élégance raffinée d’un danseur espagnol.

ConColleano1.jpgCon Colleano enfant de la balle, fils aîné d’une famille de banquiste, (son père dirigeait un cirque en Australie), nait le 26 décembre 1899 en Australie à Lismore, d’un père irlandais et d’une mère autochtone de Narrabi, formé à l’école mexicaine et suivant dès son plus jeune âge un entraînement intensif et il obtint dans les années 30 une consécration international se produisant au Tivoli de Sidney, au cirque Medrano à Paris (voir blog   ) et chez Ringling-Barnum aux USA où son numéro était présenté dans l’anneau central.

ConColleano.pngAdrian l’historien du cirque le décrivait ainsi : " son numéro ne paraissait qu’intégré dans un tableau, mais en trois pas de danse, en deux jeu de cape, avant même d’avoir bondi sur le fil, il conquérait la salle par son aisance et le charme de son allure. Puis dès qu’il était là-haut, à seulement deux mètres du sol, marchant entre ciel et terre le spectateur était ébloui : avec élégance, maîtrise, il chorégraphiait chacun de ses pas, tango ou paso doble, il représentait la pureté". 

 

 

Commenter cet article