Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

"Au cirque, parade équestre" (collection privée)

Publié le 4 Janvier 2020 par cirk75 in Art

Cette huile sur panneau, (27 x 35) signée en bas à gauche Dyf, pseudonyme de Marcel Dreyfus (1899-1985) est une des rares incursions de ce peintre français, plus connu pour ses nombreux paysages, que pour ses tableaux sur les arts de la piste. Et si les fleurs, les femmes, les scènes folkloriques, les paysages l'ont beaucoup inspiré, on lui connait néanmoins une autre œuvre circassienne, une seconde huile sur panneau, (34 x 27) intitulée, "Au cirque, le dompteur de tigres".

Pour ces deux tableaux ayant pour thème les étoiles de la piste, le peintre utilise principalement des couleurs chaudes dont le brun et l'oranger. La première associée à la terre, au bois, à la chaleur et au confort, suggère la douceur et le naturel. La seconde symbolisant l'énergie et l'action. L'oranger véhicule des valeurs de communication et de créativité. Il transmet de la joie, du plaisir et donne cette sensation de chaleur et de joie ressenties lorsqu’on assiste à un spectacle de cirque. Si la seconde œuvre montre une répétition, le dompteur n’a pas encore passé son habit de lumière, la première nous présente une écuyère en train d’exécuter un équilibre sur un cheval sous les yeux des spectateurs. On aperçoit aussi sur la piste le Maître de manège réglant la course de l’équidé et le clown, (ou plutôt les clowns, on en compte trois), personnage traditionnellement énamouré de la belle amazone. Bref c’est un classique de l’art pictural que bon nombre de peintres ont souvent repris.

Par contre cette scène représentant un dompteur et ses tigres est plus rare. Elle nous montre un numéro en férocité, les tigres semblent attaquer le belluaire. Cette pratique, très en vogue au XX° siècle, et apparue sur les pistes vers les années 1850, renforçait le côté spectaculaire du face-à-face entre l’homme et les animaux et permettait d’accrocher les spectateurs en lui donnant l’occasion de frissonner en voyait l’homme se défendre contre les attaques des félins. De nos jours les dompteurs sont plus enclins à présenter des fauves en douceur. Les fauves paraissant ainsi des gros matous avec qui on joue,. 

Dyf avec ces deux réalisations dans la tonalité impressionniste nous propose des moments de cirque très traditionnel qui sont de nos jours bien injustement décriés par certaines ligues vertueuses ...

Commenter cet article