Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Achille Zavatta un blagueur né!

Publié le 13 Avril 2013 par cirk75gmkg in Clowns

CartoucheZavatta.jpgSi Achille Zavatta était un artiste complet, clown, acrobate, trapéziste, écuyer, dompteur, compositeur de musique et musicien, il aimait aussi faire des blagues à ses amis ou à ses camarades de cirque. Dans un de ses livres "Trente ans de cirque, souvenirs et anecdotes" il nous en raconte de bien bonnes, sauf peut être pour la victime. Cependant il  arrivait que son souffre-douleur devienne à son tour tourmenteur et prenne alors  sa revanche sur Achille. Parmi les nombreux exemples que Zavatta raconte, la plaisanterie qu’il fit à Beby (voir blog15/04/2012) qui ne resta pas sans revers de médaille, Aristodemo Frédiani, véritable nom de Beby, savait aussi être plaisantin, mais laissons la plume à Zavatta qui relate cette blague aller retour.
Antonet-Beby.jpg"C’était pendant l’occupation à l’époque où le gigot ne courrait pas les rues. Chacun se débrouillait pour pouvoir améliorer l’ordinaire réduit à sa plus simple expression. Pour fêter avec des amis le réveillon de 1941, Beby avait reçu de ses parents résident à la campagne, une superbe dinde bien grasse, bien dodue. Il devait s’en pour lécher d’avance, lorsque le soir, vers six heures, il l’apporta pour être rôtie chez un boulanger de la rue des Martyrs. Qui me donna le tuyau ? Je ne m’en souviens plus indique Zavatta. Ce dont je me rappelle, c’est que sous le coup de huit heures, je me présentais chez le dit boulanger.
                - Bonjour Monsieur !
                -Bonjour ! Vous ne me connaissez pas, mais je suis un ami de Beby. Je viens chercher la volaille qu’il vous a confiée. J’espère qu’elle n’est pas brulée.
                - A point, me dit le mitron qui tomba dans le panneau et s’en fut chercher au fournil la fameuse dinde sans me demander de plus amples précisions.
Elle avait un fumet, je ne vous dis que ça ! Je partis comme un voleur retrouver les amis que j’avais mis dans la combinaison et dans le caboulot proche nous dégustâmes ensemble le plat que Beby destinait aux siens. Bien entendu je n’allai pas chez le boulanger attendre le fils Frédiani. Je pense qu’il dut faire une drôle de bougie quand il revint bredouille à la maison devant ses invités affamés…
amar08AZ.jpgBeby ignora fort longtemps le responsable de ce qu’il appelait "une vacherie sans nom". Puis les langues se délièrent. Quand il connut le fin mot de l’histoire, il ne me fit aucune réflexion, au contraire.
Au cours de l’entrée comique que je présentais à l’époque rappelle Zavatta, je lançais très haut en l’air un œuf cru, que je réceptionnais sur le crâne, non pas pour entretenir ma chevelure comme il est indiqué dans certains magazines voués à la beauté féminine, mais pour tenter de faire rire les spectateurs. On n’a pas tous les soirs des idées géniales ! Mais quand l’œuf me dégoulinait sur le visage, ça faisait quand même son petit effet. Durant une certaine représentation, je lançais donc comme de coutume mon œuf très haut dans l’air et j’attendis. Malheur ! Je crus défaillir, tant le choc fut brutal. Je pense que vous connaissez le principe de la chute des corps. Or ce soir la, mon bien cher ami Beby avait eu la mauvaise idée de remplacer mon œuf cru par un œuf dur ! Ce qui me valut, vous vous en doutez, une "tape" vis-à-vis du public que la chose ne fit pas rire le moins du monde et une superbe bosse sur le front qui m’empêcha, durant plus d’une semaine de porter un chapeau.
Dans la coulisse, Beby et tous mes camarades alertés se mourraient de rire. Comme il a des lettres, le partenaire de Beby, Antonet (voir blog16/04/2012) me glissa :
                -Achille, souviens toi de la dinde de Noël ! Aujourd’hui c’est toi le dindon."
Et oui à cette époque comme disait ma grand-mère on savait s’amuser.
Commenter cet article