Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Myr et Myroska les Aristocrates du Mystère.

Publié le 17 Décembre 2017 par cirk75 in magicien

Stars de la transmission de pensée, vedettes internationales de la télépathie durant plusieurs décennies Myr et Myroska, étaient dans les années 60-70 connus de la France entière. Leur numéro vu à la télévision dans "La Piste aux Etoiles" (voir blog15/12/14), la fameuse émission mensuelle de variétés présentée par Roger Lanzac (voir blog25/09/11), ou les émissions radiophoniques ou télévisuelles de Jean Nohain (voir blog17/11/17) en firent des artistes dont la notoriété ferait pâlir d’envie beaucoup de vedettes actuelles… Leur succès fut si grand et leurs pouvoirs  si convaincants que Myroska tint régulièrement dans la presse une rubrique de courrier du cœur et de voyance. Et leur numéro inspira même à Pierre Dac son sketch Mme Arnica, devenu avec Francis Blanche le fameux sketch du Sâr Rabindranath Duval. Selon leur légende Myr et Myroska se rencontrèrent en 1941 dans le petit village de Castets-en-Dorthe . Elle Myroska, (née Marie-Charlotte Baron)  charcutière du village, lui  André Myr un chansonnier parisien de passage dans ce village et désirant acheter du saucisson. On devine la suite...

Le couple mentaliste ne revendiquait ni pouvoirs extra-sensoriels, ni trucages. "S’il n’y a pas de truc, c’est incroyable, mais avouez que s’il y en a un, c’est encore plus incroyable !" C’est en ces termes sibyllins qu’André Myr terminait le numéro de transmission de pensée. En laissant ainsi planer le doute dans l’esprit du public, chaque spectateur pouvait penser ce qu’il voulait. Les uns adhéraient à la thèse d’une véritable télépathie, convaincus que les deux partenaires se parlaient par l’entremise d’ondes mentales. En d’autres termes ces personnes croyaient à une authentique expérience de transmission de pensée. Les autres, les cartésiens, ou ceux qui flairaient un "truc", étaient persuadés que les deux artistes utilisaient un langage codé secret qu’ils étaient les seuls à maîtriser.

Ils foulèrent quelques pistes de chapiteaux dont "Napoléon Rancy" en 1957, "Amar" en 1971, la "Piste d’Or" en 1972. Le numéro était simple mais très spectaculaire  Myroska , debout au centre de la piste, les yeux bandés, devinait à la surprise générale, les objets, les dates, les chiffres que Myr, lui présentait et qui étaient proposés par les spectateurs présents.  Ils firent ses adieux en 1984 au théâtre Princesse Grace de Monte-Carlo

Commenter cet article