Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

La fausse maîtresse d’André Cayatte (1942)

Publié le 19 Janvier 2016 par cirk75 in Cinéma

La fausse maîtresse d’André Cayatte (1942)

Cet imbroglio à rebondissements en noir et blanc produit pendant la seconde guerre mondiale par Continental Films, (société de production cinématographique française, financée par des capitaux allemands et créée en 1940 par Joseph Goebbels), relate d’après l'œuvre originale d’Honoré de Balzac la vie au quotidien dans une petite ville catalane, où on s'enflamme pour l'équipe locale de rugby.

Lilian Rander, (Danielle Darieux) la jolie trapéziste d’un cirque qui vient de s'installer en ville, tourne aisément la tête des hommes. Mais pour un soir, elle accepte bien volontiers de faire croire qu'elle est amoureuse d’un rugbyman René Rivals, (Bernard Lancret). Ce dernier a en effet besoin de détourner les soupçons de son meilleur ami Guy Carbonnel, (Jacques Dumesnil) car il courtise sa femme Hélène, (Lise Delamare) qu’il délaisse. Lilian et René, après s'être passablement chamaillés, prennent finalement goût au jeu. Mais une sombre histoire d'impôts contraint le cirque, dont le directeur (André Alerme) est le père de la trapéziste, à rester huit jours de plus dans la ville. Pendant ce temps René et Lilian se fâchent et Guy se charge de les réconcilier. Tandis qu’Hélène soupçonne maintenant son mari Guy d'être l'amant de l'écuyère (MoniqueJoyce). D’innombrables rebondissements qui à la longue entraîneront les deux couples dans une suite des situations fort confuses.

La fausse maîtresse d’André Cayatte (1942)

Adrian (voir blog26/06/2012) grand connaisseurs du cirque et du cinéma indiquait que : " la mutation de l’écuyère (dans le roman de Balzac) en acrobate aérienne (dans le film de Cayatte) avait l’avantage de nous montrer Danielle Darrieux dévoilant en un long déshabillage le galbe de ses formes moulées dans un joli maillot avant de se hisser jusqu’aux cintres le long d’une corde lisse comme si elle était Tosca de Lac (voir blog07/12/2014)." De plus poursuit-il " au cours d’une séquence on apercevait l’une des meilleures attractions d’art et de force, celle d’Antonio Bruscia-Omanis exécutant un arraché avec un partenaire occasionnel : Pierre Mingand"(voir blog12/02/2014), un jeune comédien chanteur qui s’est aussi illustré sur la piste de Medrano (voir blog07/04/2011).

Comme quoi rien de bien excitant pour un amateur de cirque ce film de Cayatte, mais il se passe dans l'univers de la piste, alors...

Commenter cet article

hardstenen werkblad 19/01/2016 11:19

Superbly written article, if only all bloggers offered the same content as you, the internet would be a far better place..

cirk75 19/01/2016 12:12

Thank you for this nice comment