Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Les Demoiselles Vesque et le Medrano Voyageur

Publié le 10 Février 2018 par cirk75 in Art

Nous avons déjà évoqué le travail pictural que les sœurs Vesque nous ont léguée (voir blog07/03/11) et qui permet à tout à chacun de découvrir ou de redécouvrir leurs chroniques dessinées, sur la vie des chapiteaux entre 1902 et 1949, plantés en région parisienne. Témoin ces deux aquarelles montrant l’une en février 1936 le Médrano Voyageur (voir blog12/02/17) à la Porte d’Auteuil, l’autre le même établissement implanté cette fois dans les Jardins de Suresnes le 20 mars 1937.

Rappelons qu’entre 1932 à 1937 deux Cirques Medrano itinérants ont parcouru la métropole. Une semi construction, celle de Palisse (voir blog01/12/2011) vendue par sa veuve à Jérôme Medrano, puis de 1936 et 1937 s’ajoute en plus un spacieux chapiteau blanc de 4 mats nommé "Medrano Voyageur" et c’est celui-là que les demoiselles Vesques ont représenté au moins par 2 fois.

Dans ses mémoires Jérôme Medrano n’est pas très prolixe sur les raisons de l’arrêt en pleine saison de ce grand chapiteau blanc qui selon ses dires étaient dues à des raisons de famille, car, il voulait se consacrer à sa maison de Paris et à son éducation cinématographique, qu’il avait commencé au début de l’année grâce à Schwob d’Héricourt, voulant lui confier la réalisation d’un film sur le cirque.

Mais revenons aux sœurs Vesque qui possédaient comme on le voit un trait incisif ce qui leur permettait de conjuguer légèreté et justesse dans leurs dessins. Sur ces aquarelles on distingue parfaitement la spacieuse toile blanche sur laquelle le nom de Medrano est inscrit en lettres géantes, ainsi que l’entrée semi-circulaire arc-en-ciel et les roulotes rouges barrées de jaune où le nom de ce cirque resplendit ce qui donnait un côté soigné et raffiné à ce grand chapiteau de 4 mâts en long. Soucieuses du détail Marthe et Juliette Vesque ont même représenté le kiosque à musique où une demi-heure avant le début de la représentation un concert était donné par les musiciens afin d'accueillir les spectateurs. Cette pratique aujourd'hui reprise par certains chapiteaux, montre une fois de plus combien Jérôme Medrano était novateur.

Leur Travail sur le cirque (8000 dessins environ réalisés pendant leurs loisirs) a été donné, au décès de Juliette la cadette, au Musée national des arts et traditions populaires. Mais depuis la fermeture de cet établissement, ce fonds est désormais conservé à Marseille au musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée dit Mucem (voir blog06/06/13), où il n’est pas facile de le voir même si depuis quelques temps un site web permet enfin de le consulter et d'en voir l'importance.

 http://www.culture.gouv.fr/documentation/vesque/

Au-delà de l'intérêt documentaire évident et de la qualité de leur travail, on ne peut que regretter que les aquarelles et dessins des demoiselles Vesque soient peu connues du public.

Commenter cet article