Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Pour fêter les 250 ans du cirque, 2 livres consacrés à Philip Astley viennent de paraître

Publié le 26 Janvier 2018 par cirk75 in Livres

Après avoir étudié dans le détail le Cirque en France au XVIII° siècle dans un de ses précédants ouvrages (voir blog01/04/13) Dominique Denis (voir blog19/10/15) alias aussi M. Drollo, vient de publier à l’occasion des 250 ans du cirque moderne aux Editions Arts de 2 Mondes (voir blog19/12/2010) un livre, de 156 pages comprenant 310 illustrations en noir et blanc, consacré à Philip Asteley. Si on apprend que ce dernier est bien considéré comme le créateur de ce spectacle éclectique et varié, il n’est par contre pas à l’origine du nom de ce divertissement. C’est en effet un dénommé Charles Dibdin qui en 1782 baptisa "Royal Circus" la salle de son associé Charles Hugues, non pas en référence au cirque romain, mais par analogie avec l’allée circulaire qui se trouvait à Hyde Park et où les cavaliers de la noblesse venaient faire trotter leur cheval. Devenu fort célèbre en Europe l'auteur rappelle que Philip Asteley n’était le seul à proposer ces spectacles équestres et variés. Charles Hughes, John Bill Ricketts (voir blog16/11/16), Philip Lailson, Antonio Franconi (voir blog 08/06/15) et même le propre fils d'Astley, John Astley ont eux aussi participé au  développement et à l'expansion du cirque en Europe et en Amérique. Comme on voit ce livre plaira aussi bien à l’érudit qu’ l’amateur en arts de la piste.

De son côté Dominique Jando (voir blog 21/06/12) dans un livre en langue anglaise nous dit quand, pourquoi et comment l'ancien sergent-major d'un régiment britannique de hussards crée la forme la plus universelle de divertissement: le cirque. Etait-ce un hasard? Non, le lieu, les temps et le contexte social, ont tous conduit à ce spectacle équestre. S'appuyant en grande partie sur les témoignages des contemporains d'Astley, l'auteur place ces pionniers dans leurs contextes historiques et sociaux, ainsi que le contexte souvent négligé du show-business naissant de la fin du XVIIIe siècle et, principalement en Grande-Bretagne, mais aussi en Europe et en Amérique.

Un seul petit regret cet ouvrage n’est pas à ce jour traduit en française et seuls les anglicistes en feront leur miel. Espérons qu’avec le temps un éditeur français aura la bonne idée de nous donner une version française de cet ouvrage.

Commenter cet article