Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Clown consolateur (1925)

Publié le 9 Juin 2018 par cirk75 dans Art

Un baluchon jonche le sol, un chapeau de paille posé sur une malle sur laquelle est assis un enfant pieds nus. Il pleure. Un auguste à ses côtés essaye de le consoler, de lui redonner du courage. Voila une scène fort opposée à celles que l’on a l’habitude de voir dans les toiles circassiennes où les clowns ont plus tendance à faire rire qu’à réconforter. Enfin à droite un chien noir affublé d’une collerette blanche et d’un chapeau pointu, pose son museau sur le genou gauche de l’artiste, et semble partager la tristesse de la situation.

Qu’est-il arrivé à ce gamin ?

L’enfant est-il en fuite ?

A-t-il été renvoyé ?

Est-il orphelin ?

Rien dans ce tableau du peintre illustrateur américain Norman Rockwell (1894-1978) ne permet de répondre à ces questions. Par contre on ressent bien la tragédie, accentuée non seulement par l’utilisation du noir comme couleur principale assombrissant un peu plus la situation, mais aussi par la juxtaposition  entre la joie (le clown) et le chagrin (l'adolescent). Cette peinture, sorte d’allégorie du krach économique qui a touché les  États-Unis dans les années 30 et qui a jeté sur les routes américaines des centaines de milliers de désœuvrés, décrit tous les malheurs du monde qui semblent s’être abattus sur les épaules de ce frêle garçon.

Cette œuvre est une parfaite illustration du style narratif de Norman Rockwell, à qui on doit aussi quelques autres augustes un peu plus joyeux.

Le Clown consolateur (1925)
Le Clown consolateur (1925)
commentaires

La Seine musicale, la cité culturelle de l’ouest parisien et du nouveau cirque

Publié le 8 Juin 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Il aura fallu attendre longtemps pour que l’île Seguin entame une nouvelle vie. Après avoir accueilli une usine Renault de 1929 à 1992, ce bout de terre de 11,5 hectares situé sur la Seine entre Sèvres et Boulogne-Billancourt se cherchait un avenir. Un moment François Pinault avait envisagé d’y construire un musée d’art contemporain avant de jeter l’éponge et de partir pour Venise. Jean Nouvel de son côté voulait y ériger des tours de bureaux et des commerces. Mais c’est finalement un lieu d’espaces de concert, d’exposition, de promenade, des restaurants et des commerces liés à l’art et à la culture qui a été retenu par le Conseil départemental des Hauts-de-Seine et Inaugurée le 22 avril 2017.

Conçue par Shigeru Ban, architecte japonais lauréat du prix Pritzker 2014 et Jean de Gastines, architecte français, la Seine Musicale a été pensée dans le respect du site et de son passé industriel. Le duo, à qui l’on doit déjà le Centre Pompidou - Metz, a souhaité en faire une porte d’entrée occidentale de Paris en y ajoutant un symbole iconique fort avec cet “œuf” ou “nid”, c’est selon, qui coiffe ce navire de béton. C’est dans cette sphère enveloppée d’une résille en bois, de plaques vitrées aux reflets irisés et flanquée d’une voile mobile faite de panneaux solaires, que se trouve l’une des deux salles de ce nouvel équipement culturel, l’auditorium qui  semble poser sur la Seine et sa coque en bois semble flotter sur le fleuve. Une grande voile ornée de plus de 1 000 m² de panneaux solaires photovoltaïques, en rotation autour de la résille bois, suit la course du soleil. L'Auditorium et sa voile confèrent au projet une identité singulière.

Composée de deux salles principales de spectacle : La Grande Salle,   d’une jauge allant de 2 500 à 6 000 spectateurs, la Seine musicale permet d’accueillir toutes les musiques du baroque au rock. Et pour se démarquer de la Philharmonie construit à l’est de Paris, la programmation de la Seine Musicale accordera autant d’importance aux musiques actuelles qu’à la musique classique. On pourra aussi y voir  des comédies musicales, des ballets, des grands spectacles et même des spectacles dédiés au nouveau cirque... L'Auditorium, pouvant accueillir jusqu’à 1 150 spectateurs, est quant à lui la salle dédiée aux musiques non amplifiées. Son acoustique a été étudiée par le cabinet Nagata et Jean-Paul Lamoureux pour garantir aux spectateurs la meilleure restitution possible du son. La complémentarité de ces deux salles, dont la programmation a été confiée à Jean-Luc Choplin, ancien directeur du théâtre de Châtelet à Paris, fait de ce complexe unique en Europe, un véritable lieu de richesse culturelle, d’échange et de partage entre les générations.

commentaires

Compagnie Marcel et ses drôles de femmes

Publié le 7 Juin 2018 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Ce quatuor normand-gersois-catalan composé de 2 voltigeuses (Marine Fourteau et Liza Lapert et de 2 porteurs (Angèle Guilbaud et Marcel Vidal Castells) s’est rencontré à l’École Nationale des Arts du Cirque de Rosny-Sous-Bois puis s’est constitué à l’issue de leur formation au C.N.A.C. de Châlons-en-Champagne (voir blog 02/05/2011).

En 2013, ils créent à Rouen la "Cie Marcel et ses Drôles de Femmes" et propose un premier spectacle d’une durée de 35 min joué en palc intitulé "Miss Dolly". Cette production met en scène autour du cadre aérien et du portique coréen, 4 personnages, Dolly, John, la fille et Jimmy dans un univers un peu déjanté, dans un pseudo western où ils mâchouillent quelques bribes d’anglais, avec des pommes, de l'humour, de l"absurdité, de la haute voltige. et c'est drôle...

Pour leur seconde création, "La Femme de Trop" donnée cette fois en salles, le quatuor  devient quintet avec  l’ajout de la trapéziste, chanteuse et clown Noémie Armbruster. Vêtus tour à tour d'une couleur primaire ou secondaire, ils sont à la fois uniques et interchangeables. Et autour du cadre aérien ou du portique coréen, ils se lancent, se rattrapent, se soutiennent, s'échangent et s'excluent parfois. Un spectacle haut en couleurs, en voltige et en chansons !

Leur acrobatie est en permanence parcourue par leur folie, leur côté décalé, mais aussi par la prise de risque, l'erreur, le ratage, l'échec, la gamelle, la chute. Et quand enfin, chacun trouve sa place, ce sont les angoisses et les problèmes de la vie qui se révèlent.

Bref on s'amuse.

commentaires

Le Cirque-Théâtre d’Elbeuf se visite gratuitement

Publié le 6 Juin 2018 par cirk75 dans Bâtiments

Sans équivalent dans l’univers du spectacle, le Cirque-Théâtre d’Elbeuf d’Elbeuf  (voir blog08/02/15), construit en 1892 et réhabilité en 2007, reste l’un des huit derniers cirques en dur avec Amiens, Châlons-en-Champagne, Douai, Reims, Troyes, Valenciennes et Paris, visibles en France mais c'est le seul à posséder un espace scénique composé d’une piste circulaire et d’une scène de théâtre à l’italienne.

Si vous souhaitez parcourir l'histoire de ce bâtiment au fil d'une visite qui vous emmènera de sa naissance à son projet actuel, on pourra visiter gratuitement ce joyau architectural dont la coupole est perchée à 17 mètres de haut le dimanche 8 juillet.

Aujourd'hui Pôle national des arts du cirque, investi de trois missions majeures, le Cirque-Théâtre d’Elbeuf  est à la fois un lieu de création, de production, de diffusion de spectacles et d’éducation artistique à la vocation internationale.

commentaires

Rêve de Clowns (1924)

Publié le 5 Juin 2018 par cirk75 dans Cinéma

Si les frères Fratellini ont marqué l’histoire de la piste, ils ont peu laissé de témoignages pour le grand écran. Pourtant ils ont tourné une poignée de films, dont certains avec Max Linder mais la quasi-totalité  de leurs entrées filmées ont été perdues.

Tel est le cas de "Rêve de Clowns" film sorti le 31 octobre 1924, réalisé par  Georges Melchior, tourné au cirque d’hiver et avec Yane Odoni (la spectatrice),  Georges Melchior (l’aviateur) et les frères Fratellini.

Albert Fratellini dans son autobiographie de 1955 "Nous, les Fratellini" parle de ce film disparu contant l'histoire de Dolorès Braga venant un soir au cirque d’Hiver et restant de marbre devant les gags du trio, mais laissons Albert nous relater la suite.

Dolorès Braga  "quitte alors sa place, alors que les Fratellini sont en piste et cet incident frappe notre imagination à un tel point que, dans notre loge, il devient le sujet d'une conversation qui se poursuit bientôt dans l’irréel. Transportés dans le royaume des songes, nous y retrouvons Dolorès Braga qui nous impose, pour la faire rire - ô ironie - l'épreuve d'une déclaration d'amour. Successivement, les Fratellini tentent l'aventure. Mais la femme demeure impassible, malgré les plus folles cocasseries. Désespérés, ne sachant que faire, de grosses larmes coulent sur nos jours, creusant sur nos visages enfarinés des sillons qui en accentuent l'effet comique. Et, devant ces masques douloureux et grotesques, elle esquisse enfin un faible sourire. Mais à qui s'adresse-t-il ? Nous ne parvenons pas à nous mettre d'accord sur la question, après une vive discussion qui tourne à la bagarre. Mais, brusquement, le songe se dissipe. C'est l'heure d'entrer en piste. A notre stupéfaction, Dolorès Braga se trouve dans sa loge. Et c'est alors qu'une rumeur se fait parmi la foule. Un homme bondit à travers les fauteuils et tombe dans les bras de la jeune femme.  'Vive Maraval ! Vive Maraval !' crie-t-on. Il s'agit d'un célèbre aviateur qui vient de terminer victorieusement le raid Paris-Dakar-Aden-Paris, battant tous les records existants. Il est arrivé avec vingt-quatre heures d'avance sur son horaire et s'est précipité à la recherche de Dolorès, à qui il avait promis de l'épouser s'il réussissait dans sa tentative. Les trois clowns s'expliquent alors l'attitude de la jeune femme qui, anxieuse du sort de son ami, n'avait pu partager les joie des spectateurs. Et le film se termine en apothéose lorsque Georges Maraval sort de sa poche trois petites poupées fétiches qui sont à l'image des Fratellini."

Albert, dans son autobiographie, ne se fait guère d'illusion sur la qualité de l'histoire qu'il appelle "filandreuse et mélodramatique" mais il indique que c'est "le seul documentaire filmé qui existe sur nous et qui mette en scène, à l'apogée de leur carrière, Paul, François et Albert Fratellini". Il termine son propos en espérant que l'on repassera ce film de temps en temps sur les écrans lorsque les trois Fratellini ne seront plus que des figures de légende.

Ce souhait ne se réalisera pas , car comme on le sait ce film est totalement perdu et on ne sait s’il existe encore une copie à visualiser.

commentaires

Enregistrements sonores: les clowns

Publié le 4 Juin 2018 par cirk75gmkg.over-blog.com dans Musique

Parmi les enregistrements circassiens on trouve les disques reproduisant la voix des clowns et, pour la plupart il s'agit de chansons ou de musique mais rarement d'entrées. Voici quelques disques trouvés au fil de mes découvertes. 

    Disk Groc1kLe clown qui a enregistré le plus de disques reste sans conteste Charles Adrien Wettach (1880-1959), plus connu son nom d'artiste: Grock. En effet cet artiste Suisse, considéré par ses pairs comme le plus grand clown musical de tous les temps, a composé plus de 2 500 mélodies et a été aussi célèbre que Charles Chaplin, autre grand compositeur de musique. Parlant couramment 6 langues et jouant 24 instruments, Grock a pendant près de 50 ans fait pratiquement le même numéro pouvant durer plus d'une heure et attirant tous les publics.

    Disk-Fratellini.gifAutres artistes mondialement connus de leur temps les 3 frères Fratellini, François l'élégant blanc, Albert l'auguste souffre-douleur et Paul le contre-pitre. En adaptant pour le jeu à 3 jusqu'à présent interprétées à 2 par le blanc et l’auguste, ils ont radicalement modifié ce qui se faisant avant eux. Devenus de véritables vedettes à Paris, ils firent l'objet d'un véritable culte de la part de spectateurs, qui se rendaient au cirque uniquement pour voir leurs numéros, dont certains duraient près de trois quarts d'heure.

    disk Zavatta1disk-Zavatta5.jpgA ses débuts Zavatta est grimé en Auguste mais, suite à ses nombreuses prestations à La Piste aux Etoiles (célèbre émission de télévision) la popularité venant, le nez rouge part puis l'auguste fait place au chanteur Achille Zavatta.

disk-J.Laporte0.jpgAchille Zavatta composait aussi de la musique. Une de ses plus célèbres créations musicales (La Marche des Antares) a été enregistrée par Jean Laporte dirigeant l'Orchestre du Cirque Medrano de Paris. Cirque qui, en 1963 malheureusement fut démoli pour édifier à la place à Pigalle un banal immeuble d'habitation portant le nom de Bouglione, (famille à l'origine de la fin de l'établissement dirigé par Jérôme Médrano). 

    disk-Rolf.-Zavatta.jpgDans la famille Zavatta il ne faut pas oublier Rolf son frère célèbre clown. Dans ce disque on peut entendre la trompette de Rolf Zavatta, mais aussi les Sipolo, excentriques musicaux bien connus dans les années 50-60.  

 

    disk BarioDisk Bario2vAutres clowns très célèbres les Bario, (Freddy, Henny & Nello) eux aussi ont eu le privilège de l'édition discographique, Voici deux pochettes témoignant de leur travail  Les Bario ont démarré leur carrière en 1958. Ce trio original, parce que dépourvu de clown blanc, et dont une femme au physique de meneuse de revue tenait le rôle du faire valoir, a fait les beaux jours de l'émission télévisée La piste aux étoiles, de très nombreuses émissions de Jean Nohain, Gilbert Richard et du Club Dorothée.

    Disk Alex&FranciniAlex (Bugny de Brailly 1897-1983) a formé au cirque avec Jacques Francini un duo plein de charme et de poésie. Ce disque où se trouve également le fantaisiste Bernard Haller regroupe 4 chansons écrite par Jacques Francini. 

     Disk-Moscou.jpgDisk-Chicky.jpgdisk Fred Adison4Pour terminer cette rapide revue des enregistrements se rapportant aux clowns, notons ces 3 pochettes où sont photographiés 3 clowns célèbres: le russe Popov, le suisse Bruno du duo Chicky et le français Léonard. 

commentaires

Alphonse Rancy (1861-1932)

Publié le 3 Juin 2018 par cirk75 dans Personnalités

Fils aîné de Théodore Rancy, et d'Olive Loyal, eux descendants de deux célèbres dynasties de la piste, Alphonse était un véritable enfant de la balle, un écuyer et un dresseur de premier plan. A la mort de son père en 1892 il se retrouve avec son frère Napoléon (voir blog27/05/18) et sa mère à la tête d’un véritable empire de cirque en dur (Genève, Lyon, Rouen), ce qui n’empêche pas d’en commander un autre pour Amiens (voir 09/05/11) à un jeune architecte passionné de construction métallique nommé Gustave Eiffel. Dans un premier temps il s’occupa de l’administration et de la direction laissant à Napoléon haute main sur le matériel et les chapiteaux. Mais cette codirection ne dura que 3 ans et en 1900 Alphonse et Napoléon Rancy se séparent pour créer chacun leur propre établissement, le premier le Cirque Rancy sans prénom et le second le Cirque Napoléon Rancy.   

En 1889 il épousa Jeanne Bidel, la fille du directeur de la célèbre ménagerie du même nom  (voir blog01/04/17), avec qui il eût deux fils, André et Albert, et une fille, Marcelle, qui épousera Jean Houcke, (voir blog11/10/15).  En plus de ses qualités de directeur de cirque Alphonse Rancy fut aussi un excellent musicien, compositeur de musique (Les petites pièces romantiques) et metteur en scène de pantomimes, dont "César Cascabel" d’après Jules Verne, dans laquelle figurait un jeune clown tout de noir et blanc vêtu qui, plus tard formera avec un comparse le duo "Foottit & Chocolat" (voir blog12/02/12) .

Pour sa publicité Alphonse Rancy en hommage au célèbre roman de Paul Féval "Le Bossu", adopta  la formule de Lagardère en la détournant : "Si tu ne viens pas à Rancy… Rancy ira à toi !" Le cirque Rancy sans prénom, chapiteau à deux mats pouvant accueillir 6 000 spectateurs, proposa pendant 40 ans des programmes prestigieux avec une partie équestre très fournie et un ensemble de félins, suite à son alliance avec Bidel, de grande qualité.

En plus de ces activités Alphonse Rancy, s’impliqua fortement dans la vie associative en faveur des gens du cirque. Il présida notamment "La Piste ", société de secours mutuel venant en aide aux artistes ayant connu des revers de fortune.

Comme son frère Napoléon décédé d’un accident à bord d’un taxi en mars 1932, Alphonse   déjà malade depuis quelque temps trépassa en octobre de la même année. Il laissa le souvenir d’un brillant directeur de cirque qui avait su donner une allure irréprochable à ces spectacles tout en maintenant les traditions hérités de ses aïeux. Son établissement Rancy sans prénom, continua a tourner jusqu’en 1949, dirigé par sa veuve et ses enfants.

Alphonse Rancy (1861-1932)
Alphonse Rancy (1861-1932)
Alphonse Rancy (1861-1932)
Alphonse Rancy (1861-1932)
Alphonse Rancy (1861-1932)
commentaires

La dompteuse au lion, (Musée du Petit Palais Genève)

Publié le 2 Juin 2018 par cirk75 dans Art

 

Ce tableau fortement coloré représente comme son nom l'indique une  dompteuse avec un lion, mais avec une particularité, le femme est nue. Elle est uniquement vêtue d'un ruban noir, noué autour de son cou et, ses jambes chaussées dans des escarpins verts à talons, sont totalement gaînées dans une paire de bas noirs retenue par des jarretelles roses. A sa droite se tient un lion impassible qui nous regarde d'un air mauvais, il est étreint délicatement par le bras droit de la femme dévêtue.  Enfin et n'oublions pas ce détail, un doigt noir pointe le corps de la dompteuse, nous la désignant comme un objet de luxure et de convoitise. Bref cette peinture possède tous les ingrédient pour donner à cette oeuvre un côté érotique mâtiné de surréalisme. 

Cette huile (147 x 91) du peintre français d’origine japonaise Fougita (1886-1968) peinte en 1930 qui forme, avec une autre huile à connotation érotique "Le Lupanar à Montparnasse", un cycle où les formes de ses modèles féminins sont outrancières. Deux œuvres d’une crudité jusque-là inconnue chez cet artiste qui l'éloignent du raffinement et de l’élégance de ses œuvres antérieures, caractérisées non seulement par une ligne épurée des personnages mais aussi  par une délicatesse des tonalités et un aspect quasi émaillé de ses tableaux. 

Mais a bien y regardé, "La dompteuse au lion" est-elle vraiment un tableau ayant le  cirque comme sujet? Si le titre peut le laisser supposer, on peut constater que la scène ne se passe pas sous un chapiteau mais dans une demeure. Aussi certains ont pu penser que Fougita n'a pas voulu représenter une artiste de la piste, mais plutôt nous montrer  par une allégorie le couple qu’il formait avec son modèle Youki,  un ménage dominant soumis, avec l’ambiguïté que devait être leur vie au quotidien…  D’autres par contre y ont cru discerner tout bonnement un tableau humoristique, genre Bottero (voir blog17/03/17) car avec Fougita on ne sait jamais…. 

Aussi si vous voulez voir cette œuvre pour vous faire votre propre opinion, il vous faudra vous rendre en Suisse à Genève Musée du Petit Palais lieu où est exposée cette toile érotico-naïve…

 

commentaires

La journée Jeannette Mac Donald à Buzet sur-Tarn

Publié le 1 Juin 2018 par cirk75 dans Dompteurs

Enfant de la balle, Jeannette Mac Donald (voir blog 15/16/13) fut l'une des premières femmes non seulement à entrer dans une cage aux fauves mais aussi à présenter, chemisier de soie blanche, bottes noires vernies et gants blancs, un numéro avec dix lions en cage. Une fois sa carrière artistique achevé, suite à un incendie se trouvant à la rue avec ses bêtes, elle s’arrête en 1973 à Buzet sur-Tarn où dans la forêt elle créée un Zoo.

Pour fêter cette arrivée la commune Haute-Garonne, samedi 2 juin, à partir de 15 heures, rendra un hommage à  Jeannette Mac Donald en dévoilant notamment une stèle réalisée par Sébastien Langloÿs, en présence de l'artiste auquel on doit notamment la statue de Claude Nougaro à Toulouse et en organisant en présence de nombreuses personnalités du cirque, une folle journée dédiée à cette dompteuse. le tout rythmée par un spectacle du Lido de Toulouse et de Récré-Magic-Circus, la projection du film de Thomas Cirotteau, "Une lionne parmi les lions", des expositions et une librairie éphémère.

La journée sera aussi marquée par la remise du premier "Prix Jeannette Mac Donald" à Carrie Harvey (voir blog22/01/16)  une artiste britannique qui depuis 2005 est une Mme Loyal appréciée et reconnue.

.

 

commentaires
<< < 1 2 3