Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Les sites naturels de l’Unesco victimes du braconnage

Publié le 21 Avril 2017 par cirk75 in Animaux

Un rapport accablant de l'organisation non gouvernementale WWF indique que dans les 200 sites naturels classés au Patrimoine mondial de l'Unesco, près de la moitié sont victimes de braconnage ou d'exploitation forestière illégale, mettant ainsi en péril les espèces animales mais aussi l'économie locale, en diminuant notammentl'attractivité de ces destinations pour les touristes.

Les espèces classées à la "Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction" (CITES) sont victimes de prélèvement illégal dans 45% des sites naturels inscrits au Patrimoine mondial déplore l'ONG.

Environ un tiers des tigres à l'état sauvage et 40% de tous les éléphants d'Afrique vivent dans les sites de l'Unesco. Ce sites classés constituent bien souvent les derniers habitats pour des espèces menacées. C'est le cas pour le rhinocéros de Java en Indonésie ou pour le marsouin de Californie. De plus le braconnage des espèces vulnérables et menacées, au premier rang desquelles les éléphants, les rhinocéros (cornes) et les tigres (fourrure, dents, pénis, os et moustaches), est signalé dans au moins 43 sites du Patrimoine mondial. 

D'une valeur annuelle comprise entre 14 et 19 milliards d'euros, le marché du commerce illégal d'espèces sauvages se classe au quatrième rang mondial des commerces illicites après la drogue, la contrefaçon et le trafic d'êtres humains.

Est-ce à dire que dans quelques temps on ne trouvera que des animaux sauvages dans les cirques et les zoos ? C’est peut être allé un peu vite en besogne, mais si on ne veut pas se retrouver dans cette situation il faut prendre des mesures pour barrer la route aux trafiquants  ce qui n’est pas  simple. Pour cela une implication de tous les états concernés est indispensable, depuis les lieux de braconnage jusqu’aux marchés asiatiques (et en particulier la Chine) en passant par les pays de transit. Pas forcément évident...

En revanche certains pays se donnent les moyens de résister à ce pillage, tel le Népal qui 27 janvier dernier célébrait au "Le Parc National de Chitwan" son 1 000ème jour consécutif sans braconnage d’éléphants, de tigres et d’éléphants grâce à la population locale fortement impliquée dans ce combat.

Un exemple à méditer…

#animauxbraconnage

Commenter cet article