Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Cirque Plège (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée)

Publié le 19 Mars 2016 par cirk75 in Art

Le Cirque Plège (Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée)

Cette gouache et crayon sur papier (28 x 33,5) peinte entre 1900 et 1909, due au talent du peintre et poète surréaliste Max Jacob (1876-1944) et intitulée, mais est-il besoin de le dire c'est inscrit en bas à gauche: "Le Cirque Plège" représente plus une parade destinée à attirer le chaland qu’un spectacle de cirque. Ici point de piste ronde, aucun animal, seuls sept personnages sont représentés. Deux musiciens, un jouant de la grosse caisse le second de la caisse claire, deux danseuses (deux écuyères ?), deux athlètes (deux lutteurs ?) et, au fond un personnage en bleu, derrière un meuble probablement la caisse, attend la fin de la parade pour vendre aux amateurs les billets d’entrée. A part cette argentière qui tranche en bleu, un camaïeu allant du tendre beige au marron intense, donne à cette œuvre une impression de douceur et de quiétude. Il faut dire qu’en contemplant cette œuvre les personnages semblent bien statiques et nul mouvement n’est ressenti. Enfin pour encadrer le tout et touche finale, deux paires de rideaux indiquent l’entrée du cirque Plège (voir blog 02/02/2011), établissement fondé en 1856 par Joseph-Antoine Plège (1831-1898).

Max Jacob bien souvent travaillait d’après carte postale les commandes qu’il avait reçues que ce soient des scènes de cirque, des vues de monuments parisiens, des paysages breton ou des scènes de rue. Et comme beaucoup d’artistes de son époque Max Jacob aimait le cirque et était membre de la bande à Picasso habituée à remplir les gradins du cirque Medrano (voir blog30/12/2015). Les arts de la piste furent d’ailleurs un de ses thèmes de prédilection et on trouve dans son œuvre moult créations outre "Le Cirque Plège" intitulées "Ecuyère sur un cheval blanc" et "Les Clowns" (1908), "Au Cirque" (1912), "Scène de cirque" (1934)…

Il y avait en Max Jacob une sorte de pouvoir d'émerveillement qui lui était demeuré de son enfance. Et toute sa vie qui malheureusement se termina le 5 mars 1944 à l'infirmerie du Camp de la Muette, fut aveuglée par son imagination qui ne sut jamais faire le départ exact entre les données du réel et du rêve.

#cirquemaxjacob

Commenter cet article