Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

History, la production 2014 du cirque Arlette Gruss

Publié le 11 Novembre 2014 par cirk75 in Programmes

History, la production 2014 du cirque Arlette Gruss

Après avoir été l’année dernière hébergé sous la coupole du cirque Jules Vernes le cirque Arlette Gruss (pour qui l’agglomération Amiénoise est une ville particulièrement singulière, depuis 2003 le siège social de cette entreprise de la piste y est situé) a renoué cette année avec le Parc de La Hotoi où la gigantesque toile de la cathédrale a été déployée, en raison d’un numéro de double trapèze qui exige une vingtaine de mètres de hauteur. Et en 2014, dixit la pub, on devait assister à rien de moins qu’à une révolution en rouge et blanc ! En fait de révolution, il n’y en a pas eu et on retrouve tout ce qui a fait le succès des spectacles concoctés par Gilbert Gruss, à savoir une mise en scène qui sert à donner de fil conducteur aux divers numéros, une musique originale, des costumes spécialement conçus, des lumières léchées et un M. Loyal qui fait tout sauf d’assumer ce rôle en essayant de faire passer des émotions à coup de chansons ou de textes parfois énigmatiques voire emphatiques. Mais bon il faut bien se démarquer des autres et essayer d’être original...

History, la production 2014 du cirque Arlette Gruss

Lors de la parade finale disons-le tout net, nous sommes restés un peu sur notre faim, tant la trame du spectacle devient depuis quelques temps redondante. Nous n’avons plus ce côté innovation qui faisait de ce cirque un cirque à part. Pourtant nous avons le sentiment que de bons ingrédients sont présents, mais c’est la sauce qui lie mal le tout. D’ailleurs les spectateurs ne s’y sont pas trompés, lors de la séance à laquelle nous avons assisté samedi 8 novembre à 20h00 à Amiens, ils n’ont pas spontanément fait une standing ovation comme il est d’usage dorénavant pour remercier les artistes du bon moment passé. History est une production sans émotion à la tonalité lymphatique où des artistes, à quelques exceptions, communiquent peu voire mal avec le public…. Et Le cirque c’est du rire, de l’émotion, de l’insolite, du rythme… Qu’on nous comprenne bien le cirque Arlette Gruss a été un établissement novateur et créateur et c’est avec peine que nous constatons ces travers, mais comme disait Beaumarchais ”sans liberté de blâmer, il n’y a pas d’éloge flatteur”.

History, la production 2014 du cirque Arlette Gruss

On trouve bien quelques pépites dans la production 2014 : les clowns Bellini et André, la contorsionniste Rich Metiku et surtout Liss Mery et Darien, dans un double numéro de vélo et de mât chinois qui cassent la baraque. Bellini roublard à souhait, irrésistible de mauvaise foi et aux calembours faciles; André poète nonchalant aux entrées subtiles et comiques ; Rich Metiku jeune éthiopienne à la beauté digne d'une top model qui fait rimer dislocation avec grâce et élégance ; Liss Mery et Darien dans deux prestations d’exception où sensualité, grâce et rythme insensé laissent les spectateurs scotchés à leur siège… Il faut dire que tous les 5 “font la différence” et ont retenu qu’un bon numéro passe par une complicité avec le public... En conclusion History, un spectacle de transition avec des moments exceptionnels dans une indolence malheureusement générale, mollesse qui ne doit plus apparaître dans le spectacle du trentenaire qui nous sera proposé l’année prochaine et que nous attendons avec impatience.

Commenter cet article

Frédéric DENYS 12/11/2014 11:31

Je trouve le jugement un peu sévère. J'ai eu l'occasion de voir hier un établissement qui se dit être le nouveau grand nom du cirque français, et permettez-moi de dire que " Arlette Gruss ", c'est quand même autre chose, de très loin, et à tous points de vue.... Je reconnais néanmoins que la trame du spectacle depuis quelques années est peut-être un peu redondante, mais comme il doit être difficile d'innover tous les ans, surtout quand on a une lourde charge administrative à gérer en plus de la partie artistique, ce qui n'était pas le cas lorsque Arlette était vivante... Je pense aussi que le cirque Arlette Gruss a beaucoup perdu depuis que Michel Palmer, qui avec Arlette était un peu l'âme de l'établissement, n'y endosse plus le costume de " monsieur Loyal ", même si la " parenthèse Brunel " était originale aussi....Ceci dit, on ne mesurera jamais assez combien nous avons la chance d'avoir ce chapiteau en France.....