Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Le Bataclan, une salle martyre

Publié le 15 Novembre 2015 par cirk75 in Bâtiments

Le Bataclan, une salle martyre

Située à Paris au 50 boulevard Voltaire, salle conçue tout de bois, de briques, de céramiques, de pierres et d’ornements, composition loufoque qui fait référence à l’opérette "Ba-Ta-Clan" signée Jacques Offenbach. Son architecture particulièrement originale et signée Charles Duval, représente une véritable pagode chinoise, ce qui lui vaudra en 1991 d’être classé monument historique.

Ce bâtiment ouvert le 3 février 1865 comprend à l’origine, un grand café-concert d'architecture chinoise, un café et un théâtre au rez-de-chaussée, ainsi qu’un grand dancing au premier étage. Pendant la guerre de 1870, les salles billards sont utilisées comme infirmerie. En 1892, le chanteur Paulus rachète l'établissement où se produiront des artistes célèbres comme : Harry Fragson, Aristide Bruant, Dranem, Félix Mayol et même Buffalo Bill (voir blog08/05/2012).

Après une restauration, la salle en 1910 est consacrée aux revues, et Maurice Chevalier y connaitra ses premiers succès. En 1926, la salle est transformée en cinéma. En 1983 le Bataclan retrouve sa vocation première de salle de spectacles en accueillant des concerts de rock et à partir des années 2000, la salle se diversifie en accueillant aussi des one-man shows ou des concerts de variété.

Enfin 2006 sa façade retrouve les couleurs originales qu'elle avait perdues depuis bien longtemps, même si depuis son toit en pagode n'existe plus.

Le Bataclan, une salle martyre

Telle était l’histoire de cette salle mythique avant un triste et sombre vendredi 13 novembre 2015…

Commenter cet article

Monique 15/11/2015 11:06

merci pour l'historique.. salle martyre, oui.. mais son âme en sort grandie.. Les infâmes qui l'ont polluée sont disparus, éparpillés, digérés par les égouts.

cirk75 15/11/2015 11:47

Oui chère Martine, les Barbares ont fait à jamais de ce lieu un endroit de souvenirs