Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Depuis 2010, Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Les frères Roche

Publié le 1 Avril 2016 par cirk75 in Franc-Maçonnerie

Les frères Roche

Nés à Saint-Étienne, les frères Roche descendent d'une lignée auvergnate de marchands tailleurs d'habits. Le père, Marcellin, est représentant de commerce, et la mère, Virginie Dancette, native du Puy-en-Velay, est fille de boulanger. Alphonse, l'aîné des deux frères surnommé Emmanuel, son deuxième prénom voit le jour en 1866 et son cadet Emmanuel cinq ans plus tard.

Les deux frères ne sont donc pas des enfants de la balle et débutent leur vie professionnelle modestement. Emmanuel est commis épicier et Camille agent de voirie. Mais dès 1891 on les retrouve en Belgique à Bruxelles à la direction artistique du théâtre Alhambra. D'abord associés à un certain Sirdey, puis rapidement seuls à la direction, ils produisent notamment des spectacles de music-hall et des bals masqués. Cinq ans plus tard les deux frères fondent à Paris leur propre agence artistique, puis en 1901 leur premier cirque à Boulogne-sur-Mer. Et comme les scènes parisiennes sont saturées, les frères Roche se tournent vers la province et plus particulièrement vers le nord de la France et sa façade atlantique.

Les frères Roche

Pendant quinze ans, ils feront construire dans les villes qu'ils visitent, des constructions temporaires en bois ou plus rarement, occuperont le cirque municipal en dur, comme l'hippodrome à Lille. Parallèlement à la même époque ils possèdent aussi deux structures permanentes, l'une à Lille, l'autre à Bordeaux.

Les frères Roche

Leur réussite au cirque tient à plusieurs phénomènes : d'une part, les frères Roche se déplacent dans les villes en période de foire, ce qui leur permet de toucher un maximum de public. Leur cirque reste environ un mois et donne trois à quatre représentations par semaine, avec des places gratuites distribuées aux orphelins et aux associations caritatives de la ville. D'autre part, les deux frères utilisent admirablement leurs réseaux associatifs, politiques et maçonniques. Les rôles entre les deux frères sont bien répartis, à Camille la gestion quotidienne des affaires et à Emmanuel qui sillonne le monde la recherche de nouveaux talents pour alimenter leurs productions.

Les frères Roche

En 1914, la guerre met l'aventure des deux frères entre parenthèses. Camille est mobilisé et sert dans l'armée de l'air. Emmanuel a déjà 48 ans et échappe à la conscription. Durant cette période de guerre, les constructions sont peu à peu démontées par les habitants qui en font du bois de chauffage. À la fin de la guerre, les deux frères repartent sur les routes, d'abord associés aux Perié (voir blog28/11/2011) puis aux Palisse (voir blog01/12/2011) , puis de nouveau seuls. Les deux frères exploiteront leur cirque jusqu'en 1930, année où malades, ils passent la main, aux Pourtier (voir blog15/12/2010).

Emmanuel décèdera en 1934 et Camille en 1954 vingt ans plus tard, laissant en mémoire, l’image de directeurs présentant des programmations de grande qualité.

Commenter cet article

Hervé REVEL 11/04/2019 15:09

Merci pour cette publication. Je suis à la recherche d'une documentation sur deux de leurs descendants.
Jacques, Arthur ROCHE, né le 198/04/1896 à Revel (Lettonie) aujourd’hui Tallin Estonie
Alexandre, Curt, Walter ROCHE, né le 25/08/1897 à Berlin, Allemagne.
Les deux frères ont été fusillés le 14 juin 1940, dans le groupe des 15 martyrs du Vert-Galant.
Les deux frères étaient perchistes et se produisaient dnas la région parisienne. Je recherche une documentation sur leurs activités spectacle.
Merci de vote aide,


Hervé REVEL, président de la Société d'Etdues Historiques de Tremblay-en-France

cirk75 12/04/2019 12:51

Bonjour
je n'ai malheureusement pas d'autres documentation sur le Roches, directeurs ou perchistes bien oubliés aujourd'hui. Et vous m'apprenez le sort survenu à Jacques et Alexandre dont j'ignorais l'action pendant la dernière guerre.
Bien cordialement.