Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste

Publié le 11 Octobre 2015 par cirk75 in Animaux

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste

D’origine suédoise, Jean Théodore Léonard Houcke, dit Jean Houcke avec ses deux frères, Lucien Jules Léonard et Eugene Victor Hippolyte Leonard "Dutis" se fit une belle réputation comme écuyer-jockey.

Il épousa en seconde noce en 1914 l’écuyère Marcelle Rancy, fille d'Alphonse et Jeanne Rancy-Bidel avec qui il eut 5 enfants : Maurice, Gilbert, Huguette, Sacha et Nadia, qui tous étaient doués pour la piste, avec une mention particulière pour Gilbert (voir 13/12/2011) un des plus célèbres belluaires de l’ère moderne.

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste

Homme de cheval Jean Houcke en présenta de nombreux lors de sa longue carrière et ceux qui le suivirent relatent entre autres deux faits d’arme. En 1906 au "Nouveau Cirque" (voir blog08/12/2010) il créa une pantomime appelée "Les skis norvégiens" où l’on put voir un cheval patineur et en 1926 au "Cirque de Paris" (voir blog23/11/2011) il proposa "Une ruée sauvage" qui d’après Adrian ne manquait d’intérêt.

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste

Jean Houcke en parallèle à cette carrière de Maître-écuyer fut aussi un grand de directeur de cirques, à Londres chez Bertram, puis en Scandinavie avec son propre cirque, à Amsterdam chez Carré (voir blog11/05/2012) succédant ainsi à Oscar Carré, l’Hippodrome de New York aux USA, situé sur la 6ème avenue, où Harry Houdini, le grand illusionniste, y fit disparaitre pour la première fois, un éléphant vivant. En France il dirigea le Cirque d’Amiens (voir blog09/05/2011) devenu Cirque Municipal Jules Verne de nos jours, celui de Bordeaux, de Rouen celui du Grand Palais baptisé "Cirque des Cirques" ou "Cirque Jean Houcke", auquel les combats de la Libération mettront un terme définitif et ruinera son directeur.

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste

Suite à la Libération, il va laisser dans la mémoire des personnes qui l’ont côtoyé l’image d’un homme élégant, illuminant de sa présence les premières de Médrano ou la terrasse du Fouquet’s de Paris installé devant un Vittel-fraise. Il faut voir son œil s'illuminer quand passe devant lui une belle cavalerie. On le sent prêt à bondir sur la piste, à faire claquer sa chambrière. Grand amateur d’opéra et chantant sans se faire prier tous les rôles de La Traviata, il décède à 95 ans à La-Garenne-Colombe à la maison de retraite de la Fondation suédoise.

Ses proches descendants foulent toujours les pistes des cirques du monde entier, en effet cet aristocrate de la piste est le grand-père de Sacha Houcke Jr. (voir blog30/03/2011) et le bisaïeul de Sarah Houcke, eux-mêmes célèbres dresseurs….

Mais aucun des deux n'avait à l'origine pour ambition de faire du cirque. Sacha se destinait à l'hôtellerie, quant à sa fille Sarah elle penchait plutôt pour le tourisme. Mais bon sang ne saurait mentir, et ils sont de nos jours les derniers représentants de cette lignée Houcke-Rancy qui a fait les beaux soirs des chapiteaux!

Jean Houcke (1878-1973), un gentleman de la piste