Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

L’Hippodrome de Montmartre (1900-1907)

Publié le 23 Mars 2018 par cirk75 in Bâtiments

Situé à Paris à l’angle de la rue Caulaincourt et de la rue Forest, édifié afin de prendre la suite de l’hippodrome de l'Alma (voir blog14/03/18), le nouvel Hippodrome dit de Montmartre ou de  la Place Clichy comprenait cinq parties distinctes, à savoir :

-une entrée monumentale en pierre de taille avec façade de style Belle Époque, au rez-de-chaussée un grand vestibule avec un escalier d’honneur, au niveau de la piste le contrôle et le bar fumoir, puis au niveau supérieur la direction, la comptabilité et l’administration..

-une salle de spectacle à la suite de l’entrée, possédant une importante charpente métallique,

-un théâtre, à l’extrémité ouest de la salle,

-des loges pour les artistes situées à droite du théâtre,

-les écuries et la machinerie à l’est du théâtre.

Cette grande salle pouvait accueillir 7 000 spectateurs, dont 5 000 assis, qui se répartissaient sur cinq niveaux, tout autour d’une piste mesurant  70 mètres de long sur 35 de large prolongée par une scène de 17,50 mètres de profondeur sur 30mètres de large.

Cet établissement comportait encore un restaurant dont le décorateur était Edouard-Jean Niermans, celui du Moulin Rouge voisin. Ce  restaurant pouvait accueillir pas moins de 2000 couverts dans une ambiance musicale.

Pour prendre la direction de cette salle de spectacle, dans un premier temps on sollicita, Hippolyte Houcke l’ancien directeur de l’Hippodrome de l’Alma qui déclina l’offre. Puis on demanda à  Ernest Molier (voir blog29/04/12) qui accepta d’en assurer  bénévolement la direction artistique.

Parmi les programmes qui ont marqué notons "Vercingétorix" donné à partir du  18 mai 1900. Cette  pantomime équestre à grand spectacle en 3 actes et 4 tableaux de Victorin Jasset, musique de Justin Clérice avec courses de chars, troupes persane et japonaise, chevaux en liberté et clowns et clownesses, ravit les nombreux spectateurs. Cette pantomime équestre faisait aussi frémir le patriotisme de l’époque avec en ultime parade le défilé des héros nationaux.

 

Pendant 7  années, l’Hippodrome proposa, spectacles de cirque, de pantomime, des matchs de football, un spectacle de combat naval, et 1905, le célèbre "Wild West Show de Buffalo Bill". Mais malgré sa splendeur et un succès d’estime, l’exploitation de l’hippodrome se révéla désastreuse suite à des frais généraux exorbitants qui ne permettaient pas d’équilibrer au moins les comptes.

Le 10 mars 1907 l’hippodrome ferma définitivement ses portes. Le bâtiment servit alors au cinéma, les projections étant organisées en sous-sol, et la piste permit de pratiquer le patin à roulettes.

 

Quatre ans plus tard en 1911, Léon Gaumont achèta les bâtiments et les transforma en cinéma géant de 6000 places, le Gaumont Palace. En 1931, le bâtiment est complétement transformé par l'architecte Henry Belloc qui le dota d'une façade de style Art déco. Enfin entre 1961 et 1967, l’édifice fut de nouveau modifié, sa capacité fut ramenée à 2400 places, et on y diffusa des films selon le procédé Cinérama.

Mais le public ne fut pas au rendez-vous et en 1973, le Gaumont Palace fut vendu et démoli. Aujourd’hui à cet endroit on trouve désormais un grand magasin de bricolage et l’Hôtel Mercure Paris Montmartre. Une plaque à côté relate le passé glorieux de cet hippodrome devenu un temps la plus grande salle de cinéma du monde.

 

Commenter cet article