Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

10 précisions concernant le film "Chocolat"

Publié le 4 Février 2016 par cirk75 in Cirques d'hier

10 précisions concernant le film "Chocolat"

Comme le reconnaît bien volontiers le réalisateur Roschdy Zem, pour les besoins de son film sorte d’allégorie morale décryptant le racisme d’une époque afin de mieux évoquer celui qui sévit aujourd’hui, il a dû prendre quelques libertés à la véritable histoire de Rafaël dit Chocolat. Mais sans pour autant dénigrer un tel choix artistique, l’hebdomadaire "Jeune-Afrique" en s’appuyant sur la biographie écrite par l’historien Gérard Noiriel, "Chocolat, la véritable histoire d’un homme sans nom", a essayé de séparer le bon grain de l’ivraie dans le scénario signé Cyril Gély, autrement indiquer ce qui est inexacte dans cette oeuvre cinématographique.

1 Vrai, Chocolat était bien originaire de Cuba où sa famille eut à subir l’esclavage. En absence d’état civil, Rafaël serait né entre 1865 et 1868 dans une famille d’esclaves. Il aurait ensuite été vendu sur le port de Bilbao à un riche exploitant espagnol qui l’aurait emmené comme domestique pour sa famille dans la ville de Sopuerta.

2 Faux, le cirque Delvaux n’a jamais existé. C’est Tony Greace un clown d’origine britannique qui rencontre Rafaël dans la région de Bilbao et qui l’embauche alors qu’il fuit la maison de son maître pour échapper aux mauvais traitements qu'il subissait. Déjà, en tant que cascadeur, Rafaël encaissait des coups sans pouvoir y répondre et une fois sorti de piste, il devenait le domestique de l'épouse de Tony Greace.

3 Faux, le clown Footit n’est jamais venu chercher Chocolat pour former avec lui un duo. C'est en effet à Paris à la fin des années 1880 emmené par Tony Greace, que Chocolat connut immédiatement un succès phénoménal, d’abord avec Tony Greace, puis au Nouveau Cirque dans la pantomime "La noce de Chocolat" (voir blog18/06/2015). Au même moment, le britannique Foottit faisait aussi des débuts fracassants. Et c'est à l’initiative d’Henri Agoust, le régisseur du Nouveau Cirque (voir blog08/12/2010) que l'idée de ce duo germera dans les esprits en 1888.

4 Faux, Rafaël ne bénéficia jamais d’un état civil en bonne et due forme et ne fut jamais arrêté pour cela. La seule affaire judiciaire le concernant est évoquée aussi dans le film. Un jour en 1887, la rivalité entre les écuyers et les clowns du Nouveau Cirque dégénéra. Tony Greace et deux autres prévenus, un Italien et un "on-ne-sait pas quoi" selon la presse furent poursuivis pour coups et blessures. Cet "on-ne-sait pas quoi" était en réalité Chocolat qui, avec Antonio (un Portugais et non un Italien…) se chargea de défendre Tony Greace. L’affaire se termina par un non-lieu.

5 Faux, c'est à cette époque qu'il rencontre la femme de sa vie, une secrétaire d'origine picarde, Marie Hecquet (épouse Grimaldi) qui a déjà 2 enfants, Eugène et Suzanne. Pour les besoins du film, Roschdy Zem en a fait une infirmière, afin de mieux coller avec l’implication que Chocolat a dans les hôpitaux de Paris auprès des enfants malades.

Par ailleurs, Chocolat élèvera les enfants de Marie Hecquet comme les siens. Ils devinrent des artistes de cirque, et Eugène se fera connaître sous le nom de "Chocolat fils" ou "Tablette".

6 Vrai, alors que le cinéma en était à ses balbutiements, Foottit et Chocolat furent bien filmés par les frères Lumières, comme le montre le court métrage présenté à la fin du film (voir blog03/02/2016) . Ils furent aussi les vedettes d’Emile Reynaud, l’inventeur du "praxinoscope", un appareil optique donnant l'illusion du mouvement. Cepandant les images des bandes interchangeables disposées à l'intérieur d'un tambour tournant autour d'un axe, ont malheureusement été détruites et introuvables.

7 Faux, Roschdy Zem a choisi de rapprocher deux épisodes distincts de la vie de Rafaël pour les besoins de son allégorie. Si Chocolat fut bien en 1894 le premier acteur noir à interpréter Othello en France, une parodie de l’opéra que Verdi avait tiré de la pièce de Shakespeare, avec une scène finale mimée par Chocolat et une écuyère dans le rôle de Desdémone, il connut plus tard, en décembre 1911 et sur la scène du théâtre Antoine, un échec théâtral retentissant dans une pièce d’Edmond Guiraud, "Moïse". En effet totalement analphabète, Chocolat fut incapable d’apprendre son texte, et il fut descendu par la critique.

8 Faux, Footit et Chocolat ne furent jamais amis. La réalité ne fut pas celle d’un duo fondé sur une amitié profonde. Foottit, personnage égocentrique et dépressif, avait du mal à accepter l’importance prise par Chocolat dans leur duo et sans lequel le succès l’aurait vite abandonné. S’il était contraint de jouer avec lui et de faire une bonne figure, il ne ratait jamais une occasion, notamment dans la presse, de rabaisser son talent.

9 Faux, Chocolat ne mourut pas dans un cirque comme simple balayeur, mais comme clown, au sein du cirque Rancy où il partageait la piste avec les fils de Foottit. Son fils adoptif, Eugène, avec qui il avait formé le duo "Tablette & Chocolat", connaîtra lui aussi un certain succès dans le monde circassien.

10 Faux, le nom Rafaël Padilla que porte Chocolat n’est pas certain. Selon Gérard Noiriel, plusieurs hypothèses ont cours concernant le vrai nom de cet artiste. En revanche son prénom, Rafaël, est à peu près sûr, par contre pour son nom on l’a affublé de plusieurs patronymes comme de Leïos, Patodos ou Padilla, ce dernier pouvant faire référence au nom de la femme de son ancien maître espagnol.

#leclownchocolat

Commenter cet article

Salle de sport Marseille 04/02/2016 17:18

le film à l'air super...il me tarde de le voir