Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

"Le Cirque Medrano" (Paris, Centre Pompidou)

Publié le 7 Janvier 2016 par cirk75 in Art

"Le Cirque Medrano" (Paris, Centre Pompidou)

On le sait moins, mais Fernand Léger (1881-1955) un pionnier du mouvement cubiste (voir blog19/03/2011) prendra le cirque Medrano (voir blog07/04/2011) ses acrobates, ses jongleurs ou ses clowns comme modèles pour moult de ses toiles et de cette passion pour les arts de la piste naîtra une réelle amitié avec les célèbres Frères Fratellini (voir blog18/05/2015).

Dans son oeuvre nommée "Le Cirque Medrano" réalisée en 1918, au premier regard on ne perçoit qu’un tourbillon de couleurs et de formes géométriques assemblées sur un même plan. Mais à mesure que l’œil se rapproche et s'affine, des bribes de réalité apparaissent et emportent le spectateur dans le tourbillon et l’univers de la piste où se retrouvent les artistes propres au monde du cirque. Ainsi sur la partie gauche du tableau on peut apercevoir un acrobate au trapèze, en dessous dressé sur ses pattes antérieures un chien savant, au milieu un clown - peut être François Fratellini – et à l’extrême droite un écuyer perché sur un cheval gris.

Et pour mieux indiquer que la scène se situe chez Medrano, Fernand Léger l’inscrit en toutes lettres dans son oeuvre. Regardez dans la partie droite en haut, vous pourrez déchiffrer en aplats bicolores, le nom de l’établissement MEDRA et un peu plus bas le NO manquant puis entre les deux parties du nom de ce établissement l’horaire de la séance : 8h ½.

Le cirque, chez Léger s’inscrit dans un enchevêtrement de formes géométriques variées et aux couleurs éclatantes. Les cercles évoquent la piste, les cylindres les mâts et l'oblique des cônes, les gradins. En peignant des demi cercles, des bandes verticales, des obliques, le peintre nous offre une composition formant un ballet abstrait, avec au milieu des artistes qui semblent des pantins un peu désarticulés.

Fernand Léger en utilisant posées en aplats, des couleurs primaires, le rouge, le bleu, le jaune et aussi quelques touches de vert, veut nous suggérer - nous sommes en 1918 après la guerre - que la paix est revenue, la joie est retrouvée et la vie nocturne aussi.

Avec ce tableau Fernand Léger nous démontre tout l'attachement qu'il portait au cirque en général et à celui du Bd. Rochechouart en particulier.

"Le Cirque Medrano" (Paris, Centre Pompidou)
"Le Cirque Medrano" (Paris, Centre Pompidou)
Commenter cet article