Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Dimitri, l’élégance faite rire (1935-2016)

Publié le 18 Septembre 2016 par cirk75 in Clowns

Dimitri, l’élégance faite rire (1935-2016)

Cet été comme chaque année a eu son lot de bonnes et mauvaises nouvelles parmi celles-ci notons le décès du clown mime helvète Dimitri. Revenons aujourd’hui sur le parcours de cet artiste qui doit maintenant faire rire et sourire les anges.

De son vrai nom, Dimitri Jakob Müller est né en 1935 à Ascona en Suisse, en face du théâtre de marionnettes qui accueillera plus tard sa première production. Très jeune dès 7 ans il décide de devenir clown. Il entreprend un apprentissage de potier et parallèlement prend des cours d’art dramatique, de musique, de ballet et d’acrobatie. À Paris il fréquente l’école de mime chez Etienne Decroux et devient membre de la troupe du mime Marcel Marceau. On le retrouve à Medrano (voir blog03/06/2013) donnant la réplique Maïss (voir blog03/06/2013) ou à Pastis. Puis tous les 3 entreprennent dans le nord de la France une tournée dans un cirque itinérant. Mais l’entreprise tourne court car le directeur s’enfui avec la caisse.

Dimitri rentre en Suisse où il se produit dans des théâtres et autres scènes helvètes. Après son mariage avec Gunda, il se vient à Paris et présente son spectacle au Théâtre du Vieux Colombier, au Théâtre de la Ville, au Carré Sylvia Montfort, à la Gaité Montparnasse, au Palais des Glaces ainsi qu’au Théâtre des 3 Baudets, où il est tour à tour auguste, danseur de corde, mime, jongleur et musicien…

Dimitri, l’élégance faite rire (1935-2016)

Puis il foule la piste du cirque Knie (voir blog05/03/2011) ou du Big Apple Circus de New York où ses partenaires sont une vache, un éléphant, un cochon ventru ou un âne. Puis poursuit ses tournées en solo dans le monde entier où il rencontre un franc succès. Rentré en Suisse au Festin, il anime avec son épouse un théâtre ainsi qu’une école de théâtre. Peintre (voir blog23/04/2016), metteur en scène il touche à tout avec bonheur.

En 1984 un livre d’entretiens et de méditations signé Patrick Ferla richement illustré de photos paru en Editions Favre en 1984 relate cette période faste.

Dimitri, l’élégance faite rire (1935-2016)

En 2006 réalise un de ses rêves, en créant et en présentant un spectacle burlesque: « La Famigli Dimitri » avec ses filles Masha (voir blog16/09/2011), Nina (voir blog18/09/2011), son fils David (voir blog15/09/2011), et son gendre Kaï Leclerc (voir blog17/09/2011).

Dimitri rêvait confiait-il de vivre, de rire et de faire rire jusqu’à 81 ans, parce qu’il trouvait que ce chiffre était poétique et magique. "8 et 1 font 9, était pour lui un chiffre symbolique. Car il était né le 18.9, son père en 1899 et sa mère en 1909. Et plus disait-il il y a trois i dans Dimitri, "i" la neuvième lettre de l’alphabet.

Cela n’a pas été le cas Dimitri, le célèbre clown mime qui enchantait la Suisse et le monde entier depuis des décennies, est décédé dans la soirée du mardi 19 juillet 2016 deux mois avant son 81e anniversaire. Une mort quasiment sur les planches, puisqu’il avait joué l’avant-veille, dans sa ville natale d’Ascona, la première de son nouveau spectacle, "Sogni di un’altra vita – Rêves d’une autre vie".

Dimitri une vie entière consacrée au rire élégant. C’était selon lui une manière de conjurer le tragique de l’existence. Au point qu’il avait fait sienne la phrase de l’écrivain mystique Carlos Castaneda: "Vivre chaque jour comme si c’était son dernier jour." Le 1er mai 2010, Dimitri était tombé sur le dos, pendant un spectacle, se fracturant deux vertèbres. Il eut très peur de rester paralysé. Il était là, par terre, et les gens riaient toujours en croyant que c’était un gag. Il dû à la longue se résoudre à appeler un médecin. Trois sont montés sur scène se demandant si c’était du lard ou du cochon. Après coup, Dimitri s’est dit que s’il était mort ce soir-là, il n’aurait pas laissé un bon souvenir au public!

Modeste et humain c’était Dimitri !

#dimitri

Commenter cet article