Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Maria del Pino Papadopoulos-Vaquero dite Miss Mara (1934-2013)

Publié le 21 Décembre 2013 par cirk75gmkg dans Aériens

MissMara.jpgAvec la disparition survenue le 14 décembre 2013 de cette fantastique trapéziste qui savait faire frissonner les foules s’éteint une des dernières grandes stars aériennes du monde de la piste du moins du temps où l’usage des longes, talonnettes, jambières et autres cuissardes était exclu. Elle porta l’art du trapèze à grand ballant à sa perfection. Et ses descentes de jarrets, ses suspensions de nuque, ses échappements rattrapés par un jarret ou ses lâchers en pointes d’un seul pied restent dans la mémoire de ceux qui ont eu la chance de voir un moment exceptionnel. En France elle s’est peu produite mais il nous reste le souvenir d’une "Piste aux étoiles" enregistrée en 1963, conservée par l'INA.   

MissMara2.jpgNée en 1934 sur l’Île de San Fernando, près de Cadix, d’un père grec et d’une mère espagnole la jeune Maria fait ses débuts dans le cirque familial en 1939 à l’âge de cinq ans. En 1948, prénommée Miss Mara elle fait une chute au Cirque Segura, mais un mois plus tard elle reprenait son numéro. John Ringling North lui offre un contrat au "Cirque Ringling Bros. and Barnum & Bailey" et le 5 avril 1952 elle débute au Madison Square Garden de New York , début d'une longue collaboration de 5 années avec ce cirque. Le 11 septembre 1953, elle fait une grave chute alors que le spectacle est donné à Tacoma (État de Washington). Elle ne fera sa rentrée que 18 mois plus tard au Madison Square Garden. Fin 1957, elle est de retour dans son pays au "Gran Circo Americano", puis participe aux tournées du "Spanisher National Circus" et, après de nombreux engagements à travers l’Europe, elle décide, le 3 janvier 1980, de raccrocher pour de bon son trapèze.  Au cours de sa longue carrière elle reçoit  de nombreuses récompenses, dont en 1963 l'Oscar du Cirque et le Premio Nacional de Circo attribué par le Ministre de la Culture espagnol. Miss Mara une artiste fabuleuse qui donnait le grand frisson aux spectateurs?

 

 

 

commentaires

Les sacs de la Maison Vicaire

Publié le 20 Décembre 2013 par cirk75gmkg dans Art

vicaire2La Maison Vicaire fut fondée en 1927 par Simone et Charles Vicaire, spécialisée dans les sacs de cuirs incrustée de strass, mais devant le piratage incessant de leurs modèles l’entreprise se lança dans la confection de costumes de scène dont certains furent dessinés par Erle ou Folco pour par exemple les spectacles des Folies Bergères, du Moulin Rouge, du Lido mais aussi de Holiday on Ice, de Las Vegas ou de l’Atlantic City… Mais le cirque n’était pas en reste et dès 1930, les costumes des clowns blancs, comme ceux de Despart ou François Fratellini furent réalisés dans les ateliers de cette célèbre maison.

vicaire3La renommée de la Maison Vicaire ne fit que croître, et les plus célèbres des clowns blancs se devaient de porter un sac signé  Vicaire. C’est ainsi que l’on a vu fleurir nombre de costumes simples ou à manches gigot, manteaux croisés ou culotte de golf comme les appréciaient Alex (voir blo20/12/11). Un Vicaire était plus qu’un costume c’était une œuvre d’art constituée de 100 000 à 150 000 paillettes toutes posées à la main selon une technique dite "Lunéville" consistant à saisir un fil (sur lequel sont enfilées des paillettes ou des perles),le tordre et le passer dans l’étoffe, pour former une maille ou un point de chaînette grâce à un petit crochet donnant un point plus régulier.

vicaire-copie-1.jpgGérard Vicaire, le fils de Simone et Charles, qui avait repris en 1932 l’affaire familiale deviendra le plus grand costumier de cirque et jusqu’en 1992, date de la fermeture de la maison de couture, il réalisera plus de 300 costumes qui seront portés par les plus grands clowns du monde. Dix ans plus tard Caroline Valentin  décide de rouvrir ce lieu d'excellence et de poursuivre le savoir-faire de la famille Vicaire. En 2004 Genis Matabosch (voir blog31/03/2013) a publié un livre "Vicaire, le costume de clown"

commentaires

Henri Martin, le dompteur Martin (1793-1882)

Publié le 19 Décembre 2013 par cirk75gmkg dans Dompteurs

DompteurMartin.jpgPersonnage légendaire, le dompteur Martin d’origine marseillaise demeure pour l’histoire du cirque le premier, qui le 24 décembre 1819 à Nuremberg en Bavière, a osé entrer dans la cage d’un fauve. Mais commençons par le commencement. C’est vers 9 ans que le jeune Henri quitte sa famille pour travailler dans un cirque où il apprend avec succès l’acrobatie équestre. Et pour les beaux yeux de Gertrude Van Aken, dont le frère dirige une grande ménagerie ambulante il entre dans la cage aux fauves, dans la réalité dans la voiture cage du tigre Atyr, et à force de sang-froid, d’autorité et de prudence, il parvint à apprivoiser l’animal. Suite à cet exploit il acquiert une grande renommée. Il dresse aussi deux jeunes lions Néron et Cobourg, bête avec laquelle notre belluaire eu la plus grande complicité, puis réunit dans une même cage tigre et lion. Il présente un peu partout en Europe ses fauves et se produit devant de nombreux monarque dont roi de Prusse, Frederic-Guillaume III qui, séduit par son talent lui offre plusieurs bêtes de la ménagerie royale. En 1831, on le retrouve boulevard du Temple, à Paris où engagé par les frères Franconi, il se produit, entouré de ses animaux, dans une pantomime intitulée "Les lions de Mysore"».

DompteurMartin2Lors d'une représentation à Boulogne-sur-Mer, il est accroché par un lion. Une fois rétabli il reprend sa tournée, mais Gertrude, son épouse, craignant un nouvel accident, l’incite fortement à décrocher. C'est ainsi qu'en 1937, la quarantaine passée et après une vie de belluaire bien remplie, Henri Martin juge plus sage d’arrêter et céde  son établissement à son beau-frère Van Aken avant de se retirer à Kralingen, pays natal de sa femme, près de Rotterdam, où en 1857 il crée le jardin zoologique. Il rédige ses mémoires, intitulées tout simplement : "Mémoires d’un dompteur". Rassasié d’honneurs et d’argent, s’adonnant à la pêche et la chasse ainsi qu’à la culture des roses, il meurt le 8 avril 1882 à l’âge de 89 ans.  

commentaires

2 livres de Pascal Jacob à demander au Père Noël

Publié le 18 Décembre 2013 par cirk75gmkg dans Livres

Pascal JacobDirecteur artistique du Cirque Phénix et du Festival du Cirque de Demain, enseignant à l’Ecole nationale du cirque de Montréal et à l’Institut d’études théâtrales de Paris III, créateur de costumes et scénographe, Pascal Jacob, est aussi le fécond auteur de nombreux ouvrages sur les arts du cirque et de l’opéra.

 

PascalJacob1Les "Editions Ouest-France" viennent de publier un de ses ouvrages ayant pour titre "Paris en pistes – Histoire du Cirque parisien". Le thème de ce livre est Paris, capitale du Cirque. Ville où ont été construits 19 cirques stables qui, tous entre 1783 et aujourd’hui à une exception près, le cirque d’hiver, ont été détruits. Le cirque à Paris c’est une longue et belle histoire qui court du Pont-Neuf au Palais Royal, des Tuileries aux Filles du Calvaire, du Boulevard du Crime aux Champs-Elysées, de l'humble placette à la plus élégante des promenades, une histoire qui mêle saltimbanques et rapins, nobles cavaliers et séduisants dompteurs, clowns chamarrés et habiles jongleurs, bref tous ces artistes qui nous ont tant fait rêver. Livre de 144 pages richement illustré avec de nombreux documents ou photographies d’époque, car l’auteur est aussi un collectionneur averti (voir blog28/03/2013), cet ouvrage aura à sa place non seulement dans la bibliothèque d’un circophile, mais aussi dans celle d’un amoureux de Paris tant l‘histoire du cirque est intimement liée à celle de la capitale.

PascalJacob1-copie-1En 2013 Pascal Jacob a également coécrit avec Joëlle Garcia et Delphine Pinasa: "En piste ! Les plus beaux costumes de cirque". Ce catalogue de 192 pages de la magnifique exposition qui se tient jusqu’au 5 janvier 2014 à Moulins dans l'Allier, au Centre Nationale de costumes de scène, recense les sortilèges et les mystères des costumes de cirque et présente un vestiaire méconnu aux mille facettes et aux mille et une histoires provenant d’artistes ou de cirques reconnus (Fratellini, Gruss, Cirque du soleil…), ainsi que des collections publiques et privées comprenant des costumes, accessoires, objets, photographies, maquettes, affiches, documents audiovisuels, entretiens ou reportages d'artistes, de fabricants, de collectionneurs…

Si vous manquez d’idées pour vos cadeaux de fin d’année voilà deux ouvrages à ne pas oublier de mettre dans la hotte de votre père Noël.

 

 

commentaires

L’Empereur de Jade au Cirque Phénix

Publié le 17 Décembre 2013 par cirk75gmkg dans Programmes

Phénix13La dernière création du Cirque Phénix utilise cette année comme fil conducteur les signes du zodiac chinois, est, disons le tout net, un très bon cru où ont enfin disparu non seulement, la musique pentatonique et nasillarde chinoise mais aussi les costumes traditionnels voire folkloriques qui donnaient à certains numéros un ton un peu désuet voire suranné. Donc point de cela cette année, et adieu aussi aux comptines et légendes chinoises qui voulaient en donnant un côté culturel, alourdissaient inutilement le rythme du spectacle.

tableaudulapin.jpgCette année rien n’est à jeter. Les numéros de bascule, de barre russe, de jonglage avec chapeaux, les portées acrobatiques sur cannes, les assiettes tournantes, l’équilibres des verres, les pyramides des bancs, les fildeféristes jongleurs, sans oublier le numéro de toupies qui a valu à "Jianguo Ba" une médaille d’or lors du dernier Festival du Cirque de Demain donne à cet "Empereur de Jade" un spectacle éblouissant à la fois classique mais aussi très moderne. N’oublions pas les vélos acrobatiques où une dizaine de jeunes filles réalisent avec virtuosité et grâce toutes les performances que l’on peut exécuter sur une bicyclette.

tableaudelach-C3-A8vre.jpgMais s’il ne fallait ne retenir qu’une prestation, ce qui  relève il faut le dire du défit vu le haut niveau atteint cette année, le numéro présenté par le jeune "Junyi Zhang" 14 ans, réalisant des équilibres sur tête ou sur les mains dont celui avec les épaules à l’envers relève de l’exceptionnel. Mais mieux qu’un long discours voyons ou revoyons ce numéro, qui est, il faut le dire, fortement influencé par celui que réalisait dans les années 90 le surnaturel ukrainien Anatoly Zalievky (médaille et Clown d’or).

 

commentaires
<< < 1 2