Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Deux affiches un peu plus que cousines

Publié le 21 Mai 2020 par cirk75 dans Affiches

Pour la sortie en 1956 du film Trapèze (voir blog18/11/2010) mis en scène par Carol Reed, plusieurs affiches  ont été créées, dont une où l'on peut voir le porteur rattraper la voltigeuse en lui donnant un baiser.

Ce film tourné sous les ors du cirque d'hiver de paris ayant eu un grand succès, en 1957 le cirque Amar pour mettre en avant sa tournée, dont la vedette était un certain Achille Zavatta (voir blog17/05/2015) associé à Jean Drena (voir blog16/03/2012), va s'accaparer le visuel.

Comme on le constate il y a de grandes similitudes, Même fond rouge, même guirlande électrique en haut a droite, même lumière jaune des projecteurs au milieu, et artistes et animaux  en bas sur la piste...

Par contre le porteur, pour la communication Amar a eté, et c'est heureux, remis dans le bon sens.

Enfin l'affiche Amar est plus chaste, pas de baiser entre les deux artistes, nous sommes au cirque, lieu où on cultive la pudeur.

commentaires

Le Cirque du Soleil va-t-il être victime du Covid 19 ?

Publié le 20 Mai 2020 par cirk75 dans Economie

En raison de la pandémie de COVID-19E le cirque québécois, que les animalistes prennent en exemple, a été forcé de mettre en place des mesures inédites. Il a dû suspendre l’intégralité de ses 44 spectacles entraînant de facto, la mise à pied temporaire de 4 679 personnes soit  95 % de son effectif. Dans le même temps il a dû aussi organiser en urgence le rapatriement de plus de 2 000 de ses employés répartis aux quatre coins de la planète et cela dans un contexte de limitation des déplacements aériens.  

Dans un rapport daté du 18 mars 2020, l’agence de notation américaine Moody’s a évoqué un risque de défaillance "élevé" d’ici la fin de l’année. "Un faible niveau de liquidités, une demande peu vigoureuse et des conditions économiques difficiles vont accroître la pression sur la flexibilité opérationnelle du Cirque et sur sa capacité à effectuer des investissements une fois que les spectacles auront repris" a noté Moody’s.

De plus la concentration des activités de l’entreprise à Las Vegas, où elle génère environ 35 % de ses revenus, figure aussi parmi les principaux risques qui guettent l'entreprise de spectacles, précise l’agence.

Aujourd’hui le Cirque du Soleil se trouve dans une situation économique difficile, non seulement sa dette atteint environ 900 millions de dollars américains (832 millions d’euros)", mais il n’a plus aucune recette suite à l’arrêt de tous ses spectacles.

Aussi pour se placer à l’abri de ses créanciers, les dirigeants du Cirque du Soleil disposent des quatre options :

       -demander une aide gouvernementale, 

       -injecter de l’argent frais de la part des investisseurs actuels (le fonds américain TPG, le groupe chinois Fosun et la Caisse de dépôt et placement du Québec). Mais TPG a beaucoup investi depuis deux ans, tant au niveau de l’acquisition de l'entreprise de divertissement, de la création de nouveaux spectacles, de la construction ou de la rénovation des salles de représentation.

       -recapitaliser l’entreprise avec de nouveaux partenaires. A ce jour seul Québecor, un conglomérat québécois de télécoms et de médias a fait connaitre son intérêt pour participer au sauvetage de cet ambassadeur du talent québécois,

       -la vendre,

Ce n'est pas la première fois que le Cirque du Soleil traverse une crise (voir blog12/12/2011) mais au-delà du problème financier, on peut se demander si l'entreprise québécoise n’a pas elle même couper la branche sur lequel elle reposait. En proposant de plus en plus de productions où la comédie musicale a pris le pas sur le cirque, avec des prix des places (voir blog26/09/2011) honteux faisant fuir une bonne partie de sa clientèle qui elle n'a aucune chance d'être VIP et d'être inviter par une entreprise, le Cirque du Soleil a bien chercher le bâton pour se faire battre...

Alors à suivre avec attention

 

commentaires

Claudy Renotte (1937-2020), un danseur devenu maître de piste

Publié le 19 Mai 2020 par cirk75

Décédé dimanche 17 mai 2020 à l'âge de 82 ans, Claudy Renotte n’était pas un circassien à l’origine mais un danseur classique et rien ne le prédisposait à ce qu’il devienne non seulement étoile de la piste mais aussi directeur de cirque.

D’origine Bruxelloise, né le 22 juin 1937, il eut une approche de la piste pour le moins original. Ainsi  au cours d’un spectacle de variété un auguste le fait rire, non pour une entrée mais pour un trait d’humour qu’il lançait en vendant le programme : " Prenez-le, il y a même une page blanche pour ceux qui ne savent pas lire....". Quelques temps plus tard Claudy Renotte l’engage et lui donne la réplique dans numéro de variétés, où notre danseur est déguisé en clown blanc. Et fruit du hasard le jour de la première dans la salle, un directeur de cirque conquis par le numéro l’engage pour la tournée d'été. Claudy Renotte accepte, à condition que l'entrée comporte une exécution de danse comique. C’est ainsi que Claudy Renotte, entre dans un monde dans lequel le jeune danseur classique va trouver sa voix, endossant au fil des années les habits du clown blanc, du fakir Emher Bey ou du magicien Germinal.

IL va aussi se prendre d’amitié avec Brigitte Mabire et James Carrington, avec lesquels il va fonder en 1970 le " Cirque Carrington". Au départ établissement modeste avec des spectacles orientés en grande partie vers la magie. En 1975, James Carrington et Claudy Renotte seront chacun de leur côté engagés en France. Le premier chez Sabine Rancy et le second pour le podium d'été de "La Voix du Nord". A la fin de la tournée Claudy Renotte rejoindra le chapiteau Rancy pour la fin de la saison.

En 1976, le " Cirque Carrington " tournera en France, tout comme les deux saisons suivantes, avec pour vedettes, les célèbre aériens Palacys dont c'est la dernière tournée, et Roger Lanzac (voir blog25/09/2011) l'année suivante.

On connaît la suite. L'association malheureuse avec Sabine Rancy, le rachat du nom des droits d'exploitation de la firme " Rancy " à Albert Rancy à la suite du décès de Sarah Rancy-Caryth, la création du "Cirque Rancy-Carrington". La séparation avec James Carrington et Brigitte Mabire.

La création du cirque " Cirque Albert Rancy " qui, de 1982 à 1985, proposera des spectacles de qualité dans un premier temps dans le Nord, puis dans toute la France ensuite, terminant  chaque saison sa tournée au Cirque Municipal d'Amiens (voir blog09/05/2011).

Le "Cirque Albert Rancy" engagera, entre autres, Arlette Gruss,t Georgika Kobann, les Bario.

Cet établissement sera malheureusement en proie à des ennuis financiers qui le mettront à mal et obligeront son arrêt définitif en Bretagne en juillet 1985.

Retiré des pistes Claudy Renotte ouvrira alors une école de cirque dans l'Aude à Carcassonne où il va enseigner les petits tours et grandes figures du cirque à des milliers de personnes.

commentaires

Le Cirque Le Roux sur Olympia TV

Publié le 18 Mai 2020 par cirk75 dans Nouveau-Cirque, magicien

Lancée le 21 janvier 2020, Olympia TV, chaîne télé issue de la synergie entre une salle de spectacle, l’Olympia et le groupe Canal+, diffuse tous les soirs entre 20 h 30 et 1 h du matin; des spectacles divers, le plus souvent enregistrés dans cette salle du boulevard des Capucines à Paris.

Le mercredi le programme est centré sur la magie et le nouveau cirque généralement vision frontale

Le Cirque Le Roux sur Olympia TV
Le Cirque Le Roux sur Olympia TV

Parmi les programmes que l’on peut voir en Replay, et disponible sur les différentes box opérateur ainsi que sur MyCanal, on peut voir ou revoir les deux spectacles proposés par le Cirque Le Roux à savoir  "The elephant in the room" (voir blog28/09/2016) et "A dear in the Headlights" (voir blog18/11/2019).

Ces rediffusions permettent de voir combien cette troupe a su dans des situations souvent absurdes et surréalistes, combiné acrobatie, mime, chorégraphie, humour.

Assurément une des meilleure  troupe du cirque qui se prétend nouveau.

commentaires

Le cirque Cosmopolite au Cirque Municipal de Reims

Publié le 17 Mai 2020 par cirk75 dans Cirques d'hier

Il existe plusieurs cirques voyageurs au XX° siècle qui se sont appelés Cosmopolite voire Cosmopolite Circus.

On trouve par exemple en 1930 une telle enseigne dans l'hexagone dirigé par un dénommé Badolly, ayant eu dans les années 20 une autre piste éponyme.

Après-guerre, peut-être pour coller à la mode américaine très tendance à cette époque, de 1945 à 1950 on voit tourner un Cosmopolite Circus, un chapiteau à 2 mats avec ménagerie et écurie administré par Pierre Blondeau.

Enfin n’oublions pas en 1925 un Grand Cirque Cosmopolite, possédant une collection de fauves impressionnantes. Dans la réalité cet établissement dont le chapiteau avait été implanté notamment à Paris Porte de Champerret, était une émanation d’un cirque allemand créé par Wilheim Hagenbeck.

Le programme qui aujourd’hui nous intéresse, présenté lors des fêtes de fin d’année 1945 sous les ors du Cirque Municipal de Reims (voir blog13/11/2017) ne semble pas faire référence à un de ces trois établissements.

De plus le programme papier d’une feuille imprimée en bleu marine, recto verso ne nous fournit aucune information autre que Cirque Cosmopolite. Dans certaines publications cet établissement est quelques fois nommé Circus International pour proposer le même spectacle.

A la lecture du programme on peut voir, habillé musicalement par l’orchestre Bob and his boys, par exemple Albert Carré, le saut de la mort de Barwell,les clowns Donnet (voir blog18/03/2014) & Pekari, le funambule Rover, ainsi que l’attraction de la mule récalcitrante, qui faisait la joie des petits et des grands.

Rénové dans les années 80, le Cirque Municipal de Reims accueille depuis 1982 le Cirque Educatif d’Hugues Hotier.(voir blog09/01/2011) pour le plus grand bonheur des rémois qui se pressent de plus en plus nombreux sur les gradins de cette piste nommée aussi Le Manège.Scène Nationale.

commentaires

Un livre d'antan à lire ou relire: Le Cirque en Suisse

Publié le 16 Mai 2020 par cirk75 dans Livres, cirques étrangers

Le journal de Genève, le quotidien d’audience internationale comme l’indiquait sa signature, a fait paraître en 1975 une charmante brochure de 88 pages, illustrée de quelques clichés en noir et blanc sur l'état du cirque helvète à cette époque.

Rédigé par le journaliste et haut fonctionnaire Michel Baettig, cet ouvrage un peu austère mais documenté comprend 5 chapitres :

  1. Le cirque en Suisse : cinq noms, (Nock, Stey, Royal, Olympia, Knie)
  2. Une semaine chez Knie,
  3. Les meilleurs numéros depuis 1960,
  4. Artistes suisses : du débutant au personnage légendaire,

René Stickler, un dompteur ex-employé (voir blog 27/09/2015)

Dimitri voudrait toujours être magicien (voir blog18/09/2016)

Les Chickys (voir blogs 30/03/2013 & 21/09/2015)

Fredy Knie Sr. ses chevaux sont des artistes (voir blog02/10/2015)

Grock revit grâce à Max (voir blog16/05/2015)

  1. Le cirque : un art mineur ?

Ce livre bien qu’il date, permet de mieux comprendre ce pays où le cirque en général et Knie en particulier ont toujours eu les honneurs du public.

Knie est une institution un peu comparable, au niveau de la qualité des productions et non des subventions, que  de la Comédie Française pour un Suisse.

Le cirque est avec le chocolat et les institutions bancaires une autre tradition helvète.

commentaires

La famille Dutrieu

Publié le 15 Mai 2020 par cirk75 dans Personnalités, Cirques d'hier

Le cirque Dutrieu fut créé par Eugène Dutrieu, un ancien coureur cycliste fort prisé dans le nord de la France. Personnalité à l’origine du remplacement  des halles de Tourcoing en cirque hippodrome fixe et par ailleurs directeur d’un cirque fixe, L’Excelsior situé à la frontière belge à Tournai.

Le Cirque Dutrieu établissement voyageur tournait principalement dans le nord de la France et proposait des spectacles de qualité dans les enceintes des hippodromes de Tourcoing et Valencienne (voir blog21/12/2014). On pouvait ainsi applaudir selon les tournées : les clowns Antonet (voir blog16/04/2012) et Beby (voir blog15/04/2012),  Léandre avec Marval, Little Walter, le dompteur Fortunio, la cavalerie Gautier,  l’excentrique Germain Aéros (voir blog07/10/2018)…

On pouvait aussi frémir quelques fois aux exploits d’une casse-cou et comédienne fort prisée: Hélène Dutrieu, sœur du directeur. Née le 10 juillet 1877 à Tournai en Belgique, elle proposait un numéro fort dangereux "La Flèche Humaine". Pratiquant aussi avec succès les compétitions cyclistes, elle avait imaginé en voyant "Le Looping the Loop" (voir blog01/12/2014) de remplacer la boucle par un vide et le looping par un saut.

Alternant le cirque, (avec "Flèche Humaine" ou 'Moto Ailée"), et le théâtre qui restait sa grande passion, elle fit aussi parler d’elle en décrochant un brevet de pilote et devient recordwoman de distance en parcourant en 1911 sur un Forman, 167 km. L’année suivante en 1912 elle devint la première femme à piloter un hydroplane (premier terme pour désigner un hydravion). 

Tous ces exploits lui valurent en 1913 d’être promu au grade de Chevalier de la Légion ’Honneur. Pendant le 1ère guerre mondiale elle est conductrice d' ambulance puis directrice de l'hôpital militaire de Campagne à Val-de Grâce . Après la guerre, elle devient journaliste et suite à son mariage en 1922 avec Pierre Mortier elle prend la nationalité française.

Devenue vice-présidente de la section féminine de l' Aéro-Club de France, elle crée en 1956 la Coupe Hélène Dutrieu-Mortier récompensée avec une gratification 200 000 francs pour la pilote française ou belge qui effectue chaque année le plus long vol sans escale.

Sans jamais se glorifier de ses prouesses, qui selon elle n’étaient pas des exploits, mais simplement une tendance à suivre ses pulsions, elle décède dans son lit le 26 juin 1961 après une vie bien remplie, d'audace et d'exploits dont quelques uns sur une piste.

 

commentaires

Le Covid 19 impacte l"édition 2020 du Festival  International du cirque du Val D’Oise

Publié le 14 Mai 2020 par cirk75 dans Economie, Festivals

Dernièrement par un communiqué signé Jean-Marie Etienne, Président de Cap Domont, l'association organisatrice  fait savoir aux circophiles franciliens  que suite à la pandémie liée au Covid 19, les organisateurs se voient contraints d’annuler la 21ème édition du Festival international du Cirque du Val d’Oise qui devait se tenir les 2, 3 et 4 octobre 2020.

Cependant le festival de Domont nous donne dès à présent rendez-vous les 1, 2 et 3 octobre 2021 pour sa 21ème édition.

Cette annonce n’étonne guère, et ce ne sera certainement le seul événement circassien à être impacté par ce virus inconnu, car il est bien difficile en ce moment d’avoir une vue à moyen terme pour programmer un événement culturel.

Décidemment le monde de la piste paye ces temps là ,un lourd tribut. Après les attentats, les Gilets jaunes, les grèves des transports qui ont impacté toutes les entreprises de spectacles voilà, la pandémie. Par contre les cirques, sont plus exposés car ils doivent aussi faire face à une polémique injustifiée, une sorte de fake news peu dénoncée par les médias : la maltraitance des animaux sur la piste.

Et si dernièrement le gouvernement a décidé de débloquer, pour venir en aide aux zoos et aux cirques, un accompagnement financier de 19 millions d’euros, cette décision comme on pouvait s'en douter a suscité de nombreuses critiques de la part d’associations de protection des animaux.

En revanche ces tartufes de la cause animale, à part déblatérer n’ont pas eu l’air de se remonter les manches pour venir en aide aux animaux qui sont en ce moment en situation difficile, avec l'arrêt des pistes. 

En quelque sorte une application de ce proverbe : "La critique est aisée, mais l'art est difficile".

Mais pouvait-on s'attendre à autre chose de la part de ces sectes animalières?

commentaires

Siegfried & Roy, un brillant duo de d'illusionnistes

Publié le 13 Mai 2020 par cirk75 dans magicien

Vendredi 8 mai on a appris le décès du célèbre magicien Roy Horn, mort à l’hôpital de Mountain View de Las Vegas d'’une infection liée au Covid-19. Connu pour avoir constitué avec son compatriote Siegfried Fischbacher une paire d’artistes de renommé mondiale, Siegfried (le blond) est né en Allemagne à Rosenheim le 13 juin 1939, Roy (le brun), son cadet de 5 ans est né aussi en Allemagne mais en 1944 à Nordenham.

Uwe Ludwig Horn, alias Roy Horn a de son côté toujours eu, la passion des animaux exotiques, il veut devenir belluaire. A 10 ans il possède un chien-loup et un guépard, il faut dire que son beau-père est directeur du Zoo de Brème. Quittant l’école à 13 ans, il devient serveur sur un bateau de croisière où il va rencontrer Siegfried qui comme lui est fasciné par la magie.

En 1959 les deux amis s’associent. Ils vont se produire dans des boîtes de nuit en présentent un numéro de magie avec comme partenaire un tigre. Repérés à Paris par Tony Azzie, qui leur demande de venir à Las Vegas, le duo va faire ses débuts dans la capitale des jeux en 1960, donnant depuis des centaines de spectacles par an.

En 2003 lors de leur show au Mirage de las Vegas un certain 3 octobre, Roy est gravement blessé par son tigre Montecore. Cet accident va le laisser partiellement paralysé et à peine capable de parler.

Depuis le duo ne se produira plus qu'un fois en 2009, et Roy Horn va désormais consacrer une bonne part de son temps à la sauvegarde des animaux sauvages.

Si Roy & Siegfried étaient à l’illusion ce que Rivoire et Carret étaient aux pâtes alimentaires, des noms indissociables, ces deux magiciens resteront dans la mémoires comme des artistes de premier plan, habillés de somptueux costumes extravagants et ayant pour partenaires des tigres, des éléphants ou des serpents...

Leur dernier spectacle en 2009

commentaires

Les entrées clownesques

Publié le 12 Mai 2020 par cirk75 dans Clowns, Livres

Le cirque comme tous les spectacles s’est construit au fil du temps en amalgamant traditions et modernité. Dans le monde de la piste il est d’usage de ne parler ni de facétie ni de bouffonnerie, mais d’entrée pour nommer un numéro de clowns. Mais d’où vient cette expression de parler d’entrées clownesques plutôt que de sketchs comiques ?

Adrian (voir blog06/06/2012) dans son livre "Ce rire qui vient du cirque" donne cette explication.  "Il se peut que le terme entrée vienne du fait qu’au temps des parades, les amuseurs de cirque donnaient un condensé de leur talent à la porte du chapiteau, à l’entrée. Il est également possible que l’expression soit née de la brièveté des interventions clownesques lorsque le spectacle était surtout équestre. Ce n’était qu’une entrée mais dans ce sens on dit plutôt une reprise."

Dans son livre: "Entrées clownesques" paru en 1962 aux Editions L’Arche, Tristan Rémy (voir blog22/12/2011) en a collectionné une palanquée, et rappelle qu’elles se trouvent inscrites dans l’histoire et la psychologie des gens du voyage. Les artistes circassiens laissaient ainsi échapper leurs préoccupations aux travers des improvisations nées le plus souvent de leur vie personnelle et privée. Ce répertoire clownesque s'est constitué à la longue et a notamment permis de contrebalancer la tension dramatique issue du travail des autres artistes, permettant aux spectateurs de passer par des émotions diverses et variées, ce qui fait entre autres, le charme des arts de la piste.

De nos jours les clowns se font rares. Notre époque il faut le reconnaître ne cultive guère le rire. Les entrées jugées d'un autre temps, ont tendance à passer aux oubliettes. Cette mode peut non seulement suggérer un manque de culture clownesque, mais aussi une disette en créativité comique. Il est vrai comme l’écrivait Molière "que c'est une étrange entreprise que celle de faire rire les honnêtes gens". Et s'il est vrai que bon nombre d'entrées demanderait à être modernisées, il serait urgent d'en créer de nouvelles car notre époque à bien besoin de rire, d'autant plus que le rire est en paraphrasant Rabelais le propre de l'homme.

 

Les entrées, éléments essentiels de l'art de la piste, ne doivent être confondues avec les histoires, lestes ou non que racontaient certains facétieux de la piste comme Boulicot (voir blog08/01/2012), Loriot (voir blog17/12/2014) ou Mylos. Trois faire-valoir qui ont beaucoup sévi sur la piste du Cirque Medrano en contant de joyeuses blagues et qui font encore la joie des amuseurs.

commentaires
<< < 1 2 3 4 > >>