Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

Publié le 29 Décembre 2015 par cirk75 in Art

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

Fils d'un batelier né à Venarey-les-Laumes le 3 février 1883, Camille Bombois passe son enfance le long des canaux du centre de la France. Doté d’une grande force physique, il gagne sa vie en exerçant divers emplois manuels comme gardien de troupeaux, valet de ferme, ouvrier agricole, terrassier ou typographe. Pendant un temps il est aussi lutteur et hercule de foire dans un cirque, métier qu'il quittera finalement pour aller travailler à Paris comme ouvrier dans le métro.

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

Parallèlement à ces métiers alimentaires et physiques, dès l'âge de seize ans il peint en puisant son inspiration dans l'expérience quotidienne. En souvenir de son enfance batelière, il peint l'eau avec tous ses reflets et tous ses miroitements. Il excelle dans les nus, où son sens du monumental s'allie à une candide sensualité. Il peint aussi de nombreuses scènes de cirque, qui évoquent, non sans quelque nostalgie, ses années d'existence foraine.

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

En 1912, le poète-journaliste Noël Bureau découvre des œuvres que Bombois expose sur les trottoirs de Montmartre à la foire aux croûtes, place Constantin-Pecqueur. Conquis par cette peinture il la diffuse dans sa revue "Rythme & Synthèse", ce qui permet à des marchands d'art ou à des collectionneurs comme Mathot, Florent Fels et Wilhelm Uhde - ce dernier grand admirateur du douanier Rousseau – d’acheter des œuvres de Camille Bombois qui dorénavant, peut se consacre uniquement à son art pictural.

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

Robustesse et santé définissent l'art de Bombois. Un dessin énergique, une précision savoureuse, alliés à une fraîcheur des couleurs,permettent à cet artiste de devenir un des maîtres de l'art naïf où le spectacle de la piste est pour lui une source d’inspiration profonde.

Camille Bombois (1883-1970) un peintre aimant les clowns

Certaines de ses peintures sont accrochées au Musée d'art moderne de la ville de Paris, au Centre Pompidou ou à Genève au Musée d’Art Moderne où on peut voir le tableau "Béby, Andref et Vincent". Camille-Bombois décède le 6 juin 1970 à 87 ans et depuis 1994 une rue du 20e arrondissement de Paris porte son nom.

Commenter cet article