Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Charlie Rivels (1896-1983)

Publié le 30 Juin 2012 par cirk75gmkg in Clowns

CharlieRivels2.JPGCharlie Rivels né Josep Andreu i Lasserre, ou Jose Andreu, (selon que l’on utilise le catalan ou le castillan), est un des plus célèbres clowns contemporains. Né d’une famille de banquiste, acrobate, de formation il présente une saisissante parodie de "Charlot au trapèze", témoignant ainsi de son exceptionnel don de mime. Ce numéro lui donnera immédiatement une réputation internationale, d'où le prénom de Charlie qu’il se choisira. Reprenant le personnage imaginé par Charlie Chaplin, il en fait un personnage aussi drôle par sa maladresse que par ses initiatives intempestives ou par les situations invraisemblables desquelles il finit toujours par se sortir.

CharlieRivels3Charlie Rivels parcours le monde entier et va présenter son Charlot trapéziste dans les plus grands établissements. Parallèlement, il participe avec ses frères Rene et Polo au numéro familial sous le nom de Rivels. Cette attraction à l’origine sportive, s’orientera vers le comique, telle l’entrée dans laquelle un petit pont humain doit être construit à l’aide d’acrobates jusqu'au moment où l'édifice s’écroule ; moment qui permet à Charlie Rivels de lancer sa célèbre litanie: "Akrobat? Schöön!" Une fois séparé de ses frères, il devient une vedette de variété, très apprécié en Allemagne. N'abandonnant jamais son personnage d’auguste et il travaille avec ses enfants: "Les Charlivels".

CharlieRivelsCharlie Rivels, un clown mime ou un mime clown, chacun en décidera, a imposé un personnage à la trogne exagérément enluminée avec un curieux nez rouge et carré, aux tenues extravagantes et ahurissantes. En 1971, il apparaît dans le film de "Les Clowns" (voir blog13/12/10), et la même année, lors du 1er Festival du Cirque de Monte Carlo, il reçoit un clown d’or, couronnant ainsi une carrière, commencée 74 ans plus tôt.

 

(avec l'aimable complicité de Nathalie Chabrier)

 

Commenter cet article