Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

La Marche des clowns au Musée Juif de New York (1941)

Publié le 22 Décembre 2018 par cirk75 in Art

Cette fois ci nous sommes bien loin du monde du cirque que nous connaissons et aimons. Cette peinture ne cultive pas la joie et le bonheur, elle nous montre une des nombreuses périodes noires de l'humanité. Le peintre américain Albert Bloch (1882-1961) a néanmoins choisi la piste aux étoiles comme lieu de son intrigue picturale, où il nous propose une scène iconoclaste et quelque peu sarcastique de clowns défilant avec une effigie d' Hitler suspendue à une croix gammée.

Cette huile sur toile (91.4 x 101.6 cm) intitulée "La Marche des clowns" a été peinte en 1941, au plus fort de la Seconde Guerre mondiale, et représente une vision prophétique de la défaite d’Hitler et de l’Allemagne nazie. 

Nous voyons dans une atmosphère étrange et éphémère de constellations tourbillonnantes, défiler une procession apparemment infinie de clowns qui semble à la fois extatique, morose et sinistre. Le mouvement est dirigé par un clown jouant du basson, souvent appelé le clown de l'orchestre, qui émet une fumée sale, obscurcissant la vision du spectateur des personnages et des bâtiments à l'arrière-plan.  

Au premier plan à gauche on trouve Popeye, Olive sa femme, Félix le chat, Mickey... ainsi que d’autres personnages américains de dessins animés des années 20 et 30, formant une foule hétéroclite et bigarrée. Ces personnages des "cartoons" si fortement identifiées à la culture américaine, veulent refléter le sentiment d'isolement et d'impuissance de Bloch, lui l'illustrateur le dessinateur de BD, alors qu'il observe la Seconde Guerre mondiale sans pouvoir rien faire que de peindre l'ignominie pour laisser une trace de la noirceur humaine pour la postérité

En haut à droite on trouve une autre référence interculturelle - un marcheur squelettique rappelant le jour des morts mexicain. À l'arrière-plan, le défilé traverse une arche, symbole historique du pouvoir et du triomphe. Elle est surmontée d’une croix, emblème du christianisme. En haut à gauche, on trouve aussi un croissant et une étoile islamiques. Enfin en haut au centre, au-dessus de la croix gammée nazie, une étoile de David scintille semble narguer l’emblème nazi. 

Les personnages sont entourés de ténèbres et leurs visages s'illuminent comme dans une sorte de lumière cauchemardesque. L'atmosphère de mort, de destruction et de morbidité est soulignée par les chapeaux triangulaires des clowns, qui suggèrent des chapeaux de Ku Klux Klan.

Cette étrange toile nommée "La Marche des clowns" est une allégorie montrant la folie qui, au milieu du XX° siècle, s’est emparée du monde et, qui montre l'atroce aptitude humaine à cultiver la barbarie…

Albert Bloch un peintre américain témoin d'un temps où l'humanité n'était plus de mise .... époque où la cruauté et la violence extrême avaient fait table rase de tout.

Oui un étrange tableau qui interroge aussi sur notre époque où l'Humanité ne croit plus en elle et est à la recherche de certitudes et de repères...

 

 

Commenter cet article