Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Pio Nock (1921-1998) le clown funambule

Publié le 20 Mai 2015 par cirk75 in Clowns

Pio Nock (1921-1998) le clown funambule

Né dans la célèbre famille suisse Nock connu entre autres pour ses exploits sur fil de fer tendu à grande hauteur, Pio Nock, oncle du célèbre comique casse cou: Bello Nock (voir blog07/03/2015). est un clown acrobate dont la drôlerie va de pair avec son adresse. Enfant de la balle, il parait a 8 ans pour la première fois sur la piste en clown et devint un artiste de cirque professionnel dès 16 ans. Après une chute qui lui paralyse partiellement le bras droit, et sur les conseils de son père il endosse les habits de l’auguste avec comme partenaire son frère Charles. Puis une fois rétabli il associe le travail de funambule aux pitreries de l’auguste, ce qui le conduira à fouler les principales pistes mondiales et sera plusieurs années pensionnaire du Ringling Bros. and Barnum & Bailey Circus, qui en fera une vedette internationale.

Pio Nock (1921-1998) le clown funambule

Honorant la tradition familiale, il sait amuser aussi en l’air et qu’à terre. Il faut le voir en funambule comique et entendre les rires, parfois nerveux qu’il déclenche lors de ses promenades semées de faux pas voulus et de déséquilibres prévus là-haut bien en dessus de la piste sur laquelle est installé parfois, pour corser l’attraction une cage de fauves. Il exploite ainsi tous les effets que l’on peut tirer en jouant les froussards ou les maladroits. Ses ruptures d’équilibre donnent parfois le frisson, surtout quand elles ont lieu au-dessus de la cage aux lions comme ce fut le cas au cirque Medrano de Paris ou chez Rancy. Sur la piste avec son gendre le clown Mario il a un style très personnel pour interpréter les principales entrées du répertoire clownesque avec un air à la fois ahuri et malin pimenté d’un cri aigu et cocasse.

Pio Nock est décédé en 1998 sur la piste du Cirque d'Hiver à Dortmund, où il est victime d’un malaise qui lui sera fatal. Il réalise ainsi son souhait mourir en travaillant, n’avait-il pas coutume de dire : "Je veux jouer jusqu'à ma mort, je veux mourir sur la piste.»

Au cinéma, il est des artistes que l'on peut voir dans le film "Le plus Grand Cirque du Monde" (voir blog 25/10/2011) où il rivalise d’équilibre sur sa corde tenue au dessus de la cage aux lions.

Commenter cet article