Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Origines (44ème spectacle chez Alexis Gruss)

Publié le 24 Février 2019 par cirk75 in Programmes

Depuis quelques temps je boudais les productions du Cirque, non de la Compagnie Alexis Gruss, c’est curieux cette manie de ne plus dire que l’on fait du cirque. Et après avoir été un peu déçu par la production "Pégase et Icare" (voir blog02/03/2015) un peu trop cabaret selon mon gout, j’avais zappé leur deuxième spectacle avec les Farfadais (voir bolg28/05/2014) intitulé "Quintescence". 

En 2018 j’avais appris, qu’en cette année du bicentenaire de la création du cirque par Phillip Astley (voir blogs 07/06/2015 & 06/04/2018), la famille Gruss  souhaitait rendre avec leur 44ème spectacle un double hommage, à la fois au fondateur du cirque mais aussi à la dynastie Gruss qui œuvre sur la piste faite de terre et de sciure depuis plus de 175 années. Alors je suis  retourné dans le 16ème arrondissement parisien et plus précisément dans le bois de Boulogne, Carrefour des Cascades voir "Origines" avec un "s".  

"Origines" m’a semblé être un moment de relaie où Alexis bien que toujours présent laisse la conduite du spectacle à son fils aîné Stéphan qui, tout à cette tache se met lui aussi un peu en retrait jouant plus le régisseur que l’artiste, même s’il nous montre qu’à l’acrobatie équestre c’est toujours un maître avec ses voltiges ou ce nouveau "saut fauché" qu’il réalise par deux fois avec son frère Firmin. Retrait aussi pour Gipsy qui nous rappelle au passage que c’est aussi une cavalière émérite en montant avec grâce en amazone. Et cette année, en l’absence de Maud en famille en Afrique du Sud, les vedettes du spectacle sont Firmin et les fils de Stéphan.

Firmin, comme tout Gruss, sait tout faire sur une piste. Avec l’entrée du "Tailleur de Brentford" il montre qu’il a tout assimilé de la "vis comica", il faut dire qu’il a été à bonne école avec son grand-père Dédé (voir blog23/05/2015). Mais Firmin n’est pas qu’un comique excentrique. Depuis longtemps on savait qu’il égalait les meilleurs dans les numéros de jockey et il le démontre encore cette année avec son frère Stéphan, mais où il nous étonne c’est en présentant un lumineux numéro avec sa nouvelle partenaire sur piste comme dans la vie, Svetlana Lobova. Tous les deux nous donnent un exceptionnel duo amoureux par moments, aérien avec sangles ou par moments, terrestre avec cheval. Svetlana et Firmin passent avec élégance et agilité des tourbillons aériens au "pas de deux" sur cheval, et avec une facilité et une fluidité qui laissent admiratif le spectateur. Un grand moment circassien, et le public ne s’y trompe pas en leur accordant de chaleureux applaudissements pour un numéro digne de Monte-Carlo.

Second moment fort, l’apparition des 4 fils de Stéphan sur la piste. Voir ensemble Joseph, Louis, Alexandre et Charles Gruss dans un quadrille équestre, puis en seconde partie Joseph jongler, accompagné musicalement par ses trois frères, fut des instants qui ont dû réjouir particulièrement Stéphan leur père. Quant à Louis cette année il nous montre de belles dispositions pour le maniement de la difficile roue allemande (voir blog19/11/2018). On savait Alexandre et Charles cavaliers et jongleurs chevronnés et de haut niveau, mais avec ce spectacle ils vont plus loin. Alexandre propose un très pur et beau ballet équestre en noir. Charles de son côté présente non seulement un sketch comique avec un cheval digne de Toni Hochegger (voir blog20/03/2016), mais il termine en apothéose la première partie en proposant la signature maison, autrement dit une Poste avec 17 équidés.

Complètent ce beau et copieux programme trois artistes pensionnaires : Désiré Cardinali-Chavez,  Geoffroy Berthaud et Romuald Bruneau. La première présente un numéro de contorsion et d’équilibre, le deuxième est un fildefériste possédant tous les techniques de cette discipline, et le troisième nous montre des dons évidents de sauteur acrobatique à la batoude.  

Avec ce spectacle mêlant grâce, exploit, émotion et rire, sachant également lier le passé au présent, je dois dire, je ne suis pas déçu car rien n’est à jeter.

Pour réaliser cette 44ème création il ne faut pas moins de quarante chevaux, quinze artistes dont douze de la famille Gruss, un orchestre de dix musiciens et une chanteuse narratrice, sans oublié les petites mains de la barrière. 

Après Paris où "Origines " est proposé jusqu’au 3 mars, cette production qui sublime comme on voit la tradition circassienne fera halte dans neuf capitales  régionales : Bordeaux, Caen, Dijon, Lille, Lyon, Nantes, Strasbourg, Toulon, Toulouse et c’est à coup sûr un spectacle à voir assurément.

Commenter cet article