Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet

Publié le 23 Mars 2020 par cirk75 in histoire

Mustapha Amar dernier survivent des frères Amar, cède son affaire en 1967 à Jean Roche, qui en assure la direction générale de 1968 à 1972, avec Alphonse Eck, comme directeur du cirque.

Pendant cette période de 4 années les couvertures des programmes s’ornent d’un splendide lion stylisé à côté d’un cercle rouge où, Amar le cirque de France est inscrit. Pour expliquer ce visuel changeant radicalement avec ce qui se faisait auparavant, Il faut se rappeler qu’à cette époque deux publicités d’entreprises pétrolières (Esso & Elf) avaient fortement marqué les esprits.

Ainsi dans la nuit du 27 avril 1967, une grande opération fut impulsée sur tout le territoire français pour le lancement de la marque Elf, avec comme accroche "Les Ronds rouges arrivent".

Quant à Esso depuis 1965  son slogan faisait mouche il s’agit de : "Mettez un tigre dans votre moteur." Comme on le voit le cirque Amar surfe sur ces concepts en se les appropriant et en les détournant légèrement le tigre par exemple étant remplacé par un lion.

En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet
En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet
En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet
En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet
En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet
En 1972, le Cirque Amar squatte le théâtre du Chatelet

Parmi les affiches présentant cette signature visuelle, une indique que le  cirque Amar s'installe au Théâtre du Châtelet à partir du 13 décembre 1972. Ainsi tous les après-midi, sauf le dimanche, en matinée à 14 heures et 16 h. 45, les clowns, les acrobates, les fauves, les trapézistes, - les Alizés vont devoir tendre leur filet à 40 cm au-dessus de le scène – tous ces artistes vont prendre possession de la scène, sur laquelle néanmoins se poursuit  tous les soirs de l'opérette de Francis Lopez : Gipsy.

Jean Roche décida à son tour de passer le témoin à Roger Jacob, une aventure qui se terminera en août 1973  par une faillite retentissante, mais ceci est une autre histoire…

Commenter cet article