Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Des fonds d’investissement intéressés par les arts de la piste

Publié le 13 Février 2015 par cirk75 in Economie

Des fonds d’investissement intéressés par les arts de la piste

Le quotidien québécois "La Presse" relate dans son édition du 10 février 2015 que le Cirque du Soleil ne manque pas de prétendants pour entrer dans son capital. Parmi les firmes d'investissement américaines qui songent à en devenir actionnaire figurent deux fonds d'investissement, "Carlyle Group" et "TPC Capital Management".

D'après l'agence de presse Blomberg, l'entreprise de spectacle cherche à conclure une transaction qui la valoriserait à $ 2 milliards. Selon ce scénario, une participation de 20 % du Cirque québécois se négocierait autour de $ 400 millions. Le cofondateur du Cirque, Guy Laliberté, détient 90 % des actions de l'entreprise et les 10% restant sont dans les mains de deux fonds immobiliers de Dubaï.

À la fin de l'année 2014, l'agence Reuters a révélé que, le Cirque du Soleil a engagé la banque américaine d'affaires Goldman Sachs pour lui trouver un "partenaire stratégique". Citant une source bien informée, mais qui souhaitait se faire connaître en raison de la nature privée des discussions, l'agence Reuters précisait que le Cirque du Soleil explorait toutes les options, y compris la vente d'une participation majoritaire; mais à ce jour l'entreprise n'avait pas encore pris sa décision sur l'importance du bloc d'actions qui serait mis en vente.

"Le processus de recherche d'un partenaire stratégique est en cours, et il est très long. Il n'y a rien de nouveau depuis les entrevues de M. Laliberté sur le sujet l'an dernier. Nous ne dévoilons pas qui manifeste son intérêt", a indiqué Renée-Claude Ménard, porte-parole du Cirque du Soleil. "Les scénarios détaillés par les médias en ce moment sont prématurés. Nous faisons l'exercice de recherche de partenaires stratégiques avec diligence et chacune des options sera évaluée", a poursuivi le porte-parole du Soleil.

Dans le scénario où cette transaction pourrait faire passer le Cirque de Soleil sous contrôle étranger, le gouvernement québécois a bon espoir que le siège social reste à Montréal et continue de jouer le même rôle économique au sein de la Belle Province.

Alors à suivre…

Commenter cet article