Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Pierre Etaix (1928-2016) Clown ou Auguste ?

Publié le 16 Octobre 2016 par cirk75 in Clowns

Clown, cinéaste, dessinateur, gagman, magicien, affichiste et que sais-je encore, tant la palette du talent de Pierre Étaix est large et variée. Graphiste de formation mais initié à l’art du vitrail, Pierre Étaix a construit sa carrière autour de la dérision et du rire. Enfant non issu du monde du spectacle, né à Roanne en 1928, il s’établit à Paris et vit d'illustrations tout en se produisant dans des cabarets et music-halls, ainsi que sur la piste avec le clown Nino. En 1954 sa rencontre avec Jacques Tati (voir blog08/04/2011) lui permet de travailler comme dessinateur et gagman à la préparation du film "Mon oncle", dont il réalise l'affiche, tout en étant assistant réalisateur sur le tournage. Il participe aussi en 1960 au spectacle que Jacques Tati a donné à l'Olympia: "Jour de fête".

Comme Tati, Étaix s'inscrit dans la lignée des grands maîtres comiques du cinéma muet tels, Buster Keaton (voir blog14/12/2010), Harold Lloyd, Harry Langdon, Max Linder (voir blog07/02/2015), Charlie Chaplin (voir blog03/07/2012) voire Laurel et Hardy qu'il admire sans limite et auxquels il a souvent rendu graphiquement de nombreux hommages.

Son apprentissage avec Tati le conduit assez naturellement à la réalisation de ses premiers courts métrages que sont "Rupture" et "Heureux anniversaire" (oscar du meilleur court métrage 1963) qu’il cosigne avec Jean-Claude Carrière. Il réalise ensuite son premier film "Le Soupirant", puis vient "Yoyo" (voir blog20/01/2011) où il rend un vibrant hommage au monde du cirque qui le fascine depuis toujours. Puis ensuite il tourne deux autres longs métrages "Tant qu'on a la santé" et "Le Grand Amour" toujours coécrit avec Jean-Claude Carrière. Mais durant l’été 1969 il réalise "Pays de cocagne", film pour lequel il est vivement malmené par la critique et le public qui ne lui pardonnent pas son triste constat de l'épanouissement de la société de consommation et qui le met un peu en retrait du monde cinématographique.

Pierre Etaix a toujours été fasciné par le spectacle en général et le cirque en particulier, et c'est naturellement vers les clowns et les comiques que va sa préférence née parait-il, de la vue d’un clown paradant sur la piste du cirque Pinder. Depuis, Etaix a su être un admirable clown blanc sur la piste de ce même cirque lors de la tournée 71 avec sa femme Annie Fratellini (voir blog29/03/2015), mais c’est surtout un prodigieux auguste lorsqu’il endosse l’habit de Yoyo, la vedette de son film éponyme où là, sa personnalité s’exprime totalement.

Devant la raréfaction des artistes de cirque français, Pierre Étaix et Annie Fratellini prennent la décision de fonder en 1972 l’École nationale de cirque (voir blog30/06/2014) qui ouvre à Paris dans une Maison pour les Jeunes au 20 Avenue Marc-Sangnier, où il se produit essentiellement en clown blanc avec Annie Fratellini en femme clown.

Acteur dans une trentaine de film (voir blog03/01/2012) et auteur de pièces de théâtre et sketchs de cabaret dont "Miousik Papillon", où il apparaît sous les traits de son personnage fétiche et légendaire Yoyo. En novembre 2012 Pierre Etaix ressuscite une dernière fois Yoyo pour se produire sur la piste au cirque Joseph Bouglione.

Pierre Etaix admirateur inconditionnel du cirque et des clowns est décédé vendredi 14 octobre à 87 ans.

Artiste universel, sur lequel les aléas de la vie avec ses épreuves et ses injustices, semblent avoir glissé, sans écorner sa capacité d'émerveillement, apanage des plus grands. 

Et pour le plaisir voici une vidéo où Yoyo (Pierre Etaix) vient perturber une musicienne (Annie Fratellini) jouant d'un instrument mythique au cirque le concertina.

Un bonheur!

Page centrale du programme Pinder 1771 dédicacée par Annie Fratellini et Pierre Etaix

Page centrale du programme Pinder 1771 dédicacée par Annie Fratellini et Pierre Etaix

#pierreetaixanniefratellini

Commenter cet article