Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Les éléphants du Cirque par Ellen Voets

Publié le 19 Mai 2018 par cirk75 in Art

Chez les circassiens, les éléphants ont toujours représenter non seulement la force mais aussi la réussite économique. Ainsi dans les années 30, le cirque Amar signalait dans ses visuels posséder un troupeau de 16 éléphants (voir blog08/11/10). Et plus près de nous, le célèbre cirque américain "Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus" a annoncé sa dernière séance (voir blog31/05/17) presqu’en même temps qu’il a cessé de présenter sur piste ses pachydermes. Bref comme le cheval, l’éléphant fait partie de l’imaginaire de la piste.

Ellen Voets, femme peintre hollandaise et artiste contemporaine, ne s’y est pas trompée, dans une huile voulant représenter le cirque, sujet rare dans  son travail pictural, elle a peint un groupe de  4 éléphants dans une posture bien connue permettant  à ces géants de quitter la piste sous les acclamations les spectateurs.

Cette peinture fort colorée, où les teintes chaudes dominent, utilise la technique faite à grands coups de  couches de peinture à l'huile étalées à l’aide d’une spatule. Ce procédé permet de donner beaucoup de volume à l'oeuvre et aussi  procurer une sensation de dynamisme, décuplée par le bras droit de l'artiste assise à califourchon sur l'animal de tête. 

Spécialisée dans les tableaux animaliers, Ellen Voets se rend régulièrement sur le continent  africain pour participer à des safaris photos. Puis de retour en Hollande dans son atelier, et à partir des photos prises, elle compose ses tableaux en peignant des animaux sauvages tel qu'ils sont dans la nature. Et si elle aime beaucoup croqueravec force détails les éléphants, les chevaux ne lui sont pas non plus étrangers.

Cette oeuvre  "Les éléphants du Cirque" rend bien  la force tranquille qui se dégage de ces animaux, et qui en déplaise aux animalistes de tous poils, ne sont pas les esclaves résignés des chapiteaux qu’ils décrivent à longueur de journées (voir blog13/11/17) dans leurs sempiternelles logorrhées.  

Commenter cet article