Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

"Le Cirque", une production Gruss ou Bouglione

Publié le 11 Décembre 2016 par cirk75 dans Programmes

Il est singulier mais néanmoins instructif de constater que les deux grandes familles qui en France sont synonymes d’arts de la piste, les Bouglione et les Gruss, aient nommé un de leurs spectacles "Le Cirque" semblant ainsi suggérer qu’ils sont eux garants de cette forme de spectacle ancestral. Ainsi en 2002, pour les 150 ans du cirque d’hiver (voir blog25/02/2011) tel a été le nom que la famille Bouglione a donné à son spectacle et, en 2016 c’est aussi le titre de la 31ème production du cirque Arlette Gruss. Aussi est-il tentant aujourd’hui de faire un parallèle entre ces deux programmes afin de voir comment ces deux familles conçoivent le cirque au XXIème siècle.

En 2002, le visuel Bouglione nous montre au-dessus d’un bâtiment, (le cirque d’hiver de Paris) un clown -il s’agit de Yann Rossi (voir blog24/04/2013)- qui bras ouverts semble nous accueillir dans ce haut lieu de la piste. Le millésime 2002 orchestré par Tony Bario (voir blog13/10/2015) est présenté par Sergio (voir blog02/03/2011) avec la complicité d’un autre blanc Alberto Caroli (voir blog21/11/2015). La composition du programme est classique à savoir un charivari de clowns, des chevaux présentés par Karl Trunk, un jongleur Arturo Allegria, aux rubans aériens Andrea Togni, les Gotys présentant l’entrée du miroir (voir blog08/04/2015), un ventriloque et ses curieuses marionnettes Willer Nicoladi, la troupe de vélos acrobatiques du cirque d’hiver avec en son sein un certain Stéphane Danetto (voir blog13/09/2016) mais aussi Angelo Ballan,  Régina, Sampion et Joseph Bouglione juniors, les diabolos de Martin Mall, les clowns musicaux les Rossyans, les otaries de Petra et Roland Duss, un numéro de transformistes Les Sudarchikov et en final aux barres fixes aériennes la Troupe des Peresvony.

Un bon et beau programme, somptueusement  mis en piste dans la grande tradition de la piste, tel apparaît en 2002 la signature Bouglione.

Tout autre est le programme concocté par Gilbert Gruss pour la tournée 2016. Ainsi l’affiche représente un mélange de tradition (le clown  les animaux…), et de modernisme (la moto l’avion..).

Tradition avec André (voir blog11/11/2015) et Bellini (voir blog24/04/2016) dans de nouvelles entrées, avec John Vernuccio-Togni présentant animaux exotiques et éléphants, avec Linda et Laura-Maria Gruss proposant la légendaire cavalerie Gruss. Tradition aussi avec Ramon Kathriner présentant un numéro de funambule au-dessus de la cage aux fauves de Manuel Farina. Et n’oublions pas les otaries d’Ingo Stiebner, Adrian qui en beau blanc vient agrémenter de sa présence le spectacle et Kevin Sagau en M. Loyal.

Modernisme avec le groupe de rats de Gunter Sachkman, avec le ballet aérien d’Alexis Briot, avec le beau numéro de barre russe de la troupe roumaine Stolan, avec les vertigineux sauts sur tremplin des motos de la troupe FMX Riders, avec Kelvin Gruss montrant son éclectisme en présentant à la fois une danse acrobatique et un combat de laser flight. Modernisme aussi avec les éclairages digne d’un concert musical et les costumes digne de ceux du cirque du Soleil, un grand bravo à Roberto Rossello (voir blog24/06/2016).

Enfin régal pour les papas, mêlant esthétisme et sensualité le double numéro présenté par la magnifique Helena Polach conjugue tradition (jonglage) et modernisme, (sangles aériennes).  

Chez Arlette Gruss, on associe tradition et innovation, une marque de fabrique maison depuis quelques années, dont la signature est; "Avec nous faites la différence".

Pour conclure, notre bloc-notes n’a pas pour but d’opposer les spectacles Bouglione à ceux d’Arlette Gruss, non les deux familles proposent des spectacles d'une très haute tenue qu'il faut consommer sans modération.

Non, mais force de constater que les premiers ont plus tendances à proposer des programmes de cirque ancrés dans la tradition et les seconds des spectacles où se mêlent tradition et innovations, pour témoins ces deux clips de leur spectacle 2016.

#lecirque

commentaires

"Varekai" à Bercy, non à Fort Knox

Publié le 10 Décembre 2016 par cirk75 dans cirques étrangers

Ce spectacle du Cirque du Soleil (voir blog18/11/2016) se glorifie d’entraîner les spectateurs, au beau milieu d’une forêt enchantée, peuplés d’étranges primates. Et c’est vrai, nous sommes accueillis par d’étranges créatures à la mine patibulaire, les cerbères de services de cette ancienne salle omnisports.  Aussi pour y accéder, il nous faut non seulement accepter deux fouilles, dont une au corps et, si on a eu le malheur d’apporter une bouteille d’eau, se voir confisqué le bouchon.  Et comme chacun le sait c’est vraiment commode de conserver une bouteille remplie d’eau sans bouchon ! Mais que ne fait-on faire aux vigilants surveillants pour vendre aux spectateurs d’un soir des boissons coûteuses.

Et n'oublions pas cette situation kafkaïenne,  une spectatrice venant directement de son travail avec son badge professionnel, l’affable vigile l’a démagnétisé (le badge pas la spectatrice) en le passant volontairement à son détecteur de métaux…  Et oui hier vendredi 8 décembre, il me semblait entrer plutôt à Fort Knox, lieu où est entreposée la réserve d'or des États-Unis qu’à Bercy, désormais Accor Hotel Arena appellation commerciale de l’ancien P.O.P.B. 

Mais quelle drôle d’idée a eu ce groupe hôtelier renommé, d’accoler son image plutôt affable à cette inhospitalité ressentie par tous les spectateurs ; non V.I.P. venant un soir dans ce lieu ignominieux !

Mais comment font les Bouglione ou les Gruss eux aussi reçoivent du monde et leur accueil est toujours cordial mais attentif…

Bercy ferait bien d’en prendre de la graine… nous ne sommes tout de même en état de guerre, seulement en état d’urgence… et pas encore dans un régime autoritaire... et ce type pourrait le faire croire...

Et c’est vrai qu’avec une telle réception  l’ambiance est à coup sûr assurée. D’ailleurs Steven Bishop et Emily Canagher, les excellents comiques du spectacle, ont au départ eu un peu de mal à dérider le  public encore un peu contrit par ce très chaleureux accueil "bercynien".

Alors que faut-il retenir de ce spectacle d’une durée de 1h 40 mn,  nommé "Varekai" signifiant en romani langue indo-aryenne, "peu importe le lieu" ?

Les costumes, créés par la japonaise Eiko Ishioka, sont toujours magnifiques, et pour les contempler le programme débute par un défilé de mode aux sons d’onomatopées plus ou moins agréables à entendre prononcées par un personnage nommé "La Vigie" qui avec un autre "Le Guide" (tient ça va bien avec les Vigiles) sont les fils conducteurs du spectacle.

La mise en scène du québécois Dominique Champagne n’a pas la magie de celles de Franco Dragone (voir blog10/10/2015) et, comme à l’accoutumé elle entrecoupe les numéros visuels par des scènes qui ne sont pas d’une limpidité évidente mais qui permettent de laisser le temps d’apporter aux artistes le matériel dont ils ont besoin pour effectuer leur numéro.

La musique signée Violaine Corradi semble une resucée de celles déjà entendues lors d’autres spectacles du Soleil. Bref comme on voit rien de bien nouveau…

Il y a bien quelques numéros qui retiennent l’attention. Commençons par le final éblouissant, réalisé par 11 acrobates sur 2 balançoires russes, proposant à un rythme à couper le souffle, tous les types de sauts ou de pirouettes possibles. Autres moments prodigieux, le numéro d’équilibre sur cannes de la russe Alena Zhuravel, reprenant à son compte celui d’Olga Pikhienko (médaille d’argent en 1992 lors du VI° Festival du Cirque de l’Avenir), la créatrice en 2002 qui à cette époque mobilisait le regard des spectateurs, ou la prestation  au filet aérien du Portoricain Fernando Miro récupérant aussi celui du prodige russe Anton Chelnokov (médaille d’argent en 2001 lors du XIII° Festival du Cirque de l’Avenir) qui l’avait créé lors d la création de cette production il y a 14 ans.

Les autres numéros sont bons mais déjà vus tant de fois. Telles les danses géorgiennes qui terminent la première partie, le charivari acrobatique qui débute la seconde partie du spectacle, les courroies aériennes trop souvent présentes, voire la roue Cyr.

Quelques originalités, le solo sur béquilles du brésilien Raphael Botelho  Nepomuceno,  le jonglage de bâtons de la japonaise Arisa Tanaka.  Mais pas de trapèze, ni de jeux icariens car comme dit la production le spectacle évolue constamment…

Et pour finir une mention spéciale pour deux énergumènes hilarants l’américaine Emily Canagher et l’australien Steven Bishop chargés et avec bonhommie de faire rire le public. Le chanteur de " Ne me quitte pas" de Jacques Brel, toujours à la recherche de lumière restera en mémoire.

Ce spectacle bien rodé avec des prix allant de 46€50 à 80€50 attire du monde attire du monde, mais il est facile de trouver mieux et moins cher en France chez Gruss ou Bouglione.

Alors un bon conseil allez-y plutôt…

#varekai

commentaires

Le fabuleux destin d’Amélie Poulain (2001)

Publié le 3 Décembre 2016 par cirk75 dans Cinéma

Ce film, un des plus gros succès commerciaux mondiaux pour un film français.réalisé par Jean-Pierre Jeunet se veut une représentation originale et parfois magnifiée de la vie contemporaine à Paris dans le quartier de Montmartre.

 Et bien entendu qui dit Montmartre dit Cirque Medrano. Cette salle est effectivement évoquée par le personnage joué par Marion Game, Mme Suzanne la patronne du bar des 2 Moulins,  un café situé rue Lepic, à une station de métro de l’emplacement de l’ancien cirque.

Mme Suzanne est une ancienne écuyère de  Medrano jusqu’à ce qu'elle chute de cheval. Suite à cette accident elle prend en gérance un café dans lequel Amélie devenue une jeune femme, exerce la profession de serveuse dans cet établissement fréquenté par des employés et des clients hauts en couleur.

Ce n’est pas la première fois que Jean-Pierre Jeunet évoque le cirque dans une de ses réalisations, déjà dans Delicatessen, coréalisé zn 1991 avec Marc Caro,  Dominique Pinon joue le rôle d’un ancien clown engagé comme concierge dans un hôtel.  Et on peut voir  dans une scène se déroulant dans  chambre de l’ancien artiste de cirque une affiche, où on peut lire "Stan et Living Stones au cirque Colonial" voir une mini veste à brandebourg avec une casquette. Et cerise on peut aussi contempler un téléviseur qui retransmet des images en noir et blanc de la célèbre émission "La Piste Aux Etoiles". Notons qu’au générique apparaît aussi le nom de la famille Rech et de Clara lune chimpanzé

Comme quoi Jean-Pierre Jeunet est peut être un amateur de cirque ou un nostalgique d’une époque où le cirque fréquentait l’étrange lucarne.

#ameliepoulain

commentaires

Triste série noire pour le cirque du Soleil

Publié le 2 Décembre 2016 par cirk75 dans cirques étrangers

Hier, la presse québécoise s’est faite l’écho de l’accident mortel arrivé mardi à Olivier Rochette, le fils du cofondateur du Cirque du Soleil Gilles Ste-Croix (voir blog15/11/2016).  Le Chef monteur montréalais de 42 ans, qui travaillait pour le Cirque du Soleil depuis 20 ans,  a été atteint par la chute d'une nacelle télescopique. D'autres techniciens, en état de choc, ont également été transportés à l'hôpital. Après Montréal et Toronto, il s'agit du troisième arrêt de la tournée pour le spectacle "Luzia".

Plus tôt cette semaine, dimanche dernier à Brisbane en Australie, l'acrobate et gymnaste olympique australienne Lisa Skinner a été transportée à l'hôpital après s'être fracturé une vertèbre en chutant pendant le spectacle dans le cadre de la tournée de "Kooza", l'un des shows du Cirque du Soleil.

Malheureusement la série noire continue pour le Cirque du Soleil, mercredi, lors de la deuxième représentation d'"Ovo" au Centre Bell de Montréal, un acrobate a fait une mauvaise chute durant le numéro de "trampomur", ont rapporté des spectateurs présents qui ont relayé l'information sur les réseaux sociaux. La représentation a été interrompue et les spectateurs ont été invités à quitter l'amphithéâtre. Le Cirque a confirmé l'incident ce matin. "L'artiste a subi une blessure mineure au dos", a indiqué Daniel Lamarre le P.D.G. du Cirque, joint à San Francisco, où il s'est rendu suite de la mort accidentelle du technicien de scène Olivier Rochette.

Le décès du fils de Gilles St Croix est malheureusement le troisième à survenir au Cirque du Soleil en 32 ans d’existence. Rappelons qu’en 2013, une artiste française Sarah Guyard-Guillot du spectacle "Kà" avait aussi perdu la vie lorsque son harnais avait cédé pendant une représentation donnée par la troupe au casino MGM Grand de Las Vegas. Et en 2009, Oleksandr Zhurov, un acrobate ukrainien de 24 ans, subissait un accident fatal de trampoline lors d’un entraînement à Montréal.

#olivierrochette

commentaires

A New-York le magasin Tod's fête Noël sous le signe du cirque

Publié le 1 Décembre 2016 par cirk75 dans Jouets

Le cirque est tendance cette année, en effet le magazine Vogue nous apprend que pour les fêtes de fin d'année, Tod's nous invite à nous plonger dans l’univers du cirque.

Dante Ferretti le chef décorateur italien triplement oscarisé, (meilleurs décors en 2005 pour Aviator, en 2008 pour Sweeney Todd et en 2012 pour Hugo Cabret), vient de mettre en scène les vitrines de Noël de la boutique new-yorkaise, situé 650 Madison Avenue en utilisant le monde de la piste comme thème central.

C’est ainsi que clowns, funambules jongleurs et acrobates se donnent en spectacle entre sacs et chaussures dans les vitrines de ce magasin de haut de gamme.

 

Un univers féérique et festif à dévorer des yeux pour ceux qui sont ou seront de passage à New York pour les fêtes.

#Tod'scircus

commentaires
<< < 1 2 3