Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Cirque Pourtier (1923-1960)

Publié le 15 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

 

Pourtier1939.jpgEtablissement aujourd'hui disparu le Cirque Pourtier jouissait d’une grande réputation dans le nord. Il était dirigé par Antoine, un ancien gymnase et par une danseuse, connue et surnommée "Miss Martha la mâchoire infernale" car suspendue par la mâchoire, elle descendait du haut du cirque sur un fil d’acier oblique à une vitesse vertigineuse. Tous deux avaient débuté leur carrière de directeurs avant la grande guerre en dirigeant le "Grand Cirque Français".

Pourtier1953.jpgMarthe et Antoine Pourtier obtinrent en 1923 la concession du cirque municipal de Douai, appelé aussi Hippodrome, qui offrait des représentations à l’occasion des fêtes de Pâques et des fêtes de Gayant, (le fameux géant du nord) pour huit à dix jours en juillet. Aux autres périodes de l’année le cirque Pourtier voyageait, simultanément avec deux constructions, celle des frères Roche et celle de Médrano. A partir de 1929, on assista à l’association temporaire de Roche et de Pourtier, mais en 1930, la semi construction devient propriété exclusive des Pourtier.

Pourtier1950De 1922 à 1938, le cirque Pourtier s’installait à partir du 2ème dimanche de septembre pour 2 ou 3 semaines à l’hippodrome de Valenciennes. De 1929 à 1938, les Pourtier installèrent au Champ de mars de Lille, leur cirque avec de copieux programmes (Dario-Bario- Rhum, les Fratellini, Béby, Caroli, Porto ou Ilès & Loyal, les Rainat, les Rastelli, Alfred Court, Armand Guerre).

Pourtier1947.jpgEn 1938 les Pourtier achetèrent la construction Médrano, qui fut louée en 1941 par le cirque Amar. La construction des Pourtier, qui fut remisée, pendant la seconde guerre mondiale, brûla pendant les bombardements. De 1947 à 1960 Marthe Pourtier, qui avait perdu en 1941 son époux, dirigea seule l’établissement qui continua de présenter des programmes composés d’attractions de premier ordre.

commentaires

Buster Keaton à Médrano

Publié le 14 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cinéma

 BusterKeaton02.jpgSurnommé Buster par Harry Houdini, alors qu’il était au berceau, le jeune Keaton partagea la vie itinérante de ses parents acrobates. Ce clown de génie au visage impassible avait créé au cinéma le personnage de "l’homme qui ne rit jamais" et ses films font parti du patrimoine de cinéma. Mais ce qui est peut être moins connu c'est qu'il s'est produit 3 fois en France à l’initiative de Jérôme Médrano dans son cirque éponyme situé à Paris boulevard Rochechouart.

 

 Medrano03.jpgPour fêter en 1947, les cinquante ans de son établissement Jérôme Médrano s’est assuré le concours de plusieurs grandes vedettes internationales. Et pour le programme de réouverture (5 septembre au 2 octobre 1947) en plus des clowns habituels: Maïss & Béby, Pépé & Loriot, la vedette revient à Buster Keaton "l’homme qui ne rit jamais et qui fait rire le monde entier". Au cours du spectacle Buster interprète avec Maïss & Pépé, Christian Duvalleix, Benettini  un stretch inédit .

 

BusterKeaton03.jpgDu 26 septembre au 16 octobre 1952 Buster Keaton revient à Médrano avec comme ravissante et élégante partenaire son épouse Eléonor Noris, dans une création nommée "Soir de fête". Au même programme on peut aussi applaudir le Maître écuyer Ernest Schumann ainsi que les clowns Alex et Béby,

 

BusterKeaton04.jpgBuster Keaton s'y produisit une dernière fois du 8 janvier au 4 février 1954 dans une série de petites "entrées" à la mécanique précise et parfaitement huilée. Ainsi, il survient à l’improviste au milieu des hommes de piste occupés à démonter le matériel du numéro précédent, se fait expulser, prend place parmi les spectateurs, revient dans la piste pour y lire sur un banc un immense journal, se livre au pillage d’un distributeur de confiseries et s’égare dans une cabine téléphonique d’où il ressort à califourchon sur les épaules d’une ravissante personne, Eléonor son épouse. Au même programme du 7ème spectacle accéléré de la saison 1953-54, Nino & Charly, Drena & Boulicot, Pipo et Dario, Loriot Billy Beck & Mylos, démontrant ainsi que la tradition selon laquelle à Médrano les clowns sont rois n’est pas usurpée

commentaires

Les Clowns (1971)

Publié le 13 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cinéma

 Depuis sa précoce enfance, Fellini est attiré, voire subjugué, par le cirque. Il entreprend ici, à la demande de la télévision, une sorte de voyage nostalgique à la rencontre des anciens clowns et de leurs souvenirs. Cela donne un film en forme de faux documentaire sur les rapports du cirque et du grotesque.  
   
Les-Clowns.jpgFellini rend visite à de grands cirques européens et au passage nous pouvons voir Billi Scotti, Pierre Etaix, Annie Fratellini, Charlie Rivel, Jean Houcke, Alex, Louis Maïss, Loriot, Bario, Fumagalli, Victor Fratellini.
   
     Les-Clowns2.jpgOeuvre dérangeante et polémique pour certains, insulte au monde cirque en général et aux clowns en particulier pour d'autres, ce film n'a pas rencontré beaucoup d'émules dans le monde de la piste. Ainsi Adrian dans son ouvrage "Cirque et Cinéma" indique: " l'attirance de Fellini pour les clowns est-elle admirative ou dérisoire? Quel plaisir prend-il à laisser sa caméra s'attarder et surtout grossir les défauts, les tics, à rendre caricaturales les expressions humaines? Car dans ce film, les clowns et tous les participants sont vus et photographiés sous un angle qui les désavantage: le grotesque prime toujours l'humain".
   
  Alors film sur ou contre le cirque? A vous de juger MK2 l'a édité en DVD, bonne vidéo.
 
 
commentaires

La Légende (Arlette Gruss 2010)

Publié le 12 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Programmes

GrussArlette2010C'est toujours avec un grand plaisir que je vais  voir un spectacle de ce cirque de grande qualité. Etant parisien je dois attendre la fin de la tournée pour voir le programme concocté années après années par Gilbert Gruss. Etant présent le 15 mai à Strasbourg c'est donc dans cette ville que j'ai pu  voir la production 2010. Grand bien m'en a pris car j'ai pu enfin admirer le nouveau chapiteau, car pour nous pauvres parisiens, aussi bien cette année que l'année dernière ,nous sommes toujours privés de la Cathédrale et avons toujours droit à l'ancienne toile.

 

GrussArlette1988.jpgComme chaque année tous les numéros sont excellents et chez Arlette Gruss la tradition animale est respectée, Sandro Montez et ses exotiques, Alfredo Beautour et ses superbes tigres, la cavalerie est doublement présentée par Linda Gruss-Biasini et sa fille Laura Maria. Depuis 3 ans cette jeune artiste électrise la piste par sa présence et son métier déjà affirmé. Voilà une jeune artiste qui prend plaisir à être en piste et qui communique avec le public. Il y a de l'Arlette dans sa petite fille, bon sang ne serait mentir et je ne prends pas grand risque, en pariant que Laura Maria sera prochainement une artiste de grand renom. Dans la famille Gruss, n'oubions pas Kevin, qui cette année nous donne le frisson avec un numéro de trapèze plein de grâce avec son amie Julia Friedrich

 

Cette année le numéro vedette, est la  performance réalisée quotidiennement par le Trio Laruss. Ces 2 femmes et cet homme enchaînent des poses plastiques d'une grande difficulté, et le public ne s'y trompe en les remerciant par une standing ovation. 

Mathieu.jpgLa soirée est menée tambour battant avec Mathieu, auguste de reprises, qui par ses gags ravit toujours les spectateurs.  Une petite pensée aussi pour les Goty qui présentent l'entrée du miroir brisé et aux dynamiques trapézistes brésiliens  les Flying Zuniga. Le  Spectacle 2010  se termine dans une poignée de jours à Paris et c'est une splendide pièce montée à consommer sans modération.

commentaires

Le Cirque et la résistance

Publié le 11 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

Comme nous l'avons indiqué dans un précédent blog (04/12/2010) pendant l'occupation nazie la plupart des cirques ont continué à proposer des spectacles car il fallait bien faire bouillir la marmite. Par contre certains telle la famille Ringenbach ont montré que l'on pouvait à la fois continuer son métier tout en montrant son opposition à l'ennemie. Revenons sur cette histoire qui, il faut bien dire, est exemplaire.

     Bureau26Amédée Ringenbach naît en 1891 et au lendemain de la guerre de 14-18, il devient gymnaste et crée un numéro de mains à mains. Au début des années 20, un remplacement au Cirque Bureau le conduit à Bourges et là, comme dans les meilleures histoires d'amour, il rencontre et épouse Yolande Sturla dont les parents sont issus du monde du cirque.

    C.des-Allies1938.jpgAvec l'aide de ses beaux parents Amédée Ringenbach fonde le Cirque des Alliés puisque les artistes composant le programme viennent de différentes nationalités. Il présente d'excellents numéros avec notamment les jockeys Ricono, Sturla, les Gruss (André et Alexis).

    National1963.jpegEn 1939, le cirque est arrêté à Vannes et l'occupant allemand refuse que cet établissement continu de circuler sous le nom de Cirque des Alliés. Pour protester contre cette décision, Amédée Ringenbach décide de baptiser son établissement Cirque National.

    National-Palace.jpegA Vierzon, aujourd'hui la famille Ringenbach continue à exploiter un cabaret music-hall sous le nom de National Palace, un petit clin d'œil au passé.

 

 

 

 

commentaires

Dany Boy au Cirque Pinder

Publié le 10 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Musique

 

 dboy 03Dans les années 60 le Cirque Pinder a souvent présenté en seconde partie de son spectacle, un chanteur. La tournée que Claude Piron, plus connu sous le nom de Dany Boy, a effectuée en 1962 reste dans la mémoire de cet établissement dirigé à cette époque, par Charles Spiessert. Mais revenons aujourd’hui sur cet évènement et laissons la parole à Dany.

Dany Boy1"La directrice de la RTF souhaitait que je fasse la tournée du Cirque Pinder. Il y avait eu avant moi, Luis Mariano, Gloria Lasso et Roger Nicolas. Le concept m'a plu et j'ai dit oui. Je devais néanmoins changer de tenue pour un costume blanc. On est donc partis avec les "Pénitents" et un matériel incroyable : amplis, chambre d'écho, Gibson pour les musiciens, le tout acheté par ma maison de disques. Ça été une tournée de folie. On chantait devant 5 000 personnes et il restait souvent plus de mille personnes dehors. En fait, il y avait une telle ambiance, que tous les jours les monteurs devaient réparer les gradins détériorés la veille. C'était un cirque immense de six mâts, vraiment un beau chapiteau. Et il y avait Roger Lanzac, voilà un homme qui était formidable. Je garde de lui d'excellents souvenirs."

Dany BoyQuarante ans plus tard, en 2009, le 4 décembre Danny Boy tout de blanc vêtu, retourna sous le chapiteau du Cirque Pinder et toujours accompagné des Pénitents 2009 devant un auditoire nostalgique, fit revivre un soir cette période enfiévrée et magique.

commentaires

Jean Cocteau (1889-1963)

Publié le 9 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Art

Médrano61Jean Cocteau artiste aux multiples facettes (poète, graphiste, dessinateur, auteur de théâtre, cinéaste…) a marqué le monde de l'art au XX° siècle. Durant sa vie il côtoya tous ceux qui animèrent la vie artistique. Ce qui est moins connu c’est son attirance pour le monde du music-hall et du cirque où il croisa Ella Fitzgerald, Mistinguett, Piaf, Trénet, Barbette, les frères Fratellini, Grock et bien d'autres. Et c'est tout naturellement, qu'à la demande de Jérôme Médrano, il composa un dessin original pour célébrer ce cirque. 

MissLalaDegas.jpgL'exemple Cocteau n'est pas unique car le Cirque Médrano, ancien Cirque Fernando, tissa des liens très étroits avec le monde des arts et, l'exemple le plus célèbre est sans aucun doute le tableau qu'Edouard Degas réalisa sur "Miss Lala au Cirque Fernando", peinture que l'on peut voir à Londres à la National Gallery.

 


commentaires

Le Nouveau Cirque 1886-1926

Publié le 8 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Cirques d'hier

 

NCirque1894.jpgParmi les établissements parisiens disparus, le Nouveau Cirque mérite une particulière attention car il fut le cadre d’innovations importantes dont la principale fut l’utilisation d’une piste nautique.

 

NCirque1895.jpegIl convient de rappeler que son fondateur Joseph Oller, qui fut celui du Moulin-Rouge et de L’Olympia, de même que le créateur du Pari-Mutuel, poursuivait un double but en dotant le cirque d’une piste transformable: apporter aux numéros un nouvelle élément d’expression et enrichir la capitale d’un établissement de bains géants. La première enseigne du Nouveau Cirque fut d’ailleurs: "Arènes Nautiques"; lors de la saison d’été, ce cirque devait devenir une plage pour les parisiens, mais l’évolution des mœurs est souvent plus rapide que la réalisation des idées et, lorsque la construction fut terminée, les éventuels baigneurs avaient pris l’habitude d’aller au bord de mer. Le Nouveau Cirque fut donc un cirque et son eau une attraction.

 

NCirque1.jpgL’établissement s’étant dès son ouverture, placé sous un signe assez mondain: les principaux cercles parisiens y louaient en permanence des loges pour leurs membres et, les plus brillants dandys, monocle à l’œil, aimaient y jouer les "Messieurs de la barrière" ce qui leur permettait de mieux approcher les belles acrobates ou écuyères sans oublier les naïades qui ressuscitaient, à la moderne, les naumachies chères aux Anciens.

 

NCirque1925.jpgCes pantomimes nautiques (Carnaval de Venise, 10 millions de dot…) furent naturellement des éléments du succès du Nouveau Cirque, mais il ne faut pas oublier que la piste sèche permit d’apprécier les Frediani et leur sensationnelle colonne équestre à trois, les Rainat, maîtres du trapèze volant bâton à bâton, c’est-à-dire sans porteur et aussi quelques uns des meilleurs clowns: Foottit, Chocolat, Antonet, Beby et Médrano (Boum-boum)…

 

    NCirque1926bis.jpgLe Nouveau Cirque était situé à Paris au 251  rue Saint-Honoré sur l’emplacement du premier Cirque Olympique des Franconi et, pouvait accueillir 3 000 spectateurs. Joseph Oller, Raoul Donval, Hippolyte et Jean Houcke, Mathias Beketow et Charles Debray se sont succédé à la direction de cet établissement phare du Paris de la Belle Epoque.

 

commentaires

Les Sipolo

Publié le 7 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Artistes

 

Sipolo4.jpgLes Sipolo, excentriques musicaux composés de Paul et Mireille, étaient dans les années 60-70 des vedettes très populaires du cirque et de la télévision. Les moins de cinquante ans se souviennent certainement de leurs nombreux passages à la "La piste aux étoiles" ou à "Jeudi-télé".


Sipolo5Leur célèbre "En sifflant la Polka" servait dans les années 60 de générique aux dessins animés programmés le jeudi après-midi. En 1958 le Grand prix du disque de l’Académie Charles Cros, (sorte de prix Goncourt pour la musique), témoignait de la qualité de la musique qu’ils jouaient.


Les Sipolo pratiquaient la musique avec des instruments peu conventionnels et incongrus: casseroles, bouteilles, cornes d’auto, clochetons, chandeliers, poivriers, carafes, tuyaux… et autre ustensiles insolites et sonores (le même genre d'expériences que l'on aime pratiquer dans la cuisine familiale avec un résultat, disons, moins mélodieux.)


    SipoloLes Sipolo étaient de la tournée présentant les meilleurs artistes de cirque (Andrée Jan, Les Craddocks, Les 3 Fratellini, Sabine Rancy, Dany Renz, Les Alizés…) en URSS et en Chine en 1958.

 

    disk Rolf. ZavattaJacques Tati dans son film "Parade" les a immortalisés et on peut se procurer encore aujourd'hui le CD "Musiques de Cirque", sur lequel figurent 6 de leurs compositions.

 

Sipolo3.jpgMireille Sipolo dans un livre intitulé "Sipolo m’était conté" relate avec une grande émotion, Paul est décédé en 1994, leur histoire artistique. Un livre à se procurer comme cadeau de Noël.


commentaires

Cirque & Franc-Maçonnerie: le Shrine Circus

Publié le 6 Décembre 2010 par cirk75gmkg dans Franc-Maçonnerie

 Montana1994.jpgLes Shriners ou Ancient Arabic Order of the Nobles of the Mystic Shrine (A.A.O.N.M.S.) traduisible par "Ordre des nobles arabes anciens du sanctuaire mystique" forment une société maçonnique  fondée vers 1870. Les membres de l'Ordre portent un fez rouge,  participent à des défilés. Ils  sont réputés pour aimer  les mini voitures, les fanfares, les défilés colorés ainsi que le monde du cirque, avec ses clowns et ses jongleurs. Chacun des 191 temples a d'ailleurs son jongleur attitré.


Schrine-Circus.jpgLes Shriners par des spectacles américains de cirque (le Shrine Circus est dirigé par la famille Zerbini) financent des hôpitaux  dédiés  à l'amélioration de la vie des enfants par le biais de soins pédiatriques spécialisés, ainsi que par des programmes de recherche et d'enseignement innovateurs et exceptionnels.

 

Mineapolis1971.jpgMahamiCircus.jpgPour les curieux Un site est dédié à cette organisation: www.shrine-circus.com

 

commentaires
<< < 1 2 3 > >>