Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le bloc-notes de cirk75

Chronique au fil du temps et de la mémoire d'un circophile amateur

Un petit florilège de visuels du Nouveau Cirque

Publié le 13 Mars 2017 par cirk75 dans Cirques d'hier

Cet établissement parisien était situé au 251  rue Saint-Honoré sur l’emplacement du premier Cirque Olympique des Franconi et, pouvait contenir 3 000 spectateurs.

Il proposa de nombreux spectacle pendant 40 ans entre 1886 et 1926 et parmi les vedettes on comptait Chocolat et son complice tyrannique Foottit (voir blog12/02/2012).

#nouveaucirque

commentaires

Le cirque de Fernando Botero

Publié le 11 Mars 2017 par cirk75 dans Art

Né le 19 avril 1932 à Medellin, Fernando Botero Angulo est un peintre et sculpteur colombien réputé pour ses personnages aux formes rondes et voluptueuses. Il développe un style propre qui lui permet de n’être associé à aucun mouvement ou courant, passé ou présent. Ce qui est peut-être moins connu, c’est que son œuvre n’est pas fermée aux arts de la piste. Témoin une exposition qui s’est tenue du 19 décembre au 1er mars 2009 au Nouveau Musée National de Monaco, dans le cadre du 23ème Festival International du Cirque de Monte-Carlo, et qui présentait une vingtaine de tableaux sur les arts de la piste peints entre 2007 et 2008.

Cette attirance pour le cirque lui vient d’un séjour qu'il a effectué en 2006 à Ziuantanejo petite ville mexicaine, où il trouve une troupe de cirque paradant dans les rues. Au contact de ces saltimbanques des souvenirs d’enfance dans sa ville natale de Medellin lui reviennent en mémoire, ce que l’artiste cherche à reconstituer par ces toiles.

Ces peintures nous montrent des artistes avec des costumes aux couleurs éclatantes cachant néanmoins une évidente mélancolie. Seul sur le visage du clown on voit parfois un sourire s'ébaucher. Malgré cela Botero pose un regard affectueux sur ces personnages remplissant la toile de leurs rondeurs, l’imprégnant de résignation, comme une sorte d'allégorie de la vie.

Signalons aussi un livre réunissant quelques peintures et dessins sur le cirque de Botero. Parmi les personnages que l'artiste représente, on trouve des acrobates, des danseurs de cordes, des jongleurs, des clowns, des dompteurs de lions…

Botero un peintre circophile...

#boterocirque

commentaires

Le Cirque Salon,établissement Français de premier ordre

Publié le 10 Mars 2017 par cirk75 dans Cirques d'hier

Voilà un étrange nom pour un cirque, ayant appartenu à la famille Futelais et fondé par le patriarche en 1900. A la mort de son créateur dans les années 20, sa veuve et ses enfants Maurice, Alphonse et Emile, formant par ailleurs un excellent trio de clowns, sous le nom de Kiki Ier,Marius & Dudule, reprennent le flambeau.

Très apprécié dans le sud-ouest de l’hexagone, cet établissement mené de ville en ville par six impeccables trains routiers, présentait de bons spectacles avec cavalerie et animaux maison.

Tout dans cet établissement composé à cette époque d’un chapiteau à deux mats et offrant un bon confort pour les spectateurs, témoignait de ce désir de  belle présentation.

Le Cirque Salon cessa son activité au début de la seconde guerre mondiale. Et depuis aucun autre établissement n'a porté ce nom original.

Dernier, pourquoi ce cirque fondé par les Futelais se nommait-il Salon?. Selon une légende, mais est-elle vraie ? Du moins elle est savoureuse. Un jour, un membre de cette illustre famille circassienne aurait dit : "

Comme il y a un cirque Bureau (voir blog16/05/2011) pourquoi pas un cirque Salon" ?

Qu’en pensez-vous ?

Le monde circassien bruisse de tant d’anecdotes merveilleuses mais quelques fois fausses…

commentaires

La Toupie Humaine ou gyroscope humain

Publié le 9 Mars 2017 par cirk75 dans Aériens

En 1911, au Nouveau Cirque (voir blog08/12/2010) une attraction fort dangereuse fut présentée par Mann-Ret. Très proche de la "Toupie de la Mort" cette dernière nommée ainsi car exécutée par le casse-cou Wizart au-dessus de la cage aux fauves.

Pour réaliser son numéro l’artiste utilisait un plateau métallique circulaire tanguant en haut d’un mât de 10 m. Il enfourchait une sorte de monocycle, d’autres utilisaient une motocyclette. Et une fois les lumières éteintes, le cycle actionné soit par la force des jarrets soit par un moteur, permettait au casse-cou de tourner telle une toupie sur lui-même à très vive allure pour réaliser des surprenants équilibres. Par exemple le saltimbanque arrivait à se maintenir au-dessus du vide comme par miracle perpendiculairement au mât.

C’était très spectaculaire mais très dangereux. On compta de nombreuses chutes, avec fractures du crâne quelques fois à la clef.

Retirée de la piste depuis plus de 70 ans cette attractions n'est plus de mise de nos jours.

#toupiehumaine

commentaires

Eternel conflit de Georges Lampin (1947)

Publié le 8 Mars 2017 par cirk75 dans Cinéma

Parmi les palanqués de mélos qui se sont servis du milieu du cirque pour accentuer la trame dramatique d’un scénario souvent bien insignifiant, ce film de Georges Lampin, lui-même réalisateur quasiment oublié aujourd’hui, mérite une place de choix.

En effet, cette œuvre filmée relate l’histoire de Lili, (Annabella)une jolie acrobate de cirque, qui tous les soirs exécute un "saut de la mort " en plongeant d'une hauteur de dix-huit mètres, dans une cuve de trois mètres carrés de surface. Courtisée par le dompteur de lions (Michel Auclair), elle se laisse entretenir par Edmond Chardeuil, (Louis Salou) un riche aristocrate marié.

Un enseignant Louis Janvier, (Fernand Ledoux)  dont la vie brisée par le suicide à 8 ans de sa fille, quitte tout pour devenir clown dans un cirque où se produit la casse-cou plongeuse. Il prend en pitié la jeune femme, car il voit en elle la fille qu'il n'aura jamais. Il se pose en champion de la morale et lui conseille de se séparer de ses deux galants qui profitent sans vergogne de sa jeunesse. Convaincue, Lili rompt avec Chardeuil puis se rend compte que Mario le dompteur s'accommodait fort bien de cette liaison. Déçue par son attitude, elle le quitte et décide le soir même au cours de son numéro de se suicider. Mais au dernier moment, après un long suspense, elle renonce à son geste.

En quittant sa vie de saltimbanque, Janvier surprend Lili au bar avec ses deux soupirants. Tout va reprendre comme avant. Mais le dompteur, qui le considère comme responsable de ce qui est arrivé tire sur lui, mais en s'interposant Lili est blessée à mort.

Et Janvier perd sa fille de substitution... mais la morale est sauve...

Comme on le voit cette histoire se passe dans le milieu de la piste et bons nombres de scènes ont été tournées sous les ors du Cirque d’hiver de Paris.

Notons que pour exécuter les plongeons effectués par Lili, de nombreuses doublures artistiques ont été utilisées, mais malheureusement aucune n'a eu le droit d'être nommée au générique. Comme quoi les artistes de la piste ne sont pas considérés comme de vrais artistes... enfin c'est édifiant...

#éternelconflitfilm

commentaires

Le Grand Cirque 57 au Palais des Sports

Publié le 7 Mars 2017 par cirk75 dans Programmes

Pour Noël dans les années 50, les parisiens avaient le droit à un spectacle de cirque spécialement conçu pour les fêtes. Il se tenait au Palais des Sports de cette époque, c’est-à-dire l’ancien Vélodrome d’hiver de Paris, tristement célèbre pour avoir été en 1942 le théâtre de la rafle du Vél’ d’Hiv’.

Sollicité par Hubert Grünwald, le PDG de la salle, Jérôme Médrano (voir blog16/10/2011) peu enthousiasme au départ, pour présenter à Paris un spectacle sur 3 pistes en même temps à partir du 13 décembre 1956, va être le metteur en scène de ce spectacle. Pour le fils de Boum-boum, 3 pistes c’est 2 de trop, mais en raison de la configuration et de la grandeur des lieux, non sans réticence il accepte l’offre.

En plus de ce spectacle et de celui du Bd. Rochechouart à Paris, Jérôme Médrano, doit mener de front les productions Medrano de Noël pour les villes, de Lyon et de Marseille, au Palais de la Mécanique pour la première et au Palais des Sports pour la seconde. En tous quatre programmes à assumer en cette fin d'année.

Même si le public a répondu présent, Jérôme Médrano ne renouvela pas cette collaboration avec Hubert Grünwald. L’année suivante c’est le Cirque Krone qui sera invité, avec ses éléphants présentés par Frieda Krone-Sembach, sa cavalerie par Christel Sembach, l’actuelle directrice de ce célèbre cirque allemand. Gilbert Houcke (voir blog13/12/2011) et Maurice Houcke (voir11/10/2015),  Pierre Alizés et ses Partenaires  (voir blog07/04/2014) et pour la partie comique Les Rudi Llata (voir blog08/05/2011) sont aussi du programme. Quant au présentateur c'est Marcellys (voir blog12/05/2012) qui fera preuve de sa bonne humeur habituelle .

L’année suivante, c’est le cirque de la Radio-Télévision Française, le Circus 58, qui va fouler la piste du Palais des Sports. C’est le dernier spectacle de Noël,  le Vél d’Hiv’ sera démoli au cours de l’année 59.

Au programme, un peut voir, présenté par Henri Kubnick (voir blog28/06/2015) le célèbre jeu des 100 000 F, ancêtre de l’actuel jeu des  1 000 €, (voir blog28/06/2012), les nouveaux francs n’existeront qu’à partir du 1er janvier 1960.

Le spectacle est animé par Roger Lanzac (voir blog25/09/2011) et on peut notamment applaudir les Zemganno,  Alma Piaia et les Bario dans leur sketch du taxi en folie…

 

#palaisdessportscirque

commentaires

Palmarès du 7ème Festival International du Cirque de Bayeux

Publié le 6 Mars 2017 par cirk75 dans Festivals

Célèbre pour un discours prononcé le 16 juin 1946 par le Général de Gaulle, ainsi que par une tapisserie  du XI° siècle inscrite depuis 2007 au registre Mémoire du monde par l'UNESCO,, la ville de Bayeux est depuis 2003  connue aussi pour son festival de cirque qui se déroule  tous les deux ans (années impaires) généralement début mars. Cette année la 7ème édition de cette manifestation s’est tenue du 1er au 5 mars,  et comme à son habitude un jury a décerné aux artistes les Loyals suivants :

Loyal d’Or: Desire of Flight

Loyal d’Argent : Duo Frénésie

 

Loyal de Bronze : Olimpo's Brothers

Rendez-vous en 2019 pour la 8ème édition de cette manifestation normande et circassienne.

#cirquebayeux

commentaires

Arta Sosnowski Danetto, la Lady Ring Master des tournées Bouglione

Publié le 5 Mars 2017 par cirk75 dans M. Loyal

Rien au début ne prédestinait Arta Sosnowski Danetto, artiste d’origine slave, à tenir le rôle de Mme Loyal sur une piste de cirque. Diplômée d’études supérieures au Conservatoire de Musique et de Danse de Paris, elle va, aux tout débuts et pendant sept ans, tenir le rôle de meneuse de revue, au célèbre cabaret parisien “La Nouvelle Ève”.

Puis en 2007 elle est recrutée par le Cirque d’Hiver Bouglione de Paris pour être une des Salto Danseuses, avec Audrey, Alexandra, Charlotte, Marine, Lorène, Ophélie et Alix. Cette artiste dans l’âme  y fait encore merveille.

En 2011 les Bouglione lui confient la présentation de leurs spectacles de Noël à Nanterre. Là aussi son charme indéniable et sa parfaite diction y sont particulièrement appréciés. En 2013 nouvelle étape Arta se voit proposer d’être la présentatrice de la 21ème édition du Festival International de Massy. Une réussite convaincante, et lorsque les Bouglione décident en 2015 de reprendre la route, c’est tout naturellement à Arta qu’ils proposent le rôle de Lady Ring Master lors de la tournée Bravo (voir blog09/06/2015).

Et cette année en 2017, elle est déjà à sa deuxième tournée où elle démontre un peu plus chaque jour son sens du timing, et son aptitude naturelle à communiquer avec le public pour créer une ambiance où les artistes, l’orchestre et le ballet s’intègrent dans élan festif.  

Mariée à Stéphane Danetto le régisseur du cirque (voir blog13/09/2016) avec qui elle a une splendide petite Yana de 2 ans, ils forment tous les deux une solide paire de complices lors du spectacle mais aussi lors de l’accueil du public lors du Pré-Show.

Mais une fois le spectacle fini Arta reprend son rôle préféré celui de mère de famille, car tout son petit monde vit heureux en caravane et sillonne la France au gré des étapes du chapiteau.

#artasosnowski

commentaires

L’Ecuyère au Centre Pompidou de Paris cirque (1919)

Publié le 4 Mars 2017 par cirk75 dans Art

Cette aquarelle sur papier (16 x 19 cm) a été réalisée en 1919 par le peintre Jean Metzinger (1883-1956) à cette époque grand adepte du cubisme. Cette déconstruction agencée est la signature de ce mouvement artistique, né au début du XX° siècle en réaction à l’impressionnisme. Cette fragmentation des objets et la volonté d'en montrer plusieurs facettes grâce au pivotement des plans est peut-être encore plus présente dans cette huile sur toile de Metzinger peinte en 1911, nommée "La Femme au cheval".

.

Mais après la guerre 14-18, dégagé de l’influence de Braque et Picasso, Jean Metzinger produit des œuvres moins fragmentés, plus figuratives mais plus naïve comme cette autre écuyère peinte en 1926.

.

Le cirque est en effet une source d’inspiration qui a passionné cet artiste et à qui on doit quelques belles créations où les écuyères de la piste sont souvent présentes.

L’Ecuyère au Centre Pompidou de Paris cirque (1919)
L’Ecuyère au Centre Pompidou de Paris cirque (1919)
L’Ecuyère au Centre Pompidou de Paris cirque (1919)
L’Ecuyère au Centre Pompidou de Paris cirque (1919)

Jean Metzinger un artiste à plusieurs facettes, dont les œuvres sont conservées dans de nombreux musées internationaux : Tate Gallery de Londres, Guggenheim Museum de New-York, Brême, Buffalo, Musée d’Art moderne de Paris, Philadelphie, Venise, etc....

#jeanmetzinger

commentaires

Professeur des écoles dans un cirque, un métier original

Publié le 3 Mars 2017 par cirk75 dans Economie

Le monde du cirque connaît peu Thierry Gréjon, pourtant c’est aussi un artiste en son genre. Peu le savent mais en 1989,  il a été le premier professeur des écoles, nommé par le Ministère de l’Education national pour enseigner dans un cirque, aux enfants des artistes.  

Et depuis plusieurs années et cela à l’initiative du cirque Zavatta, le Ministère peut mettre à la disposition des cirques qui en font la demande un professeur des écoles. Bien entendu comme pour tous les postes à pourvoir le ministère lance un appel à candidatures, pour ce poste qui a comme particularité d’être nomade. La classe, située généralement dans une caravane aménagée à cet effet, doit suivre le chapiteau, dans son tour de France. Par contre l’enseignant détaché doit, comme tout professeur des écoles, assurer six heures de cours quotidiennement durant cinq jours par semaine.

L'école du cirque Amar après une page de publicité

La classe est le plus souvent à niveaux multiples allant de la maternelle au CM2. Et au delà les collégiens ou lycéens circassiens suivent les cours du Centre national d'enseignement à distance (Cned).

 

Selon Thierry Gréjon : "Le niveau scolaire est, ici, bien supérieur. C'est lié à l'environnement dans lequel les enfants évoluent. Ils sont très débrouillards et assimilent très vite." Un exploit tant les origines de ces fils et filles d'artistes mais aussi de techniciens et d'administratifs sont diverses. "Dans la vie d'un cirque, tout le monde est sur un pied d'égalité. C'est une grande famille et chacun respecte l'autre."

Depuis 1991 Arlette Gruss et 2002 Amar ont à leur tour une école itinérante et Bouglione va ouvrir la sienne prochainement.

Enseignement dans un cirque un métier passionnant à plus d'un titre...

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>