Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Exploit au cirque d’Hiver de Paris

Publié le 7 Janvier 2018 par cirk75 in Programmes

Le titre du spectacle Bouglione 2017-2018 est vrai, le cirque est bien le lieu où doivent cohabiter exploit, frisson, élégance et rire.  Et dans ce spectacle le terme exploit n’est pas galvaudé mais illustré par quelques numéros ancrés dans l’histoire de la piste monégasque. Pour témoins les équilibres acrobatiques sur une ou deux mains du charismatique Bulgare Encho Keryazov (voir blog07/02/16) clown d’Argent 2007; le numéro de jockey, devenu trop rare sur une piste, de la troupe hongroise Les Donnert clown de Bronze 2013, proposant des voltiges équestres avec notamment un saut périlleux de cheval à cheval ou ; les prouesses aériennes des dynamiques équatoriens les frères Ray et Rony Navas, clowns d’Argent 2013, offrant acrobaties et sauts périlleux à l’extérieur de cet élément nommé roue de la mort.

Tous ces numéros montrent le haut niveau et la qualité du programme proposé cette année. 

Néanmoins le numéro qui pour votre serviteur, est le plus novateur et le plus surprenant est celui de Zsofia Komenda une hongroise à la plastique irréprochable, qui propose au mat pendulaire, discipline verticale et mouvante s’il en est, où cette artiste conjugue force et équilibre pour créer une surprenante et dynamique chorégraphique, démontrant ainsi que la pole dance à toute sa place sur la piste.

Les gracieuses espagnoles Kimberley et Jullian Giribaldi Raluy nous proposent à un rythme soutenu un  numéro de jeux icariens, le frenchy entertainer  Max Weldy un numéro comique de trampoline-piscine, les rats de Günter Sacckman et les félins d’Emanuele Farina complètent ce programme où cette année les redites ou rediffusions comme on disait autrefois à la télé, sont bien trop nombreuses.

En effet 4 artistes et non des moindre nous redonnent ce que nous fut déjà proposé à voir les années antérieures. Ainsi Regina Bouglione pour je ne sais la combien de fois, nous rejoue la sempiternelle scène équestre de la belle et la bête, Robin Valencia après deux passages remarqués en 2005 et 2007 nous refait le coup de la femme canon, Pierre Marchand après avoir foulé la piste de la rue Amelot  en 2011 nous réinterprète le showman énergique aux diabolos et enfin l’inusable Rob Torres repose ses valises chez Bouglione et répète les mêmes entrées qu’il nous avait déjà gratifiées en 2012 et 2014.

Il faut dire que chez Bouglione on aime peu le changement et je suis toujours un peu étonné d’entendre Bourvil s’époumoner en fredonnant avant le début du spectacle " la tactique du gendarme", chanson créée il est vrai il y a 69 ans en 1949 ou de voir le hall d’entrée de cette noble salle de spectacles toujours recouverte de lambris en bois teintés datant des années 60, décoration qui jure vraiment avec le côté écrin rouge et or Second Empire de la salle.

Le spectacle de cette année, bien que composé de très beaux numéros laisse tout de même dans la bouche un goût de déjà vu. Ce qui fait l'intérêt d'un tel spectacle n'est-ce pas aussi la nouveauté des numéros présentés ? 

Espérons que ce sera le cas lors de la prochaine production de la rue Amelot, mais quand on est les Rois du Cirque cela ne doit pas être un défi trop difficile à relever.

Commenter cet article

LE TENAFF 07/01/2018 20:09

je suis tout a fait d'accord avec votre jugement, mais ce n'est pas pire que PINDER qui nous présente depuis des années les mêmes numéros et oui ils sont maison alors !!!!!
j'apprécie beaucoup votre blog cordialement LE TENAFF