Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

"Ecris l’histoire", le programme des 30 ans du cirque Arlette Gruss

Publié le 29 Novembre 2015 par cirk75 in Programmes

"Ecris l’histoire", le programme des 30 ans du cirque Arlette Gruss

"Avec nous faîtes la différence" formule "grussienne" fort célèbre qui se révèle d’année en année parfaitement exacte, tant le maître des lieux Gilbert Gruss n’a de cesse de renouveler ses programmes en proposant des spectacles où se mêlent harmonieusement aux disciplines traditionnelles d’autres plus contemporaines, le tout bien entendu saupoudré de poésie, d’insolite, d’angoisse et de rire… Et pour cela le juvénile Mathieu (voir blog22/11/2015) et le gouailleur Bellini en connaissent un rayon.

Portée sur les fonts baptismaux le 28 février 1985 par la fille d’Alexis Gruss sénior (voir blog19/12/2011), lors d’une tournée irlandaise mémorable et calamiteuse, on mesure en voyant le spectacle 2015 combien cet établissement a toujours su être à la pointe de la nouveauté et de l’innovation, sans bien entendu se couper de la tradition. Et si le spectacle 2014 (voir blog11/11/2014) nous avait laissé un peu sur notre faim il n’en est pas de même pour celui de cette année, qui marque les 30 ans de ce temple des arts de la piste.

"Ecris l’histoire", le programme des 30 ans du cirque Arlette Gruss

Si on voulait rapidement résumer le spectacle on serait tenté de dire, tous les numéros font passer un moment irréel et agréable qu’ils prennent racine dans la tradition ou dans le modernisme. Si Alexandro Hurtado avec son numéro d’homme laser ravie les spectateurs, Antonio Zatta avec ses perroquets émerveille le public.

Côté aérien Tamara Khurchudova nous montre à un rythme soutenu qu’elle possède toutes les facettes de l’acrobatie au trapèze à grand ballant. Alex Michael fait de son côté frémir le public lorsqu’il s’élance sans protection d’un trapèze à un autre avec des rattrapes par les mains ou par les chevilles ou par sa marche au plafond. Quant à Adèle Fame elle s’approprie avec fougue l’espace aérien en nous proposant entre autres aux sangles aériennes une impressionnante remontée, position de départ grand écart, par la seule force de ses cuisses. Incroyable non !

Côté animaux outre les perroquets déjà évoqués, Laura-Maria Gruss montre qu’à 16 ans elle possède tout pour être une grande dresseuse de chevaux et avec calme et détermination elle propose cette année 8 frissons hollandais à la robe noire puis 2 lusitaniens suivis par un poney qui se cabre sur ses 2 pattes antérieures. Parallèlement la petite fille d’Arlette Gruss chevauche aussi l’une des 4 éléphantes présentées par John Vernuccio, descendant de l’illustre famille Togni. Et n’oublions pas Emmanuelle Farina présentant un groupe mixte composé de 4 lions et 2 tigres où il alterne férocité et pelotage, un superbe travail fortement ovationné par le public.

Parties surnaturelles avec 3 moments plébiscités par la famille. Il s’agit en premier du numéro conçu par Kevin Gruss, où sont intégrées 4 disciplines: mâts chinois, barre fixe, barres parallèles et équilibres au sol. La beauté musculaire de ces 7 jeunes artistes en pantalons de cuir et abdominaux genre tablettes de chocolat, ravissent dans une ambiance digne d’un concert de rock, les nombreuses spectatrices présentes qui apprécient bien entendu la série de portés et d’équilibres.

Autre temps surnaturels, le final pétaradant où Gilbert Gruss a souhaité mêlé deux troupes motorisées : les colombiens de "Globe of Speed" et les franco-autralo-japonais de FMX Riders. Si les premiers évoluent jusqu’à 9 dans leur sphère métallique en multipliant les croisements risqués, les seconds font survoler leur moto au-dessus des têtes des spectateurs et bondissent au-dessus du globe de leurs partenaires colombiens en exécutant quelques acrobaties dont un saut périlleux à moto . Trop fort comme disent les jeunes ! Irréel, impressionnant on vous dit ! Du jamais vu !

En sortant du chapiteau on reste encore impressionné devant de tels exploits et prises de risques, mais heureusement qu’une petite fille elle aussi secouée dit à son père ; "il est fou le clown – elle parlait de Mathieu - c’est dangereux ce qu’il fait, il descend les escaliers à skis". Et oui cette petite spectatrice nous refait atterrir et on se demande ce que ce diable de Gilbert Gruss peut bien concocter pour 2016.

Dernier point, ce programme s’achève à Paris le 13 décembre prochain, il n’est donc pas trop tard pour se rendre à la pelouse de Reuilly, car c’est certainement ce qu’il y a de mieux à voir pour un parisien amateur de cirque en ce moment.

Commenter cet article