Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Et aujourd’hui un conte de fée

Publié le 18 Juin 2014 par cirk75 dans Cirques

Et aujourd’hui  un conte de fée

Il était une fois à Sées dans le département de l’orne, un jeune sagien qui ne rêvait que de piste aux étoiles peuplée d’acrobates, clowns, écuyères, jongleurs, animaux le tout sous la houlette de MM. Loyal. Il faisait ce rêve depuis l’âge de 8 ans, année où ses parents l’avaient pour la première fois emmené au cirque. Et à chaque fois qu’y allait, à l’apparition du M. Loyal il s’écriait “Un jour, je serai à sa place”. Dix ans plus tard, à 18 ans, Léo Brière car tel est son nom devenait au Cirque Pinder et pendant un an et demi, lors de la tournée 2013 le présentateur attiré du spectacle et assurait le bon déroulement des représentations à travers toute la France, après avoir fait ses armes en 2012 sous le chapiteau de la Falck. Aujourd’hui Léo souhaite aller plus loin et fort avec un autre fondu du cirque Nicolas Bihler (voir blog19/06/2014), un pertuisien d’un an son ainé, il crée à 20 ans sa propre société de production de spectacles LN Prod. (LN comme Léo & Nicolas) qui proposera à partir du 3 octobre prochain, sous le nom de Cirque Gold, un programme de cirque traditionnel avec animaux Nicolas en Maitre des cérémonies et Léo en Maitre en magie. Comme quoi la passion n'attend pas le nombre des années !

Et aujourd’hui  un conte de fée
commentaires

Le Cirque Aléa, Allons-y

Publié le 17 Juin 2014 par cirk75 dans Nouveau-Cirque

Le Cirque Aléa, Allons-y

Le Cirque Aléa, créé en 2010, est un spectacle de la Compagnie Azrir, mitonné par l’imagination créative de l’acrobate, jongleur et bonimenteur Stéphane Drouart, un ancien de chez Fratellini. Pour cela il s’est entouré d'une équipe de 9 artistes, acrobates, jongleurs, musicien, rencontrés au fil de sa carrière et ce patchwork donne un spectacle poétique mais aussi rempli de rires et de dérisions. Un des charmes de ce cirque c’est l’exceptionnelle proximité entre les saltimbanques et le public qui sont scrutés de près, presque à portée de main. Dans une telle configuration les artistes ne peuvent s’autoriser aucun bluff, et font partager leurs prouesses au plus près du public. Les artistes sont polyvalents, et participent à la diversité des composantes du spectacle : ils font aussi bien la vente des pop-corn que le contrôle des billets, jouent avec le feu, font voler les massues, chantent, dansent, installent les agrès, font leurs preuves au trapèze, au fil de fer ou encore dans des numéros de contorsionnistes, sans oublier les tours de magie. Spectacle tout public, simple, vivant, festif où la sensation prend le pas sur le sensationnel. Ce cirque voyageur après une étape parisienne fera étapes en juin à La-Seyne-sur-mer, Brignoles et en juillet à Avignon… de belles soirées en perspective.

commentaires

Camille Hilaire (1916-2004) le peintre de la couleur

Publié le 16 Juin 2014 par cirk75 dans Art

Camille Hilaire (1916-2004) le peintre de la couleur

Né pendant l'annexion allemande à Metz, le 2 mai 1916 issu d’un milieu modeste le jeune Camille commence sa carrière comme peintre en bâtiment. Mais suite à une intervention du Gouverneur de la ville de Metz il va effectuer son service à Paris ce qui lui permettra de fréquenter l'Ecole des Beaux-Arts. Grand admirateur du peintre graveur allemand Albrecht Dürer, Camille Hilaire est vite reconnu pour son trait sûr et incisif mâtiné par l’éclatante luminosité des peintures italiennes. Entre post-cubisme et figuralisme, son œuvre aux couleurs éclatantes, est très lumineuse. Pendant plus de trente années, Hilaire crée d’extraordinaires ouvrages, illustrés de lithographies originales où il traduit avec bonheur la réalité pour les rendre éclatantes. De plus la rigueur de ses compositions s'harmonise complètement avec le rayonnement de la lumière et la liberté des teintes. Parmi ses nombreuses œuvres lithographiques, en 1974 il fait paraître aux Editions Robert Mouret, 15 lithographies originales et signées, constituant un beau coffret, tiré en 200 exemplaires sous le titre "Le Cirque" avec des textes de François Mallet-Joris. Peintre d’une grande maturité ayant su allier la poésie d’un travail sur la lumière et la rigueur de la technique doublé d’un sens de l’organisation de la toile, à sa mort en 2004, l’œuvre que laisse Camille Hilaire en fait un maître en son art, la peinture, la gravure, la lithographie et la tapisserie.

Camille Hilaire (1916-2004) le peintre de la couleur
commentaires

BURGUSCIRCUS Toute l'actualité du monde du Cirque: Nouveau - Philatélie : Planche de timbre en...

Publié le 16 Juin 2014 par Michel Alain Lagrange

commentaires

Dans la famille Gruss, qui est Alexis?

Publié le 15 Juin 2014 par cirk75 dans Personnalités

          Voici une interrogation qui à priori peut paraître banale, mais dans la réalité dans les familles circassiennes comme on se repasse à chaque génération les prénoms des ancêtres célèbres, y répondre peut quelques fois être un exercice périlleux. Ainsi chez  les Gruss  lorsque l’évoque Alexis Gruss on ne parle pas toujours de la même personne. Ainsi il y a quelques années on distinguait chez les Gruss en accolant au prénom Alexis le substantif junior ou sénior, tant il était quelques fois difficile de faire la différence, d’autant qu’Alexis sénior (voir blog19/12/2011) et junior (voir blog13/02/2012) sont des maîtres écuyers reconnus dans le monde de la piste et ont tous les deux obtenus un clown d’or à Monte Carlo. Alexis Sénior en 1975 et Alexis Junior en 2001. Mais pour corser la situation à l’heure actuelle il y au moins trois Alexis Gruss, alors faisons un petit point pour s’y retrouver.

          Alexis Gruss Senior (1909-1985) aura 9 enfants de son épouse Lucienne Beautour dont Arlette, l'aînée, la célèbre fondatrice du prestigieux Cirque Arlette Gruss (voir blog25/09/2016), mais aussi Christiane (voir blog02/05/2016) et Lucien Gruss (voir blog26/06/2018). Alexis Gruss Senior a eu un frère André, dit l’auguste Dédé (voir blog23/05/2015) qui aura plusieurs enfants dont Alexis Gruss, le créateur du Cirque à l’ancienne (voirblog08/05/2014), actuellement connu sous le nom de Cirque Alexis Gruss. Et actuellement lorsque l’on évoque Alexis Gruss c’est de lui dont on parle. Mais c’est là où ça se corse, Lucien le frère d’Arlette et dernier fils d’Alexis Sénior, a plusieurs enfants dont un fils qu’il prénommé bien entendu Alexis. Ce dernier la trentaine marié avec Anargui a repris à Saint-Jean-de-Braye une école de cirque destinée aux enfants à partir de 3 ans où l’on peut apprendre la jonglerie, l’équilibre, l’acrobatie, les disciplines aériennes, le monocycle, l'art du clown, l’échelle libre, la barre russe, le trampoline... Mais compliquons encore un peu la situation, Linda Biasini-Gruss l’épouse de Gilbert Gruss le directeur du Cirque Alexis Grus a donné naissance 2010 à une petite fille prénommée Alexis, baptisée à Strasbourg sous le Chapiteau Arlette Gruss en mai de la même année par Mgr Grallet lors de la messe des gens du cirque. Comme quoi ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver chez les Gruss, mais rassurez-vous chez les Bouglione avec Joseph il en est de même, mais cela est une autre histoire.

commentaires

Pierre J. Dannes, (1910-1985) de la toque blanche à la chambre noire

Publié le 14 Juin 2014 par cirk75 dans Art

Pierre J. Dannes, (1910-1985) de la toque blanche à la chambre noire

Rien ne disposait Pierre Joseph Dannesbuschler, même si un de ses oncles manipulait avec bonheur la chambre noire, de devenir sous le pseudonyme de Pierre J. Dannes, surnom qu’il prendra pendant ses années de résistance lors de la seconde guerre mondiale, un photographe renommé du monde du cirque et music-hall. Dans un premier temps c’est plutôt vers le milieu de la restauration qu’il côtoie en fréquentant l’école hôtelière de Strasbourg tout en faisant ses premières armes en tant qu’apprenti-cuisinier dans un hôtel restaurant de la ville. Puis son chemin le mène à Paris chez Prunier ce qui lui permettra de fréquenter le monde du spectacle. Fasciné par cet autre univers il jette sa toque pour devenir figurant à l’Opéra de Paris ainsi que dans quelques films. Devenu pour assurer le quotidien, employé de bureau dans une compagnie d’assurances, le soir il s’initie aux joies de la prise de vues comme assistant de E. Brucken, un spécialiste du cliché de spectacle. Il ouvre son studio de photographie à Paris et devient photographes pour théâtres, music-halls, cabarets ou cirques. Et c’est ainsi que pendant quarante ans Pierre J. Dannes capture le monde parisien du music-hall et du cirque. On le voit appareil photo à la main immortaliser les revues de l’Alhambra Music-Hall, du Casino de Paris, de l’ABC, du Concert Mayol. De 1949 à 1952 il sera le photographe attitré du Cirque Medrano. En 1985 à son décès en 1985 il laisse à son fils Pierre Dannes Jr. plus de 7000 clichés, ce qui lui a permis d’éditer au chez Photo Stars Editions (voir blog04/02/2012) de splendides ouvrages sur le travail de cet amoureux du spectacle que fut Pierre J. Dannes, le photographe des cirques et du music-hall.

Pierre J. Dannes, (1910-1985) de la toque blanche à la chambre noire
commentaires

Le fou du cirque (Merry Andrew)

Publié le 13 Juin 2014 par cirk75 dans Cinéma

Le fou du cirque (Merry Andrew)

Comédie musicale américaine de 1958 réalisée par Michael Kidd, avec Danny Kaye et Anna-Maria Pierangeli, racontant l’histoire d’un jeune homme timide et obéissant nommé Andrew Larabee, professeur dans le collège, dirigé par son père. Andrew fiancé à Laetitia, une amie d'enfance, ne pourra l'épouser que s'il retrouve une statue romaine convoitée par les archéologues du monde entier. Au cours des fouilles, pénétrant par inadvertance sur la piste d’un chapiteau coloré et animé à souhait il fait la connaissance de Gallini, le directeur du cirque, et s'éprend de la vedette du spectacle, Selena, une adorable trapéziste. Amené à remplacer au pied levé le présentateur du spectacle, Andrew se révèle être un clown de grande qualité et la vie du cirque l'enthousiasme particulièrement, mais il doit reprendre sa place au collège en tant que professeur...

Le fou du cirque (Merry Andrew)

Dany Kaye (1913-1987), acteur, chanteur, danseur américain était à l’époque où ce film a été tourné un des comédiens les plus connus au monde et dans cette œuvre cinématographique en cinémascope et technicolor, comme on disait à l’époque, il montre toute l’étendue de ses dons comiques multipliant avec bonheur facéties et gags farfelus qui en feront un vrai fou du cirque. Un film à voir ou à revoir ne serait-ce que pour la bonne humeur qu’il dégage mais oeuvre cinématographiques rarement projetée de nos jours.

commentaires

Marrakech fait son cirque (10 au 15 juin 2014)

Publié le 12 Juin 2014 par cirk75 dans cirques étrangers

Marrakech fait son cirque (10 au 15 juin 2014)

0euxième édition de de ce festival combinant arts de la rue et de la piste, “Marrakech fait son cirque” est né de la volonté de deux personnalités du monde du spectacle Khalid Tamer et Jamel Debbouze, souhaitant montrer, aux marrakchis mais aussi aux touristes toujours plus nombreux dans cette belle ville royale, les jeunes artistes de la piste chérifienne. Déambulations, parades, arts de la rue animent la cité ocre cette semaine. En ouverture de l’événement, le voltigeur Raidoine El Haoussa présente sa parade équestre marocaine, composée de 40 chevaux et de 8 calèches, emblèmes de Marrakech. Un numéro qui sort de l’ordinaire, pour admirer la dextérité des dresseurs avant d’assister au premier cirque en plein air de la programmation. Deux autres parades vont déambuler entre ciel et terre, “Overboys Original”, de la ville de Salé (voir blog20/05/2014) pour un tour du monde de la musique, et la déferlante de bidons et leurs acrobates appelée “Spirale”. Le point d’orgue de la manifestation sera sans aucun doute dimanche 15 juin, en clôture, la performance urbaine nommée Flash Mob(ylettes) spectacle conçu par les collectifs ”Générik Vapeur“ et “Eclats de Lune” et dédié à Marrakech mettant ainsi en vedette les sempiternelles mobylettes que la citée ocre connaît bien, celles chargées de familles nombreuses, d’animaux, d’œufs, de plantes, d’arbres…. L’avenue Mohammed V va ainsi être prise d’assaut, en musique, pour un ballet de mobylettes réinventées. Et les très nombreux marrakchis, conducteurs de ces deux-roues, sont invités à jouer le jeu de cette occupation sonore et chorégraphiée de l’espace public. La centaine de danseurs improvisés vont présenter Une parade pleine d’humour qui finit en apothéose sur la place Jemâa El Fna. Marrakech fait son cirque un festival montrant combien le cirque marocain est vivant et actuel.

commentaires

Vincent Cassel, un ancien du Cirque National Fratellini Etaix, au Grand Cirque Mystique

Publié le 11 Juin 2014 par cirk75 dans Cinéma

Vincent Cassel, un ancien du Cirque National Fratellini Etaix, au Grand Cirque Mystique

Vincent Crochon, dit Cassel, acteur, réalisateur et producteur de cinéma français, fils du célèbre comédien Jean-Pierre Cassel a, et c’est peut-être moins connu, suivi les cours d'acrobatie et de jonglage de l'École du cirque d'Annie Fratellini (voir blog11/06/2014). Et c’est peut-être apprentissage de la piste qui l’a porté à accepter de tourner dans un film intitulé ”Le Grand Cirque Mystique“ dont le tournage débutera au Portugal en septembre 2014, sous la direction du réalisateur Carlos Diegues. Le scénario relatera l’histoire de la famille Knieps, qui depuis cinq générations est immergée dans le monde du cirque. Vincent Cassel prêtera ses traits à Jean-Paul, un dépensier sans aucun scrupule qui cherchera à vendre le cirque. Il ne sera pas l'unique français à se joindre au film puisque Catherine Mouchet jouera une aristocrate européenne. L'acteur brésilien Jesuita Barbosa et le polonais Dawid Ogrodnik compléteront le générique de ce long-métrage. Le Grand Cirque Mystique est inspiré par le poème "Circus" de Jorge de Lima. Cette œuvre avait déjà fait l’objet dans les années 80 d’une comédie musicale due aux talents des chanteurs brésiliens Chico Buarque et Edu Lobo. Il est à noter que la musique de cette comédie musicale sera reprise dans cette adaptation cinématographique. Alors attendons encore quelques mois et peut-être verrons-nous Vincent Cassel jongler ou faire du trapèze, c'est-à-dire rajeunir de quelques années.

commentaires

La création de l’Ecole Nationale du Cirque : 1972 ou 1974 ?

Publié le 10 Juin 2014 par cirk75 dans Formation

Depuis quelques jours nombre de sites circassiens évoquent les quarante ans de l’école du cirque d'Annie Fratellini. Or très curieusement beaucoup d’auteurs d’ouvrages et parmi les mieux informés sur cette aventure font référence à l’année 72. Ainsi Laurent Gachet et Pascal Jacob indique, dans ”La Saga des Fratellini“ page 36, l’année 72 comme année d’origine de la création de l’Ecole Nationale du Cirque Fratellini. Annie Fratellini elle-même dans “Un cirque pour l’avenir”, livre dans lequel elle répond aux interrogations du journaliste Jean Monteaux indique 1972 comme moment charnière de la conception de la première école de cirque en France. Alors 1974 ou 1972 ? Mais pour élucider ce mystère, reprenons la genèse de ce projet.

Suite à la tournée qu’Annie Fratellini fit chez Pinder en 1971 avec Pierre Etaix; tous deux remarquèrent qu’il y avait de moins en moins d’artistes français sur les pistes des cirques. Une fois la tournée terminée un rendez-vous fut pris avec Jacques Duhamel, à cette époque ministre des Affaires Culturelles, et après moult réflexions les 3 interlocuteurs conclurent que, où le cirque était bien vivant c’était dans les pays où il y avait des écoles et qu’il était urgent de concevoir une école française et nationale de cirque. Après le départ du gouvernement de Duhamel, les Fratellini-Etaix durent prendre leur bâton de pèlerin pour convaincre les directeurs de cirque, qui hormis Jean Richard, n’étaient pas vraiment séduits par cette idée. Ce dernier va même jusqu’à proposer de créer cette école chez lui à Ermenonville. Proposition digne d’intérêt mais non retenue car cette école, pour avoir du rayonnement, devait être installée à Paris. Au même moment est constituée l’Association de l’Ecole du Cirque, loi 1901 sans but lucratif. Puis après deux ans de démarches avec revers et réussites, et après avoir aussi refusé le site du cirque de Reims pour les mêmes raisons évoquées plus haut, la première école Fratellini-Etaix ouvre dans une Maison pour les Jeunes au 20 Avenue Marc-Sangnier à Paris. En octobre 75 un chapiteau, ayant pour nom “Le nouveau Cirque de Paris” estplanté dans le 14ème arrondissement accueillant ce qui allait devenir le cirque de l’Ecole Nationale réunissant des artistes d'horizons différents. Cette nouvelle institution va transformer la France en pays en pointe en matière de diversité des cirques, et d'innovations. Au fil des ans, la formation va se professionnaliser et va intéresser les institutions culturelles. L'école est devenue un centre de formation supérieure, délivrant un "diplôme national supérieur professionnel d'artiste de cirque", de niveau licence. A ce jour elle est située en Seine-Saint-Denis et connue sous le nom d’Académie Fratellini (voir blog24/01/2012). Suivront en 1979 les premières bourses Louis Merlin, qui avec le temps deviendront les célèbres Médailles du Festival du Cirque de Demain (voir blogs 13/01//2014 & 14/01/2014) compétitions destinées à reconnaître les meilleurs élèves formés par ces écoles de cirque, n'oublions pas l'Ecole d'Alexis Gruss et de Silvia Montfort avait aussi vu le jour (voir blog17/05/2014), mais ceci est une autre histoire... Alors quelle est l'année de la création de l’Ecole Nationale du Cirque, à vous de juger ! Mais place aux images d'archive de cette école...

commentaires
<< < 1 2 3 > >>