Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Kirk Douglas (1916-2020) trapéziste au cinéma

Publié le 9 Février 2020 par cirk75 in Cinéma

On vient d’apprendre le 5 février dernier le décès à 103 ans d’Issur Danielovitch Demsky. Né d'un père chiffonnier, vivant avec ses six sœurs dans la pauvreté, le jeune Issur doit multiplier les petits travaux pour financer ses études. Adolescent, il se découvre une vocation pour le métier d’acteur et réussit à s’inscrire à l’université de St Lawrence avant de suivre les cours d’une école d’art dramatique de New York. Condisciple d’une certaine Betty Joan Perske, la future Lauren Bacall, il adopte alors le pseudonyme de Kirk Douglas sous lequel il deviendra un acteur de renom.

Parmi les films qui ont marqué sa longue carrière citons : "L’Emprise du crime" (1946), "Le Champion" (1949), "Vingt Mille Lieues sous les mers" (1954), "La Vie passionnée de Vincent Van Gogh" (1956), "Les Sentiers de la gloire" (1957), "Les Vikings" (1958), "Spartacus" (1960), "L’Arrangement" (1969). En revanche personne ne mentionne un film de 1953 nommé "The Story of Three Loves", titre français : "Histoire de 3 amours", dans lequel il joue le rôle d'un trapéziste de cirque.

Ce film américain à sketchs tourné en Technicolor, réalisé pour la MGM, comporte de trois parties nommées, "L'amant jaloux", "Mademoiselle" et "Equilibre". La première histoire est réalisée par Vincente Minnelli, les deux autres sont dirigées par Gottfried Reinhardt.

Seule la troisième partie peut intéresser un circophile averti, car elle relate l’histoire de Pierre Narval (Kirk Douglas), artiste de cirque en perte de vitesse, rangé des trapèzes suite au décès de son partenaire pour lequel il se sent responsable. Il va sauver de la noyade une jeune femme italienne Nina Burkhart (Pier Angeli), qui a voulu se suicider en se jetant dans la Seine du haut d'un pont parisien. Cette dernière se sentant elle à l'origine de la mort de son mari, tué pendant la dernière guerre mondiale dans un camp de concentration par les nazis.

Pierre va enseigner à Nina l'art du trapèze, et en même temps va naître entre eux un sentiment amoureux. Tous les deux vont alors mettre au point un numéro aérien spectaculaire et dangereux, dont le point d'orgue sera un saut de la voltigeuse à travers un cerceau opaque, de son trapèze aux bras de son porteur. Une fois leur numéro réglé ils sont engagés par le directeur d'un cirque qui exige qu'ils l'exécutent sans filet. Ce qui ne se passe jamais dans la réalité où ces numéros sont toujours réalisés avec un filet. Le cinéma aimant tordre le cou à la réalité pour accentuer le côté dramatique.

Le principal intérêt de ce film pour un amateur de la piste, réside dans la relation du lent entrainement de la future reine de l’air. Celui-ci est d’un grand réalisme, ce qui ne doit pas nous étonner si l’on sait que la supervision de ces scènes furent assurée par Harald Voyce un volant, membre de la célèbre troupe américaine "Flying Harald". Notons aussi que pour ce film Kirk Douglas et Pier Angeli ne se firent doubler que pour les scènes vraiment périlleuses, interprétant par eux-mêmes certaines scènes aériennes.

Cette œuvre cinématographique à vrai dire n’a guère laissé de traces dans la mémoire des cinéphiles, et comme on l'a dit, elle n'a pas été retenue parmi les rôles marquants tenus par Kirk Douglas.

Néanmoins il nous reste cette bande annonce en anglais pour nous en faire une petite idée de film.

Commenter cet article