Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

On nous plante un couteau dans le dos

Publié le 1 Octobre 2020 par cirk75 in Animaux

"On nous plante un couteau dans le dos", tel est le sentiment de William Kerwich, directeur de cirque et président du Syndicat des animaux de cirque et de spectacle (S.A.C.S.). "Notre profession indique-t-il est déjà très affaiblie par la crise sanitaire. On nous parle d’un accompagnement sur cinq ans, mais c’est aujourd’hui que nous avons besoin d’aide, pour nos professionnels et pour subvenir aux besoins des animaux."

Comme on le voit le milieu de la piste ne comprend pas, il est abasourdi, en colère, encore sous le choc. Déjà fragilisé ces dernières années par une baisse de fréquentation du public, le monde du cirque itinérant est particulièrement préoccupé par les mesures annoncées par la ministre de la transition écologique. Il se sent rejeté par la classe politique toute entière. Non seulement il a dû supporter et se défendre seul sans que les pouvoirs publics lèvent le petit doigt quand il fut attaqué, conspué, assiégé par les animalistes, mais aujourd’hui il doit aussi en payer le prix fort. Il lui faut selon le doux euphémisme ministériel  "se réinventer".

Mais qu’est-ce que se réinventer quand on a été au contact toute sa vie avec des animaux ? Les princes qui nous gouvernent se rendent-ils bien compte de la vie et des sacrifices consentis par les éducateurs d’animaux ?

Les Circassiens ont comme on le voit perdu la bataille face à l’opinion. N'ayant pas l’habitude de se défendre ni de quémander des aides et des subventions, sans capacités financières, ni expertise de communication, face à des associations animalistes fort bien rodées aux campagnes de communications et aux budgets conséquents (voir blog30/06/2019), souvent aussi refuges très lucratifs pour leurs dirigeants, le monde de la piste doit se réunir et s’organiser. Adieu les querelles de chapelles, les différents syndicats ou associations circassiennes doivent travailler ensemble, se rassembler. Et si une bataille a été perdue le combat n’est pas terminé. Rien n'est encore voté, ce ne sont que des mesures et non une loi ou un décret.

Amis circassiens, il faut à votre tour retourner l’opinion, d’autant plus en ce moment les écologistes font tout pour passer pour des rabat-joies. Depuis quelques temps les mesures qui frappent l’opinion publique portent leur signature : outre celle se rapportant aux animaux dans les cirques, il y a les terrasses chauffées, les sapins de Noël, le Tour de France, les Jeux Olympiques… Mesures indispensables qui vont avoir on le sent bien un impact positif sur le réchauffement climatique. A vous de les tourner en dérision, mais rien ne pourra se faire sans réunion de toutes les familles et parties prenantes de la piste. 

En guise de conclusion et pour parodier Les Tontons Flingueurs,  "les politiques démagogiques osent tout c’est même comme ça qu’on les reconnait."

Commenter cet article