Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

"Défi" la production 2019-2020 du Cirque d’Hiver Bouglione

Publié le 3 Janvier 2020 par cirk75 in Programmes

On ne la peut-être pas assez souligné mais combien sont évocatrices les nouvelles affiches qu’utilise depuis 2 ans la famille Bouglione ! Désormais sur un fond bleu et non plus blanc comme jadis, les actuels maîtres des lieux semblent s’être appropriés le rêve, la sagesse et la sérénité, symboles de cette couleur. L’année dernière pour le spectacle "Extra" (voir blog 04/01/2019) le peintre illustrateur Laurent Melki (voir blog28/06/2018) avait représenté le Cirque d’hiver plus léger que l’air, s’envolant tel un ballon dirigeable dans le ciel bleu. Cette année avec le spectacle "Défi", le bâtiment est devenu bateau fendant les vagues de l’eau bleue avec à sa proue un Michel Palmer (voir blog27/03/2015) plus grand timonier que jamais.  Deux visuels symbolisant l’indépendance et la partance vers de nouvelles aventures circassiennes pour la 4ème génération Bouglione, désormais en charge la gestion du plus vieux cirque du monde, même si dans l’organisation le nom d’Emilien Bouglione (voir blog20/12/2014) reste toujours le directeurs (avec un S). 

De plus, depuis le décès de deux personnalités indissociables de l’histoire de la famille, Madame Rosa (voir blog21/12/2010) et Monsieur Sampion (voir blog16/05/2019), les Bouglione sont partout. Dès l’entrée dans la boite à sel Sandrine officie, proposant des souvenirs c’est Odette, les confiseries sont le domaine d’Alexandre et de Florence, la mise en scène est signée Joseph (voir blog26/02/2017), à la barrière Alexandro & Valentino Togni-Bouglione, sur piste Régina, Victoria, Sampion et son épouse Natalia Egorova, quant à Thierry il surveille le bar de l’Impératrice au moment de l’entracte et le bon déroulé du spectacle… bref personne ne chôme quand on porte un tel nom.

Mais revenons au spectacle. Comme il est d’usage il débute au son de la timbale de l’orchestre dirigé par Pierre Nouveau (voir blog13/12/2016) interprétant "Vive le cirque", le générique de l’émission "La Piste aux Etoiles". Puis la piste est occupée par un charivari trépidant de 8 artistes de la troupe Bingo, qui cette année remplacent les Salto Dancers. Outre les moments dansés ces artistes ukrainiens nous offrent deux numéros acrobatiques de belle facture. Ainsi Le Trio Cappuccino, formé par trois jeunes et belles femmes, montre des portées esthétiques alliant grâce et force et, Artur Dunov seul membre masculin des Bingo, étale toute sa technique au mât chinois avec de belles et impressionnantes prises acrobatiques.

Les russes Elena et Mikhail Ivanov jonglent avec huit ballons tout en se déplaçant avec aisance en monocycle sans selle. Lui sorte de Pierrot lunaire, elle arlequine, tous deux vêtus de costumes recherchés savent allier poésie et virtuosité. Un beau et enchanteur moment lors du spectacle.

Côtés animaux de compagnie, une meute de canidés blancs de toutes tailles toilettée à la lionne présentés par le dynamique Evgeny Romissarenko, quant à son épouse Asel Saralaeva elle fait travailler à l’aide de croquettes des chats à la fourrure somptueuse.

L’excentrique russe Konstantin Muraviev, connaît bien la piste du cirque d’hiver. C’est ici en 2006, lors du Festival Mondial du Cirque de Demain qu’il eut l’idée de transformer son numéro de roue allemande en entrée comique : être un homme ventripotent qui veut absolument maigrir. Il reprend pour le bonheur des zygomatiques des spectateurs les tricks qui lui avaient valu il y a 13 ans le Prix Nikouline lors de cette manifestation. 

Autres comiques Les "Without Socks", Clown de bronze en 2019, composés d’ Artem Babinov  clown tout habillé de rouge et de deux trublions, le barbu Konstantin Kopeikin et le turbulent blondinet Masya Karpov. Ce trio russe nous présentent des entrés originales où photographie, danse et musique, sont au cœur des sketchs proposés. Et ils font pour le plus grand bonheur des petits et des grands, régner des instants de folie sur cette piste plus que centenaire.

On a gardé pour la bonne bouche le numéro aérien de l’italien Sonny Gartner et du roumain Petrica Anghel qui termine le programme.  Ces deux artistes proposent non seulement tous les tricks qu’on attend d’un numéro catalogué Roue de la mort, mais Sonny Gartner exécute en plus, et ils ne doivent pas être très nombreux ceux qui le font, un salto arrière à l’extérieur de cette machine tournante. Un grand moment d'adrénaline à coup sûr!

Malheureusement dans cette production on regrette la présence d’artistes déjà vus lors de programmes précédents. Ainsi Daniel Golla, cette année barbu, propose toujours son numéro d’aéromodélisme sur une musique tonitruante reprenant en 2019 avec des avions cette fois-ci de couleurs différentes ce qu’il avait présenté sur cette même piste il y a cinq ans. Autres redites, en 2016 lors du programme "Surprise", nous avions déjà pu applaudir le "Duo A & A" ainsi que Victoria Bouglione. Cette année ils reviennent pour proposaient la même prestation et même si ces deux numéros sont impressionnants, c’est tout de même du réchauffé. En revanche ce n’est pas le cas avec Sampion Bouglione, qui cette année délaissant balles et claquettes rejoint sa blonde épouse Natalia en haut de la coupole dans un original numéro mêlant sangles aériennes et piano.

Comme chaque année, se rendre au cirque d’hiver reste un instant magique et chargé de souvenirs. Et même si le spectacle "Défi" n’est pas un millésime exceptionnel, (et nous n'avons pas parlé du numéro qui trantole de Régina Bouglione, car il faut mieux ne rien dire) avec ce spectacle on passe un bon moment familial qui fait qu'on ne regrette nullement son déplacement même si en ce moment, suite aux mouvements sociaux, les transports parisiens ne sont pas du plus commode.

Commenter cet article